Couverture La Cloche de détresse

La Cloche de détresse

(1963)

The Bell Jar

12345678910
Quand ?
8.1
  1. 1
  2. 1
  3. 3
  4. 2
  5. 6
  6. 21
  7. 81
  8. 138
  9. 112
  10. 47
  • 412
  • 79
  • 584
  • 17

Esther Greenwood, dix-neuf ans, est à New York avec d'autres lauréates d'un concours de poésie organisé par un magazine de mode. De réceptions en soirées passées pour tuer le temps, ce sont quelques jours d'une existence agitée et futile que vit la narratrice. En même temps, elle se souvient de...

PostsLa Cloche de détresse

Vous avez une anecdote, une vidéo/photo ou une simple question sur ce livre ?

Critiques : avis d'internautes (7)

La Cloche de détresse
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Le génie de Sylvia Plath

Sylvia Plath fait partie de ces artistes qui me passionnent, qui me hantent ... La Cloche de détresse est malheureusement son unique roman... mais quel roman tout de même ! Il est difficile d'en parler tellement la lecture est éprouvante au vu du sujet abordé. Deux parties bien distinctes partagent le livre. Tout d'abord on suit Esther Greenwood à New York ( elle y est car elle a gagné un...

15 2
Avatar gaatsby
10
·
Merci Sylvia.

Il y a des livres qu'on ouvre en sachant à l'avance que nous allons les aimer. C'est le cas pour The Bell Jar. J'étais déjà tombée sur quelques poèmes de Sylvia Plath, et fascinée par sa plume imagée qui dégage une sensibilité puissante, j'ai pu constater avec plaisir que son unique roman garde la même aura. Nous découvrons l'héroïne Esther Greenwood, sorte de double... Lire l'avis à propos de La Cloche de détresse

4 1
Avatar nelopee
10
nelopee ·
Découverte
Critique de La Cloche de détresse par retardeness

J'en ai lu des romans difficiles mais celui-ci les surpasse tous à un niveau plus personnel. C'est le seul roman de Sylvia Plath. D'inspiration autobiographique, il raconte la chape de verre qui s'est abattue sur elle l'été de ses dix-neuf ans. Une dépression nerveuse consignée comme dans un journal intime et qui ne peut pas laisser indifférent. Esther l'héroïne s'enfonce irrémédiablement et... Lire l'avis à propos de La Cloche de détresse

3
Avatar retardeness
7
retardeness ·
Critique de La Cloche de détresse par Reka

Les critiques littéraires, à la sortie de ce livre en 1963, ont rapproché Esther Greenwood de Holden Caulfield, le narrateur de L'Attrape coeurs (1951). S'il s'agit dans les deux cas de romans initiatiques, j'ai trouvé que ces fictions n'avaient que très peu de choses en commun et que le roman de Sylvia Plath avait moins vieilli que celui de J. D. Salinger. D'ailleurs, La cloche de détresse m'a... Lire l'avis à propos de La Cloche de détresse

3 2
Avatar Reka
7
Reka ·
Critique de La Cloche de détresse par Ligeia

Jamais un livre ne m'aura autant plongé dans le desespoir que celui çi ,on touche ici à tous les problèmes de la féminité possible sous forme de névrose, c'est le seul livre qui m'a plongé la semaine entière dans les doutes et les questionnements,un livre d'yper sensibles. Lire la critique de La Cloche de détresse

4
Avatar Ligeia
8
Ligeia ·
Toutes les critiques du livre La Cloche de détresse (7)
Vous pourriez également aimer...