Puissent-ils rester loin de nous, les songes et les chimères de la nuit.

Josef Mengele était médecin à Auschwitz. On le surnomme parfois « L’ange de la mort » ou « Le boucher d’Auschwitz ». Il participait à la sélection des arrivants pour déterminer ceux capables de travailler, ce qui condamnait les autres à la chambre à gaz. Il collectionnait les yeux bleus qu’il épinglait tels des papillons sur les murs de son bureau et pratiquait toutes sortes d’expérimentations, notamment sur les jumeaux.


À la libération, Josef Mengele est fait prisonnier par les forces américaines mais il n'est pas identifié par les américains (les SS avaient leur numéro d'immatriculation tatoué... mais par coquetterie, il s'y était toujours refusé...) et est finalement libéré. Il se cache pendant quelques temps mais finit par s'enfuir en 1949 pour gagner l'Argentine.


Josef Mengele est l'un des plus fameux criminels nazis et Olivier Guez nous raconte cet exil en Amérique du Sud.



procul recedant somnia, et noctium phantasmata
Puissent-ils rester loin de nous, les songes et les chimères de la nuit.



Arrivé en Argentine, il bénéficie rapidement du soutien de ses pairs en exil et de la complaisance de Juan Perón. Ce dernier entendait profiter de la guerre froid et utiliser les compétences de tous ces fascistes arrivés de toute l'Europe pour préparer la 3e guerre mondiale qu'il pensait imminente.


Sous plusieurs fausses identités, en Argentine puis au Paraguay, et enfin au Brésil, avec le soutien financier indéfectible de sa famille (les Mengele sont issus de Günzburg en Bavière où ils possèdent une florissante entreprise de machines agricoles), on le suit de fuite en fuite jusqu'à sa mort en 1970.


De plus en plus recherché, au fur et à mesure que la lumière est faite sur les crimes nazis et sur les camps, il est traqué par le Mossad puis par les américains et les allemands de l'Ouest mais reste insaisissable. Il en devient presque une légende. Une légende noire et maléfique.


« La Disparition de Josef Mengele » est un excellent roman, une biographie romancée mais fortement documentée. Le portrait de Josef Mengele est saisissant : irascible, égocentrique, raciste, violent, cruel, il ne manifestera jamais aucun regret, ne se remettra jamais en cause. Une histoire parfois glaçante, mais une lecture prenante, voire addictive.


Enfin, une conclusion bienvenue car il est toujours bon de faire acte de mémoire.



Toutes les deux ou trois générations, lorsque la mémoire s'étiole et que les derniers témoins des massacres précédents disparaissent, la raison s'éclipse et des hommes reviennent propager le mal.


zemoko
8
Écrit par

Le 9 novembre 2017

Critique lue 590 fois

Arnaud Malon

Écrit par

Critique lue 590 fois

D'autres avis sur La Disparition de Josef Mengele

La Disparition de Josef Mengele
François_CONSTANT
8

Critique de La Disparition de Josef Mengele par François CONSTANT

Quel est donc le statut du livre « La disparition de Joseph Mengele » que l’on doit à la plume, apparaissant ici besogneuse, de Olivier GUEZ ? Je m’interroge sur le statut de ce livre sachant que...

le 10 nov. 2017

12 j'aime

11

La Disparition de Josef Mengele
JulieToral
5

Un roman, vraiment ?

Je ne sais pas trop quoi penser de ce livre, qui reste le cul entre deux chaises. A la fois roman sans peps, avec un rythme de phrases parfois saugrenu, entrecoupé de morceaux d'histoire pour...

le 31 déc. 2017

10 j'aime

2

La Disparition de Josef Mengele
EricDebarnot
7

Monster

"Toutes les deux ou trois générations, lorsque la mémoire s'étiole et que les derniers témoins des massacres précédents disparaissent, la raison s'éclipse et des hommes reviennent propager le...

le 22 déc. 2018

9 j'aime

8

Du même critique

Ce qui ne me tue pas
zemoko
9

Ce n'est pas du Stieg Larson... mais c'est un très bon roman

Est-ce que c'est du Stieg Larson ? Non, bien évidemment que non. Est-ce que c'est grave ? Pas tant que cela... Bon, d'accord, le fait d'avoir lu les premiers "Millenium" voici déjà quelques années a...

le 21 sept. 2015

11 j'aime

2

Temps glaciaires
zemoko
9

Commissaire, ne changez pas, restez comme vous êtes !

Disclaimer : je suis fan de Fred Vargas et j'adore l'Islande... donc, attention, ma critique et la note que je donne à ce livre sont sans doute biaisés. Vous êtes prévenus. Ceci étant dit, j'ai...

le 16 mars 2015

11 j'aime

1

Ecoute la ville tomber
zemoko
8

Une ville en plein burn-out

« Écoute la ville tomber » est le premier roman de Kate Tempest dont on me dit quʼelle serait une rappeuse anglaise déjà connue et reconnue dʼune trentaine dʼannée (ce que je veux bien le...

le 21 mars 2018

8 j'aime