Une critique ironique a la maniere anglaise d'une societe

Avis sur La Foire aux vanités

Avatar fleurblanche234
Critique publiée par le

J'ai aime ce roman facile anglais, qui se veut realiste d'une societe britannique pendant l'ere victorienne. Je l'ai aime en tant que jeune etudiante de litterature anglaise et qui veut lire les oeuvres authentiques en langue d'origine, qui ne comprend pas grandes oeuvres comme Wuthering Heights ou de Grandes Esperances . Et quoi de plus facile que d'apprecier cet auteur , William Makepeace Thackery ou ses figures sont plutot faciles tres comprehensibles pour quelqu'un qui debute en litterature etrangere, car ce sont des figures de l'ordre metonynimiques, de simple cause a effetIl s'agit, dans ce roman d' une ascension , celle d'une jeune fille, Rebecca d'origine modeste qui veut reussir a tout prix et malgre tout . On la voit au couvent de jeunes filles vivant de son cerveau, de son esprit et de ses talents. Elle se lie d'amitie avec une autre jeune fille Amelie, Amelia qui est tout au contraire, l'une brune avec une touche de mystere et d'etrangere en elle grace a ses origines et d'un de ses parents d'outre-Manche , elle versatile et vive d'une intelligence brillante et superbe, l'autre blonde, lente, honnete, telle an English Rose. On suit leur parcours a travers la societe anglaise et ses villes differentes, London, Brighton, Bristol, lieux de la societe anglaise, de leur parcours mondaine.
Et leur vie n'est pas sans un certain rapport avec une autre paire de filles-amies et differentes Scarlett et Melanie, fougue et douceur, brune et blonde, sorciere femme ou blondinette gentille., Melousine et Griseldis.
De deux choses une. Ce sont deux types de femme de tout temps. Et les societes subissent l'etat de leur charmes, de leur douceur, leurs coquetteries. Car il y a toujours un Dobbin, a horse en anglais qui subit leur charmes et montre sa bienveillance ou sa stupidite crasse, Un Georges qui se laisse manipuler, envouter qui joue un menuet ou quadrille tour a tour au gre de ses desirs avec l'une d'elles. Il y a aussi un Rodney beau et seduisant tel un aventurier qui s'eprend d'amour d'une d'elle et ils jouent un amour - seduction , une sorcellerie -passion...jusqu'a l'assouvisement jusqu' a la fin de l'aventure qui s'acheve en une maladie jaunisse ramenee de l'Inde de ses aventures.
Elles reussissent selon leur caractere. Et l'ecrivain et nous aussi se demandons : Laquelle est plus heureuse?
La vie est une foire, un tas de vanites. Oh , Vanitas vanitatorum!

J'ai beaucoup aime ce roman par sa facilite meme, par son recit clair son irone facile pour quelqu'un qui ne se connait pas en litterature. Je l'ai prefere a Dickens ou Balzac meme les jugeant trop difficiles, plus meticuleux, plus pointilleux, d'une envergure plus large, et de consequences plus graves, pour moi. Maintenant je suis plus realiste j'hesite entre 7 et 8 mais j'accorde une 8 par generosite pour mon livre de jeunesse, par mon maitre Thackery qui m'a lancee vers un dialogue avec l'auteur

Les personnages de ce roman sont fermes dans leurs propres valeurs....relevant de leur monde auquel ils se tiennent. Que ce monde soit faux, qu'on pense a Becky Sharpe, c'est la composition de Thackery.En cela le romancier a un brin de modernite aussi. Une pointe d'idee qui fait la difference dans le personnage litteraire cree par son auteur. .

Les personnages de Becky de Dobbin ou d'Amelie sont opposes les uns aux autres Ils sont a la fois les marionnettes d'un theatre, du guignol...ou d'un theatre de vie. ou tout leur predispose par avance. Ilsjouent et ils sont joues et ballotes au gre de leur destin, Le roman est un champ comme le destin.. La vie de Becky est litteraire et romanesque. l'oeuvre est une ironie de vie. l'oeuvre est une vie.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 444 fois
10 apprécient

Autres actions de fleurblanche234 La Foire aux vanités