Avis sur

La Trêve par damocles

Avatar damocles
Critique publiée par le

Dans La trêve, Primo Levi raconte sa sortie du camp et son retour difficile dans son pays natal, l'Italie. Accompagné d'autres déportés de plusieurs nationalités européennes, il se retrouve successivement dans plusieurs camps d'accueil soviétiques en Pologne. L'œuvre raconte la vie de ces camps où les rescapés partagent leur quotidien avec les populations locales et les soldats russes. Toujours accompagné de personnages ingénieux et futés (Cesare un fameux commerçant ou encore le Grec), l'auteur tire son épingle du jeu dans les camps et occupe souvent la place de médecin ou d'infirmier. Ses souvenirs sur ses camarades et les événements marquants (le premier retour raté ou la camionnette) du cinéma sont très détaillés. Le retour à la vie humaine est raconté. De moins en moins dépendant des russes, l'ancien prisonnier et ses compatriotes redécouvrent les plaisirs simples mais enfouis dans leur passé. Seules les toutes dernières pages du livre parlent de l'Italie. C'est le partage d'expériences et le voyage qui importent l'écrivain.

Cependant, tout en restant dans la narration, Primo Levi amène le lecteur à se poser des questions lourdes sur le nazisme et l'inhumanité (tout comme dans Si c'est un homme). Le jugement n'est pas la motivation de l'auteur, il relate les faits et ses rencontres sans pratiquement jamais se plaindre de sa condition. Pourtant, la fin de l'œuvre marque un tournant dans sa vie. Malgré son retour en Italie, les souvenirs et les réflexes du camp refont surface, comme si la période suivant la libération n'était qu'une trêve (et la seule) dans l'horreur et la peur.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 343 fois
1 apprécie

Autres actions de damocles La Trêve