Douloureuse reconstruction

Avis sur Le Trône de fer : L'Intégrale, tome 4

Avatar VGM
Critique publiée par le

Difficile transition que ce Feast for Crows. Les événements des tomes précédents ont en effet laissé un Westeros désolé, où les villages détruits jouxtent les champs brûlés et les paysans pendus. Tout est donc à reconstruire pour nombre des personnages phares de la série, mais également pour l'auteur, qui doit par là-même relancer ses intrigues tout en en créant de nouvelles, et en les liant entre elles. Un pari qui s'avère plutôt réussi, au prix cependant de nombreux sacrifices.

Le début de A Feast for Crows est une surprise continue : on enchaîne le suivi de Aaron Greyjoy, d'un nouveau personnage, puis de Cersei et Brienne, soit quatre nouveaux points de vue pour autant de chapitres. George RR Martin va ainsi utiliser une nouvelle technique, consistant à décrire un chapitre par la fonction d'un personnage (et non par son nom), afin d'indiquer qu'il n'est pas un point de vue récurrent, mais bien seulement un point de vue temporaire. Et si cela augure du meilleur pour la suite, on se rend rapidement compte que ces "nouveaux" personnages n'ont pas de choses autant à apporter qu'on le pense de prime abord.

Cette cassure dans le chapitrage était nécessaire, étant donné que l'auteur profite de ce quatrième tome pour aborder le cas des Îles de Fer et de Dorne, deux couronnes qu'on sentait poindre sans en voir la couleur jusqu'à présent. Si les intrigues les concernant sont in fine joliment reliées à l'histoire principale, les remettant dans la course au Trône de Fer (pour le lecteur du moins), c'est au prix d'un des premiers soucis du livre : ces chapitres manquent vraiment de mordant. À part le dernier chapitre de Victarion, un peu plus punchy, les états généraux de la royauté des Îles de Fer sont sympas mais peu passionnants, à l'image de la fuite d'Ariane Martell, dont seule la conclusion aura finalement une importance pour le reste du récit. Alors certes, le choix de prendre son temps pour développer ces nations sur quelques chapitres est pertinent, de façon à ce qu'on comprenne les différents enjeux, et surtout qu'on y croit. Mais il est pour autant difficile de s'attacher à ces apparitions fugaces et mollassonnes, bien que sympathiques.

Si l'on revient du côté de l'intrigue principale désormais, la trame ralentit sérieusement. Elle se met même presque en pause, s'attardant sur les Terres dévastées de Westeros, et nous dépeignant toute l'horreur de la guerre vue par le péon de base, notamment via les chapitres de Brienne. Et tout cela, c'est vraiment bien, important même au sein de l'œuvre globale de GRR Martin. Malheureusement, je ne trouve pas que cette description d'un monde ravagée soit particulièrement réussie.

En effet, la quête de Brienne est insensée, et elle suivra n'importe quel badaud lui disant ce qu'elle voudra entendre pendant des semaines et des semaines (et des heures de lecture) sans jamais aboutir à rien d'autre que la description d'un monde désolé. Le premier soucis, c'est qu'en tant que lecteur j'ai eu du mal à croire à certaines passages tout à fait absurdes de cette quête (mention spéciale à l'aller/retour pour trouver le bouffon). Le second, c'est que je n'ai jamais ressenti cette destruction, je ne l'ai jamais vécue lors de ma lecture. J'avais l'impression de lire une simple description fantaisiste de l'idée que l'auteur se fait de ce paysage, et multiplier les petites filles violées et mutilées ou les pendus aux arbres ne rajoute rien à l'horreur, au contraire même. Pour une description aboutie et fantastique de la folie humaine, c'est vers Joseph Conrad et son Heart of Darkness que je me tourne, et non vers Game of Thrones.

Cette partie là du livre est donc sympathique mais loin d'être folle, et lente, mais leeeeente. Je ne me suis presque jamais ennuyé en lisant ce volume, car il reste plaisant à lire malgré tout, mais mon dieu ce que c'est mou du genou. Pendant ce temps, on se rend contre que Cersei est tout simplement folle (ou teubée), Sansa vit sa vit de bâtarde osef, Arya vit sa vit de fidèle osef, et Sam vit sa vie de mestre osef. Et encore, Sansa et Arya font 3 apparitions chacune, vraiment "histoire de". Je grossis certes un peu le trait, mais l'idée est là : les personnages se reconstruisent chacun des intrigues, et cela prend du temps. Et pendant ce temps, il ne se passe rien, ou presque.

Heureusement, A Feast of Crows finit enfin par décoller dans son derniers tiers, notamment via les intrigues tissées en fil rouge autour de Jaime (de loin le meilleur personnage de ce tome) et Cersei. Il est d'ailleurs on ne peut plus frustrant que lorsque l'histoire monte enfin un peu en puissance, le livre s'arrête et que l'auteur te dise : "alors pour le prochain livre, on va revenir en arrière et refaire la même histoire, mais du point de vue d'autres personnages qui n'étaient pas là dans ce tome". Arg. Soit, c'est nécessaire, mais ce n'en est pas moins douloureux.

C'est d'ailleurs selon moi symbolique du ratage total qu'est ce découpage en deux livres. Alors certes, un bouquin de 2000 pages ça aurait pu faire beaucoup, mais vu là où ce 4ème tome s'arrête (c'est à dire au milieu de nulle part), il aurait pu y inclure les autres personnages et le faire s'arrêter plus tôt (soit au milieu de nulle part également, mais pour ce que ça y aurait changé...). Après, il faut voir si le rythme n'en aurait pas été encore plus mou, douloureux et mal équilibré. Mais en l'état, celui proposé n'est pas convaincant, et passionne difficilement.

Quant à parler des faiblesses de rythme, j'en profite pour glisser un mot sur les "cliffhanger" de fin de chapitre qui ponctuent ce nouveau volume. Je les trouve pour la plupart franchement ratés. À titre d'exemple, le

À son réveil, elle était aveugle.

de Arya (et puis "salut bisoux RDV dans deux tomes pour la suite" alors qu'on euh... s'en fiche ?) est particulièrement raté. On a aperçu le personnages 3 fois en 800 pages, et on ne sait même pas si cet état est temporaire, illusoire ou définitif. Bref, l'effet est loupé. Pareil pour la fin de la quête de Brienne et son "Elle cria un mot". Voilà, RDV dans deux tomes aussi, alors que c'est exactement pareil, on ne sait absolument pas ce que ce pseudo-cliffhanger veut dire, et du coup il est difficile de s'y intéresser.

A Feast for Crows est donc une aventure du Trône de Fer intéressante mais percluse de défauts. Son rythme mollasson en dents de scie, couplé à des intrigues longues à l'allumage et à une description du chaos relativement peu convaincante par rapport aux enjeux, en font un quatrième volume sympathique, qui se lit toujours bien, mais qui n'en est pas moins foncièrement moins bon que ses prédécesseurs, et donc décevant. En espérant une suite plus maîtrisée...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 159 fois
2 apprécient

VGM a ajouté ce livre à 1 liste Le Trône de fer : L'Intégrale, tome 4

  • Livres
    Cover Odyssée Littéraire 2016

    Odyssée Littéraire 2016

    Comme d'habitude, liste richement annotée ! Pour plus de détails : Lus en 2015 : http://www.senscritique....

Autres actions de VGM Le Trône de fer : L'Intégrale, tome 4