Un endroit où le temps s'arrête

Avis sur Le restaurant de l'amour retrouvé

Avatar Noménale
Critique publiée par le

Il y a dans ce roman un côté doux amer. On part de relations et de situations classiques pour vite tomber dans le rocambolesque, une invraisemblable poésie qui donne des touches de couleur à une histoire assez simple et triste.

L’on ne sait plus vraiment si l’on est dans la comédie ou le drame, probablement un mélange des deux.

On suit le parcours de Rinco, une jeune femme qui doit se reconstruire après la fuite de son amoureux, parti sans laisser d’adresse avec toutes les affaires qu’ils avaient en commun, ou qui étaient à elle. Ne lui reste que la jarre de saumure de sa grand-mère dans laquelle elle prépare ses petits légumes. Puisqu’elle n’a plus rien, elle fuit la ville elle aussi. Un retour aux origines, un retour à la mère qu’elle a quittée il y a plusieurs années déjà. La relation est houleuse, teintée d’amertume et d’ambiguïté. C’est l’exposé douloureux de deux personnalités qui ne savent pas s’aimer autrement qu’en se faisant du mal, mais qui ne savent pourtant pas faire autrement que de s’aimer. Haïr ses parents, c’est difficile.

Rinco a toujours aimé la cuisine, elle décide donc d’ouvrir un restaurant dans le fond du jardin de la mère. Ici aussi on a une opposition entre la mère et la fille. La première déteste cuisiner et Rinco se focalise là-dessus pour marquer leurs différences. Pourtant, la mère tient un bar. Tenir un bar et un restaurant, ce n’est pas si éloigné.

C’est un restaurant particulier, un restaurant où la préparation du repas est minutieusement réfléchie puis exécutée. Dans ce monde où tout va vite, ce restaurant qui s'appelle l'Escargot est un endroit où le temps s'arrête. Un seul client -ou groupe - par service, mais son repas doit être parfait. Et alors qu’elle s’aperçoit qu’elle parvient, avec un simple repas, à rendre les gens heureux, Rinco prend peu à peu confiance en elle.

C'est en pensant aux autres qu'elle apprend à s'occuper d'elle, à réparer ses propres liens brisés. A comprendre et accepter, tout simplement. Face à la mère, peu à peu, elle prend sa position d'adulte et elle finit par comprendre les non dits, par remettre en cause tout ce qu'elle avait cru, imaginé. Finalement, c'est peut-être ça aussi, grandir.

Un roman qui se déguste avec gourmandise, une très belle découverte qui nous laisse flotter sur un petit nuage pendant toute la lecture.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 81 fois
4 apprécient

Autres actions de Noménale Le restaurant de l'amour retrouvé