Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

- soit j'ai rien compris, soit il y a des risques de spoil
- soit l'esthétisme est impeccable et sans aucun raté, soit il est rouge. Très rouge. Trop rouge;
- soit le scénario est d'une complexité insaisissable, soit d'une simplicité navrante;
- soit la place laissée à l'interprétation du spectateur est magistrale, soit ce film n'a aucun propos, ne veut rien nous dire, au fond;
- soit pratiquement tout le film se déroule dans la tête du personnage de Gosling, soit les gens sont vraiment bizarres;
- soit la mère est une castratrice entretenant joyeusement un oedipe mal résolu, soit elle n'est pas vraiment là, elle est fantasmée, elle représente toutes les femmes d'un Gosling impuissant;
- soit Ryan Gosling est le meilleur acteur du monde capable de jouer même l'inexpression, soit c'est un poulpe dépressif à qui l'on a demandé d'incarner une huître;
- soit Kristin Scott Thomas est formidable dans l'excès, soit c'est la parodie ratée d'une Dalida des trottoirs;
- soit Nicolas Winding Refn a eu un éclair de génie à nul autre pareil, soit il avait trop fumé sa bière;

Je ne sais pas. Le problème c'est que je ne sais pas. J'ai apprécié les images, la lenteur, l'ambiance, la violence même. Je suis ressortie avec la désagréable impression de n'avoir pas assez d'indices pour saisir ce que le réalisateur avait voulu me raconter.

Alors de deux choses l'une :
- soit j'ai adoré ce film, soit il m'a laissée sur le carreau.

Je ne sais pas.
Je ne sais pas.
Je ne sais toujours pas.
Nomenale
6
Écrit par

Créée

le 26 mai 2013

Critique lue 2.4K fois

73 j'aime

26 commentaires

Nomenale

Écrit par

Critique lue 2.4K fois

73
26

D'autres avis sur Only God Forgives

Only God Forgives
real_folk_blues
8

Thaî, glande, et Ryan erre.

Only God Forgives n’est pas un bon film. N’allez pas croire que vous verrez Drive, pauvres naïfs. N’allez pas espérer que Fight Club se soit payé un lifting, pauvres consommateurs. Ne supputez point...

le 3 juin 2013

149 j'aime

32

Only God Forgives
Anyo
8

Le langage du silence

Le cinéma est un art Visuel et Auditif. Notre cher réalisateur Danois acquiesce et nous livre une oeuvre à la facture audio-visuelle irréprochable. "Only God Forgives" rejoint "Samsara" et "The...

Par

le 24 mai 2013

140 j'aime

11

Only God Forgives
Gand-Alf
6

... Et l'enfer le suivait.

Pour avoir une idée de mon expression dépitée à la sortie de ma séance de "Only god forgives", je vous invite à vous poster devant un miroir et de vous observez en train de diviser 1356, 876543 par...

le 24 mai 2013

139 j'aime

13

Du même critique

Only God Forgives
Nomenale
6

De deux choses l'une

- soit j'ai rien compris, soit il y a des risques de spoil - soit l'esthétisme est impeccable et sans aucun raté, soit il est rouge. Très rouge. Trop rouge; - soit le scénario est d'une complexité...

le 26 mai 2013

73 j'aime

26

Downton Abbey
Nomenale
8

Dear Lady Sybil,

Comme j'ai aimé être une petite souris et me glisser dans cet immense demeure que vous partagez seulement avec quatre autres membres de votre famille. Comme j'ai aimé voir la vie des domestiques qui...

le 21 juin 2013

70 j'aime

23

Six pieds sous terre
Nomenale
9

"I wish that just once people wouldn't act like the clichés that they are"

La mort, je la côtoie tous les jours. J’ai grandi dedans. Et pourtant, celle-ci fait mal. La mort ne fait pas mal, d’habitude. La mort ce sont ces corps dans la salle en bas. Ce sont ces familles...

le 6 août 2013

62 j'aime

23