De quoi que soient faites nos âmes, la sienne et la mienne sont pareilles (...)

Avis sur Les Hauts de Hurle-Vent

Avatar blooming_heart
Critique publiée par le

En commençant ce livre, je m'attendais à y trouver une histoire d'amour un peu à la manière "Jane Austen". Dès les premières pages, j'ai compris que ce n'est pas le cas et à peine l'avoir fermé, je peux dire que j'y ai trouvé bien plus. Premièrement, les personnages sont aussi détestables les uns que les autres et je peinais à trouver la joie de vivre en chacun d'eux, car il n'y en a pas. En revanche, tout le champ lexical du Gothique y est présent. L'atmosphère est sombre, lugubre, pesante, mystérieuse et il n'y a quasiment aucun moment de joie. Un des seul rayon de lumière de ces pages, est la passion qui habite Catherine et Heathcliff jusqu'au bout, même si cela s'avère être destructeur et mène à la vengeance. Une plus belle fin que celle-ci ne peut exister,

les deux amants maudits se retrouvent à jamais en paix.

Ce roman a non seulement une morale mais aussi une âme, car c'est un des plus grands chefs d'oeuvres de la littérature anglaise mais aussi le seul et unique livre de l'autrice qui s'est elle-même inspirée de personnes et lieux issus de sa propre existence. Et il continu de me hanter, jamais je n'avais lu une histoire "d'amour" aussi puissante, violente et difficile à vivre pour les personnages, dans tout les sens du terme.

-Vous aimez Edgar et Edgar vous aime. Tout m'a l'air simple et facile: où est l'obstacle ?
-Ici! et ici! répondit Catherine en se frappant d'une main le front et de l'autre la poitrine; partout où vit l'âme. En mon âme et conscience, je suis convaincue que j'ai tort!

Ce serait me dégrader moi-même que d'épouser Heathcliff. Aussi ne saura-t-il jamais comme je l'aime; et cela, non parce qu'il est beau, Nelly, mais parce qu'il est plus moi-même que je ne le suis. De quoi que soient faites nos âmes, la sienne et la mienne sont pareilles (...)

A quoi servirait que j'eusse été créée, si j'étais toute entière contenue dans ce que vous voyez ici? Mes grandes souffrances dans ce monde ont été celle de Heathcliff, je les ai toutes guettées et ressenties dès leur origine. Ma grande raison de vivre, c'est lui. Si tout le reste périssait et que lui demeurât, je continuerais d'exister; mais si tout le reste demeurait et que lui fût anéanti, l'univers me deviendrait complètement étranger, je n'aurais plus l'air d'en faire partie.

Mon amour pour Heathcliff ressemble aux rochers immuables qui sont en dessous: source de peu de joie apparente, mais nécessité. Nelly, je suis Heathcliff! Il est toujours, toujours dans mon esprit; non comme un plaisir, pas plus que je ne suis toujours un plaisir pour moi-même, mais comme mon propre être. Ainsi, ne parlez plus de notre séparation; elle est impossible, et...

Non, vous ne me chasserez plus. Vous étiez réellement inquiète de moi n'est-ce pas ? Eh bien! Il y avait de quoi. J'ai mené un dur combat dans la vie, depuis le jour que j'ai cessé d'entendre votre voix; il faut me pardonner car c'est uniquement pour vous que je luttais!

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 91 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de blooming_heart Les Hauts de Hurle-Vent