Couverture Pauca Meae - Livre IV des Contemplations

Critiques de Pauca Meae - Livre IV des Contemplations

Livre de (1856)

Au programme

Ce n’est pas tant « Pauca meæ » en soi que je n’aime pas. On y trouve – comme un peu partout chez Hugo – deux ou trois excellents poèmes : le ressassé « Demain, dès l’aube… », le moins connu « On vit, on parle… » ; des vers qui ont de l’allure : « Toutes ces choses sont passées / Comme l’ombre et comme le vent. » (dans « Quand nous habitions tous ensemble… »), « Il faut que l’herbe... Lire la critique de Pauca Meae - Livre IV des Contemplations

1
Avatar Alcofribas
4
Alcofribas ·