👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Un roman à l’ambiance unique mais plombé par ses multiples longueurs de narration

Second roman de Stephen King sorti en 1975, 2 ans après l’excellent Carrie, Salem nous emmène dans l’inquiétante ville de Jerusalem’s Lot, petite bourgade perdue au fin fond du Maine.

On y suit Ben Mears, écrivain en quête d’inspiration tourmenté par de vieux démons qui revient sur les lieux de son enfance... SALEM. Et son antre terrifiante qui domine la ville : MARSTEN HOUSE.

Le roman nous plonge peu à peu dans les entrailles de la ville, où le mal semble s’immiscer de manière inexorable. King s’axe avec intelligence sur la thématique des vieux drames enfouis au sein d’un lieu, peu à peu oubliés de sa population mais à l’empreinte intemporelle. Une réflexion qui peut également s’appliquer à plus grande échelle...

Ce mal enfoui va en quelque sorte servir de combustible à un mal présent en y ancrant ses protagonistes, face à l’incertitude anxiogène de sa population.

Le mal présent prend place ici sous la forme du vampirisme, un mal qui répand ses crocs aussi vite que la nuit descend sur Salem. Face à ce mal, quelques habitants font face, armés d’armes artisanales et surtout de leur savoir : un écrivain, un enseignant, un médecin, un homme de Dieu...

L’ambiance ressort à la perfection tant elle est sombre et angoissante, avant de devenir carrément ténébreuse.

Venons-en maintenant à ce qui pèche : la narration. Celle-ci est lente, bien trop lente, plantant le décor avec qualité mais de manière excessive, reléguant l’action au second plan, de façon beaucoup trop tardive. Conséquence de cela : on s’ennuie longuement, attendant désespérément que l’intrigue avance. La seconde partie du roman relève un peu le niveau d’action mais sans nous faire oublier le profond ennui de sa première partie.

Autre problème inhérent à la narration : la multiplication des personnages et des points de vue, ce qui est extrêmement déroutant. Bien qu’il soit clairement désigné comme le personnage principal, Ben Mears peine longuement à en prendre vraiment l’étoffe, du fait de cet excès.

Ces 2 problèmes liés à la narration marqueront je trouve de nombreuses œuvres de Stephen King, les résumant ainsi :

  • Ambiance superbe mais longueurs narratives excessives.
Sir_Stifler
6
Écrit par

il y a plus d’un an

Salem
Carnecruse
8
Salem

Don't open this f*** window, boy !

Un King que j'ai lu pour la première fois encore gamine : pendant des années j'ai eu peur qu'un vampire veuille entrer et gratte à la fenêtre de ma chambre. Salem, ou quand vos proches se chargent de...

Lire la critique

il y a 9 ans

23 j'aime

3

Salem
artificier
9
Salem

Au coeur de la vie, nous sommes dans la mort.

Je me suis rendu compte il y a peu de temps que je ne lisais maintenant que des thrillers, des policiers noirs ou des écrivains spécifiques (McCarthy, etc.) et que j'avais un peu abandonné la lecture...

Lire la critique

il y a 11 ans

17 j'aime

8

Salem
Bing
9
Salem

Critique de Salem par Bing

Enfin des vampires, des vrais vampires! Pas les vampires glamour que l'on nous vend en ce moment, réussis ou non. Du vampire qui suce du sang, qui tue ses victimes et crée d'autres vampires. Du...

Lire la critique

il y a 11 ans

10 j'aime

Old
Sir_Stifler
8
Old

Le pari réussi de Night Shyamalan

Réalisateur au style authentique reconnu pour son talent autant que pour sa filmographie inégale, Night Shyamalan revient avec ce thriller fantastique très atypique.Plutôt habile dans l’art...

Lire la critique

il y a 10 mois

5 j'aime

1

Rocketman
Sir_Stifler
5
Rocketman

La production made in Elton John a clairement terni la qualité du film

En tant que grand fan d’Elton John et de sa discographie, j’attendais beaucoup de ce « biopic », que j’espérais de la trempe de Bohemian Rhapsody. Si certaines critiques reprochent à ce dernier...

Lire la critique

il y a 3 ans

5 j'aime

Le Pari
Sir_Stifler
8
Le Pari

Le tabac c’est tabou, on en viendra tous à bout !

Au terme d’une carrière humoristique exceptionnelle, les Inconnus connurent en 1995 le succès cinématographique tant mérité que fut Les Trois Frères, comédie culte du cinéma français.Deux ans plus...

Lire la critique

il y a plus d’un an

4 j'aime