« Anthony, cinquième comte de Droitwich, découvre qu’il a été échangé, au berceau, avec le fils de sa nourrice, Syd Price, actuellement coiffeur à Londres ». Hé oui, « La vie est un long fleuve tranquille » n’a rien inventé, dès 1931 le génial Sir PG Woodehouse avait déjà imaginé l’échange de bébés à la naissance !


Comme dans tout bon Woodehouse, on bascule rapidement dans un vaudeville animé, voire effréné, où :



  • l’actuel (ou devrais-je dire l’ancien ?) Lord Droitwich devient coiffeur, se rends compte que sa fiancé n’en voulait qu’à son titre, et tombe amoureux d’une jeune américaine,

  • le nouveau Lord Droitwich voudrait profiter de son nouveau statut... mais, finalement, ce n’est pas la vie de château,

  • la famille s’évertue à empêcher le nouveau Lord de récupérer le titre car « bon sang ne saurait mentir » et il ne sera pas dit qu’on puisse devenir Lord Droiwich sans l’éducation qui va avec.


Ce n’est certes pas le meilleur Woodehouse, loin de là... mais ça reste une bonne lecture (Ça ferait, par contre, une pièce de théâtre épatante !).

zemoko
6
Écrit par

Le 16 décembre 2016

Ce qui ne me tue pas - Millénium, tome 4
zemoko
9

Ce n'est pas du Stieg Larson... mais c'est un très bon roman

Est-ce que c'est du Stieg Larson ? Non, bien évidemment que non. Est-ce que c'est grave ? Pas tant que cela... Bon, d'accord, le fait d'avoir lu les premiers "Millenium" voici déjà quelques années a...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

2

Temps glaciaires
zemoko
9

Commissaire, ne changez pas, restez comme vous êtes !

Disclaimer : je suis fan de Fred Vargas et j'adore l'Islande... donc, attention, ma critique et la note que je donne à ce livre sont sans doute biaisés. Vous êtes prévenus. Ceci étant dit, j'ai...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

1

Ecoute la ville tomber
zemoko
8

Une ville en plein burn-out

« Écoute la ville tomber » est le premier roman de Kate Tempest dont on me dit quʼelle serait une rappeuse anglaise déjà connue et reconnue dʼune trentaine dʼannée (ce que je veux bien le...

Lire la critique

il y a 4 ans

8 j'aime