Adoption périlleuse

Avis sur Tu n'es pas la fille de ta mère

Avatar Alexandre Katenidis
Critique publiée par le

La France suspend les autorisations d'adoption d'enfants cambodgiens. Estomaquée, une charmante tête-à-claque désenchantée, à l'humour acidulé, décide de devenir mère d'une petite Khmer. Ce coup de tête est d'autnt plus surprenant qu'elle apprend au lecteur son refus de procréer par elle-même, après deux grossesses non désirées interrompues ; et, en plus, elle divorce.
Mais voilà ce qui la motive : "Ressembler pendant neuf mois à une barrique variqueuse, non merci. Aimer son prochain, c'est bien, aimer son lointain c'et mieux. Aidons la terre et aidons une place au ciel à ceux qui existent déjà."
De manière un peu paradoxale, on apprend que le titre vient d'une invective, maintes fois réitérée à l'auteur, qu'on lui tançait quand elle était adolescente.
Evidemment, elle égrène toutes ses dfficultés pour arriver à ses fins, avec des détails quelque peu durs à avaler. Elle explique pourquoi elle a choisi l'une des petites filles les plus moches de l'orphelinat où elle était, qu'elle a connu grâce à Bertrand Tavernier (elle est critique cinéma) et le désarroi concommittant de se séparer de son mari. Le roman se termine sur son retour en France et on y apprend que sa situation sentimentale s'améliore ; mais quid de la validation de l'adoption, légale pour le Cambodge, par la justice française ?
Voici une citation qui résume une bien jolie morale : "Il n'y a pas d'amour, il n'y a que des preuves d'amour".
Comme dans son roman La peau dure, les détails difficiles sont rattrapés par un humour, d'une auto-dérision et d'une crudité de langage, aussi déconcertants que charmants par son côté acidulé - du langage - . C'est donc un récit auto-biographique très joli et rès facile à lire.
Je regrette juste une certaine sècheresse de style : son élocution télévisée m'avait habitué à davantage de lyrisme. Aussi, deux bourdes sont à déplorer : elle évoque leparapluie des moines bouddhistes, qui, vraisemblablement, sont plutôt des ombrelles ; sinon, le sigle DDASS s'écrit avec deux D - pour direction départementale des affaires sanitaires et sociales - .
Il y a une passerelle avec La Peau dure : l'héroïne du roman finit par divorcer, ce qui correspond à la situation de départ de la narratrice du présent récit, ce qui confirme mes intuitions de sources autobiographiques du roman.
Au final, c'est agréable à lire, bien qu'un peu convenu. Le ton employé rattrape cela.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 5 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Alexandre Katenidis Tu n'es pas la fille de ta mère