Couverture Une machine comme moi

Critiques de Une machine comme moi

Livre de (2020)

Critique de Une machine comme moi par amaranth

Londres dans les années quatre-vingts. Charlie, qui vit difficilement de son action de boursicoteur, décide d'acquérir, grâce à un héritage, un robot humain nommé Adam. Alan Turing n'est pas mort et il a en effet créé des androïdes. L'arrivée de ce robot dans la vie de Charlie va tout changer : il devient riche tout d'abord, grâce à l'intelligence d'Adam. Mais ce dernier a un sens des valeurs... Lire l'avis à propos de Une machine comme moi

1
Avatar amaranth
7
amaranth ·

Critique de Une machine comme moi par Jo_Babouly

Deuxième livre de McEwan que je lis et c'est la confirmation : je vais lâcher l'affaire avec lui ! Après l'intérêt de l'enfant, on retrouve le même procédé, les mêmes réflexions relativement intelligentes et le même ennui pour ma part. L'arrivée d'un robot doté d'une intelligence artificielle et de la conscience de soi va-t-elle transformer la vie de Charlie, sympathique... Lire la critique de Une machine comme moi

2
Avatar Jo_Babouly
5
Jo_Babouly ·

« Et que connaissent de l’Angleterre ceux qui ne connaissent que l’Angleterre ? »*

Un nouveau roman de Ian McEwan, c’est irrésistible en soi pour qui a déjà eu l’occasion d’en lire un, quel qu’il soit; non pas que TOUS les romans de Ian McEwan soient parfaits, ça n’existe pas et même, on peut ne pas apprécier plus que ça certains de ses romans. Ce qu’on ne peut prétendre, en revanche, c’est qu’on s’y ennuie ou qu’ils soient bêtes. Tous ne nous touchent pas de la même façon... Lire la critique de Une machine comme moi

Avatar Sylvie Sagnes
7
Sylvie Sagnes ·

Un pari osé et réussi

Miranda, Charlie et Adam, androïde perfectionné, personnalisé et... sentimental forment le trio amoureux atypique de cette brillante uchronie qui vire petit à petit au thriller. Conteur de talent, McEwan surprend, déstabilise et régale le lecteur avec sa plume sublime, son humour noir et son analyse subtile et originale des limites de la moralité et de l'imperfection de l'âme humaine. Lire la critique de Une machine comme moi

Avatar Fanny10
8
Fanny10 ·