👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Va et poste une sentinelle par L'Homme Qui Lit

Publié sur L'Homme qui lit :

Cinquante cinq ans après la publication de son premier et seul roman, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur (« To Kill a Mockingbird« ), Harper Lee a fait son grand retour dans les librairies du monde entier avec une suite à son roman désormais culte, où l’on retrouve les personnages vingt ans plus tard. L’histoire veut que l’avocate d’Harper Lee, vivant désormais diminuée en maison de retraite, aurait retrouvé en 2014 ce roman écrit avant Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur dans les archives de l’auteur, les éditeurs n’ayant à l’époque pas souhaité le publier. Hier, l’institut Nielsen a rendu publics les chiffres des ventes de livres aux USA pour 2015, et avec 1,6 millions d’exemplaires vendus depuis le mois de juillet, ce roman très attendu est arrivé en tête des ventes.

Va et poste une sentinelle (« Go Set a Watchman« ) nous ramène donc à Maycomb, Alabama, où l’intrépide petite Scout est désormais Jean Louise Finch, une jeune new-yorkaise de 26 ans venue passer quelques jours auprès de son père vieillissant. Du temps a passé depuis son enfance agitée, un drame a touché sa famille, et son père qui commence à se faire vieux prépare sa succession au cabinet.

Ces retrouvailles avec la ville qui l’a vue naître se font dans un climat particulier, le pays étant en proie au déchirement autour de la question raciale, et l’Alabama étant particulièrement favorable à la ségrégation devient source d’incompréhension pour cette jeune idéaliste vivant désormais dans un immense melting-pot ethnique.

Pour notre jeune héroïne, ce séjour ce en quelque sorte initiatique, puisque c’est à cette occasion qu’elle découvrira que ce père qu’elle a toujours idéalisé comme un grand égalitarisme n’est en fait peut-être pas tellement différent de tous les autres habitants de la ville.

Ce roman est assez paradoxal. J’imagine qu’il a dû procurer un sentiment heureux chez celles et ceux qui avaient lu il y a longtemps Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, les retrouvailles quelques années plus tard avec des personnages littéraires nous inondant souvent d’une forme de nostalgie. Pourtant, Va et poste une sentinelle m’a moins passionné, m’a semblé plus brouillon, son message et sa portée me paraissant moins universels. S’il fut pourtant un agréable moment de lecture, je ne pense pas qu’il s’imposera à son tour comme un grand classique.

HQL
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Ma bibliothèque virtuelle, Lus en 2015, Lus en 2016 et Service de presse

il y a 6 ans

1 j'aime

Va et poste une sentinelle
Ironfrog
5

Ceci n'est pas un Roman

C’est Boo Radley. Comme lui destiné à demeurer loin de l’œil public, enfermé depuis non pas vingt ans mais presque trois fois vingt ans, et déposant des trésors dans les troncs d’arbres. Et le trésor...

Lire la critique

il y a 7 ans

14 j'aime

5

Va et poste une sentinelle
Nolwenn-Allison
6

Ne tirez pas sur (la "suite" de) l'oiseau moqueur

La sortie de Go Set A Watchman est peut-être le grand événement littéraire de l'année, une fois virés les bouquins qui ne font que se vendre parce que ça a clashé sec chez Ruquier le samedi soir...

Lire la critique

il y a 7 ans

14 j'aime

4

Va et poste une sentinelle
Anaïs_Alexandre
10

"Je t'ai tuée, Scout. Il le fallait !"

Comme beaucoup je garde un souvenir impérissable de ma lecture de Ne tirer pas sur l'oiseau moqueur. Le personnage de Scout fait partie de ceux qui m'accompagnent encore et se rappelle à moi...

Lire la critique

il y a 6 ans

7 j'aime

Le Secret de Brokeback Mountain
HQL
9

Critique de Le Secret de Brokeback Mountain par L'Homme Qui Lit

Ah, qu'il m'en aura fait verser des larmes, ce film. Il en a fait également couler, de l'encre, lors de sa sortie. Film gay ? Pas vraiment. Le secret de Brokeback Mountain fait parti de ces films qui...

Lire la critique

il y a 11 ans

45 j'aime

2

Le Livre des Baltimore
HQL
10

Critique de Le Livre des Baltimore par L'Homme Qui Lit

Publié sur L'homme qui lit : L’ébulition de la rentrée littéraire retombe à peine sur les très ennuyeux prix littéraires, que la sphère culturelle s’agite de nouveau, et qu’un seul nom revient sur...

Lire la critique

il y a 6 ans

27 j'aime

1

Le vent se lève
HQL
8

Critique de Le vent se lève par L'Homme Qui Lit

Le film commence par une séquence forte. On assiste, impassibles, à la mort d'un jeune homme de 17 ans, mort sous coups des soldats de la couronne pour avoir refusé de décliner son identité en...

Lire la critique

il y a 11 ans

25 j'aime