👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Mon premier Céline, j'ai pas été déçu.
Beaucoup m'ont dit que j'aurais du commencer par "Mort à Crédit", mais bon, en l'état la lecture de celui-ci m'a énormément plus.

J'ai eu du mal avec les 100 premières pages, j'ai fait une pause (chose que je ne fais jamais), ne réussissant pas à rentrer dedans. Et puis quelques semaines plus tard, je reprends et j'ai pu finir d'une traite. Je ne pourrais pas dire si c'est moi qui n'ai pas réussi à rentrer dans le récit où si c'est le début du livre qui est moins bon / accessible, mais au final je regrette un peu ces difficultés.

Au final, l'oeuvre est vraiment immense, à la hauteur de sa réputation.
Même si je trouve le propos moins extrême que certains le disent, il n'en reste pas moins un nihilisme assez fou, un talent pour décrire la misère humaine en poussant le réalisme assez loin, sans jamais tomber dans le mauvais goût.
Le pire, c'est que c'est aussi souvent drôle, affreusement drôle. Céline avait un vrai talent pour rendre une scène horrible absurde, sans jamais user de trop grosses ficelles, c'est très fort, surtout vu le genre.

Ne me reste plus qu'à enchainer sur un autre Céline, j'espère apprécier autant.
Dnvr
8
Écrit par

il y a 11 ans

Voyage au bout de la nuit
Samu-L
10

Black Hole Sun

Je prend ma plume pour t'écrire à nouveau Ferdinand (http://www.senscritique.com/livre/Mort_a_credit/critique/11709471), entre nous, on peut pas laisser de non-dits. Tu m'as mis une belle claque au...

Lire la critique

il y a 8 ans

107 j'aime

28

Voyage au bout de la nuit
Vincent_Ruozzi
10

Le pessimisme sublimé

Voyage au bout de la nuit, le premier roman de Louis-Ferdinand Céline, n’est pas une œuvre ordinaire. D’une part pour la qualité du récit et d’écriture. D’autre part pour les convictions et...

Lire la critique

il y a 7 ans

93 j'aime

12

Voyage au bout de la nuit
-IgoR-
10

Illustre inconnu

J’ai rencontré Céline par un hasard des plus fortuits. Comme ça. Un beau matin pas plus gris qu’un autre. Un jour comme y’en a pleins. Pourtant on se connaissait déjà tous deux, sans le savoir...

Lire la critique

il y a 7 ans

82 j'aime

21

Chroniques de Tchernobyl
Dnvr
1

Critique de Chroniques de Tchernobyl par Dnvr

J'ai perdu ma joie de vivre un soir de Juillet 2012, à l'UGC Orient Express. Merci de me la rendre.

Lire la critique

il y a 10 ans

9 j'aime

3

American Tabloid
Dnvr
8

Critique de American Tabloid par Dnvr

Surement le Ellroy qui m'a le plus touché avec Le Grand Nulle Part. Un sujet passionnant qu'Ellroy, comme à son habitude, traite via des petites histoires passionnantes avec des personnages super...

Lire la critique

il y a 10 ans

8 j'aime