Vous le savez peut être...

Avis sur Voyages en Absurdie

Avatar Phil Dela
Critique publiée par le (modifiée le )

... et si vous ne le savez pas, allumez votre télé ou aller dans une librairie, Stéphane de Groodt a récemment publié un recueil de ses chroniques, intitulé ''Voyage en Absurdie''. Ne faisant ni une, ni deux, ni trois, ni rien du tout, je prends donc contact avec son agent pour lui proposer une interview de l'auteur d'outr'écrivain. Celui-ci me stoppe tout de suite dans mon élan, Stéphane étant indisponible.

Devant cette première porte qui se ferme, je décide de me rendre vers celle grâce à qui Stéphane est devenu un gros bonnet. Nabila me reçoit avec joie, Stéphane l'ayant marqué au plus haut point. ''Avant de Groodt, me dit-elle, je croyais qu'une chronique était une pratique sexuelle de buveurs de bière alsacien''. Grâce à Stéphane, Nabila se passionne à présent pour la culture. Elle apprend même l'anglais, et sait à présent qu'en anglais, ça se dit silly, conne. Par politesse, je lui demande quels sont ses plans pour l'avenir. Elle me dit qu'elle se sent un peu déprimée, son projet de télé-réalité ''Nabila, les Philosophes et le shampoing anti-pelliculaire'' venait de tomber à l'eau, quoi. Il était trop facile de deviner que BHL allait gagner...

Après celle par qui la gloire est arrivée, je me devais d'aller questionner les membres de son équipe, et, qui sait, me proposer en tant que son suppléant au supplément. Discutant avec Maïtena, je lui demande si c'est naturel pour elle de rire si fort et si longtemps pendant les chroniques de Stéphane. Elle me dit que oui, que depuis toute petite, elle sait que c'est Biraben qui rira en dernier. Quant à Nicolas, très sympathique au Demorand, il me confie se sentir libéré de Libé depuis quelques semaines. Lorsque je demande si je peux parler à Eldin reporter, on me dit que non, qu'il se cache depuis qu'il se sent traqué par les Hergé.

Pour finir, j'ai songé à rendre visite à tous ceux que Stéphane n'a pas encore interviewé dans ses chroniques d'outre tombe. Edith me confie d'ailleurs qu'elle en Piaf d'impatience. Je n'ai pas pu croiser Billie Holiday, car elle était en vacances à ce qu'on m'a dit. Claude aurait Sautet sur l'occasion de discuter avec moi, mais il est débordé par les choses de la mort. Annie Cordy me dit qu'elle est encore en vie, donc qu'elle ne peut participer à la chronique. Hugo a refusé mon invitation, jugeant qu'il ne serait pas Pratt-ique de me rencontrer. En effet, il ne connait pas Stéphane, et juge ainsi qu'il est préférable que ceux qui le connaissent mal-s'taisent. Pierre me dit que pour une rencontre, il est Dac or il a peur que de jeux de mots en calembours, la conversation s'avère difficile. Avec l'autre Pierre, il me confie que De Groodt et lui sont des-proches. Le grand George me prend dans ses bras-sans hésiter lorsque je lui propose de boire un petit verre à la santé de Mireille. Quant à Gainsbourg, il n'attend plus que Stéphane lui allume un Serge.

Au final, je ne l'ai pas croisé. J'espère juste qu'il suit son étoile comme Yves son Bergé. En tous les cas, si tu me lis, faut pas que tu laisses tes fans, De Groodt !

à lire aussi ici: http://jules-delphi.tumblr.com/post/88369016216/vous-le-savez-peut-etre-et-si-vous-ne-le

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 805 fois
19 apprécient

Phil Dela a ajouté ce livre à 1 liste Voyages en Absurdie

Autres actions de Phil Dela Voyages en Absurdie