⚠️ Une maintenance est prévue le Mercredi 26 juin à 8h00 pour une durée d'environ 2h. Le site sera inacessible pendant cette période.

J'ai découvert Nicolas Mathieu comme beaucoup de monde : avec son Goncourt, j'ai été pressé par un ami de le lire, me garantissant que cela me plairait beaucoup. Ayant grandi dans un monde plutôt rural, au sud de l'Alsace, j'ai tout de suite été saisi par le talent avec lequel Mathieu parvenait à saisir le vertige de la beauté et de l'ennui de ces contrées du Grand-Est, reproductible dans tout le spectre de la ruralité.


Aux animaux la guerre contient déjà les germes du succès à venir, avec des teintes de roman noir. Le temps de s'apercevoir que l'isolement vosgien, avec ses relents de Twin Peaks, est le décor parfait pour s'attaquer à une dimension plus politique de cette désolation. On pourrait se dire qu'il y a du Strip-Tease, dans la présentation des corps et des esprits souffrants, dans les usines qui ferment, dans les trous paumés, avec peut-être une condescendance un rien bourgeoise. Il n'en est en fait rien : à plusieurs reprises, on sent une portée plus sociale du propos, plus rageante, de cet endormissement de conte de fées qu'a su produire le capitalisme (sans aller pour autant dans des considérations zadistes et démagogiques de bas-étage).


Ce roman choral croise les destins de petites-frappes, d'assistants sociaux, d'anciens pieds-noirs (l'immigration, perçue comme la source de nos maux, se joue différemment avec ces profils : le récit débute par l'Algérie, et suit le parcours de fuyards à la libération de l'Algérie, revenant à la case-départ d'un pays dont ils ne font plus réellement partie... un destin qui est le lot de beaucoup de citoyens français considérés traditionnellement comme des migrants).


L'intrigue en elle-même n'a pas cette épaisseur que pourrait avoir un polar, et se veut davantage le récit de la fin d'une époque, de la fin de la classe ouvrière traditionnelle, du peu qui reste, avant que tout finisse par se casser la gueule.


Le livre contient des passages absolument formidables, qui créent de beaux leitmotiv avec Leurs enfants après eux (un chapitre décrit notamment une scène de footing, qui rappelle celle de la piscine dans le Goncourt : une ode au corps, avec un portrait remarquable du tragique d'inertie dont sont victimes les classes populaires). Nicolas Mathieu a le sens du détail, pour savoir dire ce qui fait mouche, dans la beauté et la laideur de la Rust Belt à la française, en tant que membre de ces hostiles terres qui connaît l'ennui des longs hivers du Far-East.

Jean-Go
9
Écrit par

Créée

le 8 juin 2024

Critique lue 33 fois

2 j'aime

Gogala I er

Écrit par

Critique lue 33 fois

2

D'autres avis sur Aux animaux la guerre

Aux animaux la guerre
camor
6

Critique de Aux animaux la guerre par camor

J'ai trouvé ce roman assez inégal. Autant je me suis régalé à lire les portraits des personnages et les situations ponctuelles décrites dans ce livre, autant je suis quelque peu déçu par le scénario...

le 6 mars 2016

5 j'aime

Aux animaux la guerre
HUBRIS-LIBRIS
8

Critique de Aux animaux la guerre par HUBRIS-LIBRIS

Essayons ce polar qui s’enfonce dans les brumes vosgiennes et traîne ses lignes sur le goudron strasbourgeois. Polyphonie. Les chapitres sont découpés en points de vues, se racontent à travers la...

le 4 juin 2018

4 j'aime

1

Aux animaux la guerre
Jean-Go
9

Critique de Aux animaux la guerre par Gogala I er

J'ai découvert Nicolas Mathieu comme beaucoup de monde : avec son Goncourt, j'ai été pressé par un ami de le lire, me garantissant que cela me plairait beaucoup. Ayant grandi dans un monde plutôt...

le 8 juin 2024

2 j'aime

Du même critique

Leviathan
Jean-Go
8

Prometteur !

Un manga prometteur, dans un huis clos morbide à la croisée des chemins entre Alien et Sa majesté des mouches. Une équipe de pilleurs de vaisseaux explorent l'épave ancienne et endommagée du...

le 17 janv. 2022

3 j'aime

L'attrapeur de rats
Jean-Go
8

Critique de L'attrapeur de rats par Gogala I er

Cette nouvelle d'Alexandre Grine nous fait voyager à Petrograd, dans un contexte de pauvreté qui semble tenir au corps de l'imaginaire de la ville, telle qu'on la connaît dans Crime et Châtiment. On...

le 8 juin 2024

2 j'aime

Aux animaux la guerre
Jean-Go
9

Critique de Aux animaux la guerre par Gogala I er

J'ai découvert Nicolas Mathieu comme beaucoup de monde : avec son Goncourt, j'ai été pressé par un ami de le lire, me garantissant que cela me plairait beaucoup. Ayant grandi dans un monde plutôt...

le 8 juin 2024

2 j'aime