« Nous, les Allemands » est une lettre posthume d’un grand-père, Meissner à son petit-fils, Callum. Librement inspiré de sa propre histoire familiale, l’auteur, Alexander Starritt, offre un court roman où le lecteur se verra très souvent basculé et poussé dans ses retranchements. 


Écrit comme la réponse de ce grand-père, enrôlé après le lycée, à la question de son petit-fils quant à savoir ce qu’il a fait durant la guerre, celui qui ne se perçoit que comme un simple soldat et non un nazi va narrer essentiellement ses années passées sur le Front de l’Est. Il sera, ensuite, à la fin de la guerre, capturé par les Russes en Autriche et placé dans un camp de travail de prisonniers allemands en Russie. 


En lisant ce livre, je n’ai pas pu éviter de me rappeler la chanson de Jean-Jacques Goldman, « Né en 1917 à Leidenstadt », dont les paroles « (…) Aurais-je été meilleur ou pire que ces gens. Si j’avais été allemand (…) » résonnent dans mon esprit. Le Titre « Nous, les Allemands » servira tout au long de l’histoire comme une ritournelle au fil des pages.


À bien des égards, le roman prend la forme d’un témoignage au travers de cette lettre posthume. J’ai vraiment ressenti des sentiments antinomiques lors de cette lecture, bien que passionnante, parfois très dure. Alors qu’il élude la connaissance à l’époque des camps de concentration et d’extermination, Meissner semble envisager la guerre à l’Ouest comme une sinécure par rapport à ce qui se déroulait à l’Est.


Évoquant la question de la responsabilité ou de la culpabilité tant individuelle que collective, le narrateur suscite souvent des crispations pour son lecteur, comme cela a pu être le cas avec moi, tout comme pour Callum, son petit-fils. Ce dernier ne peut cesser de s’interroger pour savoir s’il saura continuer à aimer ce grand-père, connaissant sa participation à la Wehrmacht. On ne peut s’empêcher de s’imaginer à sa propre place, tout en n’éprouvant aucune empathie à l’égard de ce soldat.


Ayant eu de la famille déportée et assassinée au nom d’une religion, cela a été un exercice parfois ardu. Pourtant, ayant déjà lu de très nombreux livres et essais sur la Seconde Guerre Mondiale, j’ai vu là une rare occasion de lire un récit du côté des coupables.


Par cette capacité que l’auteur a eu de me faire ressentir autant d’émotions aux travers de ses mots, « Nous, les Allemands » sera sûrement un des livres qui m’aura marquée en ce début d’année et qui m’aura le plus retourné l’esprit. C’est pourquoi il n’est pas étonnant qu’il ait déjà remporté le Dayton Literary Peace Price, prix littéraire annuel des États-Unis “reconnaissant le pouvoir de l’écrit pour promouvoir la paix ».


Lu pour le prix Bookstagram du Roman Etranger.

JulieCordier
8
Écrit par

Créée

le 18 févr. 2023

Critique lue 41 fois

2 j'aime

Julie Cordier

Écrit par

Critique lue 41 fois

2

D'autres avis sur Nous, les Allemands

Nous, les Allemands
zazaboum
10

La culpabilité !

Un roman très intéressant sur la culpabilité individuelle ou collective du côté allemand de la Seconde Guerre Mondiale. Il est présenté sous la forme d’une longue lettre d’un enrôlé en 1940, dès sa...

le 15 oct. 2022

Du même critique

Lux
JulieCordier
5

Critique de Lux par Julie Cordier

Maxime Chattam est l’un de mes auteurs préférés et ce, depuis de très nombreuses années. Chaque livre qu’il sort, je l’achète en grand format, je lis tous les articles le concernant. Bref, une vraie...

le 13 nov. 2023

4 j'aime

La Lisière
JulieCordier
8

Critique de La Lisière par Julie Cordier

Niko Tackian fait partie de ces auteurs francophones de littérature noire dont j’attends avec impatience la parution annuelle de son nouveau thriller, au même titre que Chrystel Duchamp ou Nicolas...

le 12 juil. 2023

2 j'aime

Nous, les Allemands
JulieCordier
8

Critique de Nous, les Allemands par Julie Cordier

« Nous, les Allemands » est une lettre posthume d’un grand-père, Meissner à son petit-fils, Callum. Librement inspiré de sa propre histoire familiale, l’auteur, Alexander Starritt, offre un court...

le 18 févr. 2023

2 j'aime