Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Avatar oso

Critiques de oso

Versus
  Suivre
Bande-annonce
6.8

Le prix du temps

J’avais pourtant envie de la caresser dans le sens du poil cette mule prometteuse, dernier destrier en date du blondinet virtuose de la gâchette qui a su, au fil de sa carrière, prouver qu’il était aussi habile avec des objectifs et un bout de pellicule qu’il cultivait à merveille sa décontraction si particulière à l’écran. Seulement, aussi surement que mes tempes perdent peu à peu... Lire la critique de La Mule

54 2
Avatar oso
5
oso ·
Bande-annonce
6.2

Die and rewatch

On peut, à mon avis, facilement passer à côté de la substance de cet exercice de style plutôt audacieux pour peu qu'on n'ait ni l'âme d'un joueur ni le temps nécessaire à l'approfondissement des différents choix. Sachez-le, aucun n'est le "bon" à proprement parler, vos échecs vous serviront autant à avancer dans l'histoire que vos bonnes réponses. L'effort de recommencer après s'être... Lire la critique de Black Mirror : Bandersnatch

15 22
Avatar oso
6
oso ·
Bande-annonce
8.0

Des mains en béton armé et un humour ras des pâquerettes pour une chasse au trésor réservée...

Sur PlayStation 4 : ... aux grands gamins ! :) Plié en 20h en difficile. Et bien, j'en ai pris plein la tronche, Uncharted 4 est une pure folie visuelle, la découverte des différentes zones est un régal de chaque instant. En terme de direction artistique pure, c'est une folie, les scènes macabres qui témoignent de l'héritage laissé par les pirates sont dingues, j'étais comme un gamin au moment de... Lire le test Uncharted 4 : A Thief's End sur PlayStation 4

4 2
Avatar oso
8
oso ·
Bande-annonce
7.5

Le couillon magnifique

Bien que sa maestria vacille quelque peu au moment de finaliser le dernier acte, Lina Wertmüller livre avec Film d'amore e d'anarchia un film à part, marqué par la fougue critique typique du néoréalisme italien et l'aisance à croquer l'humanité d'un cinéma transalpin qui sait comment toucher les coeurs en usant des bases les plus élémentaires des mécaniques du cinéma : photographie précise,... Lire l'avis à propos de Film d'amour et d'anarchie

4
Avatar oso
9
oso ·
-

Concerto pour pipeaux en nymphomanie majeure

Première grosse déception avec Linda Wertmuller. Cette histoire de kidnapping sans queue ni tête, qui sert à la réalisatrice de toile de fond pour aligner de manière scolaire tous les thèmes qui ont tissé sa filmographie, ne convainc jamais vraiment et finit même par ennuyer. Comme pour preuve que Notte d'estate con profilo greco, occhi a mandorla e odore di basilico ne va... Lire l'avis à propos de Summer Night with Greek Profile, Almond Eyes and Scent of Basil

1
Avatar oso
3
oso ·
-

Telle mère, telle fille ?

Ninfa plebea est un film toujours marqué par l’audace de Lina Wertmuller. Quand elle illustre la violence des rapports humains qui régissaient, et régissent sans doute encore, la vie de petits villages aux mentalités traditionalistes, elle n’y va pas par quatre chemins même si à aucun moment, et c’est aussi la beauté de son cinéma, personne n’est foncièrement mauvais, tout juste le fruit... Lire la critique de Ninfa plebea

Avatar oso
6
oso ·
-

Marx et ça repart

Casting moins flatteur, moyens que l’on devine plus limités, n’empêchent pas Lina Wertmuller de mettre à contribution la fougue qu’on lui connaît pour dresser, une nouvelle fois, le portrait d’une Italie à deux vitesses. Et plus précisément d’un petit groupe de personnages touchants qui bénéficient de sa plume toujours aussi habile quand il est question d’esquisser les contradictions, de... Lire la critique de Metalmeccanico e parrucchiera in un turbine di sesso e politica

3
Avatar oso
7
oso ·
Bande-annonce
7.8

Gente Pyrojeanne

Une petite partie en spoil, il vaut mieux voir le film avant de lire ces 2/3 lignes ^-^ C’est tapie dans l’ombre de sa respectabilité que, pour tromper l’ennui, l’insoupçonnable tigresse laisse le champ libre à ses griffes. Jeanne Moreau, le visage fermé, le verbe blessant, est d’une justesse rare dans cette fable noire macabre qui prouve que l’on peut imager une violence... Lire l'avis à propos de Mademoiselle

6 5
Avatar oso
9
oso ·
6.7

«Si tu non fick, tu kaput!»

Pur produit du machisme napolitain éthéré par une couardise à toute épreuve, Pasqualino est une petite frappe désireuse de rentrer dans la cour des grands. Il est surtout un véhicule de premier ordre pour illustrer ce qu'a pu produire de pire la nature humaine pendant la seconde guerre mondiale. Mue par une photographie de luxe, un sens du cadre insolent et une audace intarissable, qui... Lire l'avis à propos de Pasqualino

2 2
Avatar oso
8
oso ·
7.5

Quand tu es à court de Ricoré

Bon, c'était une idée un peu saugrenue de lancer ça pour accompagner mon petit dej'. Mais pour ma défense, je ne pensais pas me retrouver devant un film/faux docu aussi trash. Inutile de vous dire que je n'ai pas terminé toutes mes tartines. Parce que Addio Zio Tom, c'est une grosse mandale dans la tronche, un rafraîchissement des mémoires sur ce que fut la traite des noirs d'une... Lire la critique de Les Négriers

8 8
Avatar oso
7
oso ·