La réinvention du shojo moderne

Avis sur Blue Spring Ride

Avatar onaspitz
Critique publiée par le

Ao Haru Ride, c'est pour moi, un peu plus qu'une romance banale, en parti de par les thèmes qu'elle aborde, qui sont le plus souvent, jamais exploités dans ce genre d'histoire. Bon, je le dis tout de suite : Je suis fan à 100% des histoires à l'eau de rose MAIS, malgré tout, ça me gonfle assez rapidement( oui, je sais, c'est paradoxal mais bon) parce que le schéma narratif est globalement, grosso modo, toujours le même. Et en plus de ça, après avoir visionné les très frustrantes saisons une et deux de Kimi Ni Todoke, j'étais (forcément) très réticente à l'idée de regarder cet anime parce que je ne jouissais pas particulièrement de l'envie de m'arracher les yeux de frustration et d'impatience une seconde fois (chose qui m'était malheureusement arrivé quand j'avais regardé le fameux Kimi ni todoke).

Bon, je vais éviter de parler du scénario car on est dans un shojo et c'est tout le temps la même chose, donc bon, du cliché, j'ai envie de dire hein. En fait, ce qui donne un petit plus à la série, c'est pas tant le pitch de départ, qui est selon moi, banal et sans grande originalité, mais plutôt ce qui rempli l'anime, vous savez, les évènements autour et dans l'amourette elle même, enfin, bref, je ne sais pas l'expliquer mais peu importe. Déjà, il faut dire que l'histoire est un peu à double facette. Tout (ou du moins, presque tout) nous pousse à croire que ce sera une comédie romantique comme il y en a des tas mais la réalité est tout autre. Bon, évidemment, la comédie romantique est présente, mais en petite touche, car j'ai eu l'impression que l'anime se centre également sur des thèmes beaucoup plus tabous, surtout dans les shojos comme ceux ci. Disons qu'ici, la psychologie est bien plus présente, c'est un fait que je qualifierais "d'indéniable", mais bon, peu importe, je reviendrai dessus plus tard.

Je trouve que le rythme de l'anime est vraiment bien géré, ça va ni trop vite, ni trop doucement, c'est vraiment bien réparti. On a donc un partie dédiée à la découverte, puis une autre au passé des personnages, puis une autre sur l'approfondissement de ceux ci, une autre sur l'histoire d'amour en elle même et une autre sur le triangle amoureux, bref, il y a beaucoup d'évènements mais ceux ci sont en général assez bien traités. On peut également parler du fait que l'anime sort totalement des normes du shojos, tellement que les codes eux mêmes ne sont plus là. Je ne sais pas vraiment comment l'expliquer, c'est assez confus. Pour résumer, Kimi ni todoke est selon moi un très bon shojo mais celui suit les "normes" des shojos-comédies-romantiques, avec un plan assez vu et revu. Gekkan Shojo Nozaki Kun, est un anime que j'ai pas mal apprécié aussi, mais celui ci, contrairement à KNT, contourne légèrement les "normes" des shojos, rendant la trame scénaristique plutôt originale. Mais dans Ao Haru Ride, c'est plus compliqué...C'est un peu comme si l'anime, l'histoire en elle même contournait tellement les normes du shojo moderne que celles ci n'existent plus. Bref, je sais que c'est compliqué à comprendre, mais c'est comme si AHR, comparé aux autres animes de ce genre, décidait de faire un peu ce qu'il voulait, sans vraiment respecter les règles. C'est au début, légèrement déstabilisant/déroutant (surtout si on est comme moi, c'est à dire une grande amatrice de shojo romantiques à 10000%) mais je dois avouer que passer quelques épisodes, on s'y habitue assez vite.

Les thèmes abordés sont assez particuliers car rarissimes dans ce genre de shojos (comme je l'ai dit plus haut), l'histoire s'apparente d'ailleurs plus à du Josei, même si celle ci n'est pas assez approfondie pour réellement entrer dans cette catégorie. Les thèmes évoqués ne sont pas forcément des plus graves ou des plus tragiques mais sont d'un réalisme à couper le souffle et le tout est vraiment bien traité, tellement que l'on peut d'ailleurs facilement s'identifier aux personnages, en particulier Mabuchi (ou Tanaka, appelez le comme bon vous semble). Ainsi, l'anime arrive à aborder des thèmes simples mais efficaces, comme la discrimination, le divorce, la perte de l'être aimé, etc. Les personnages sont eux aussi très intéressant, du moins, pour la plupart. L'héroïne m'a vraiment plu, de par son caractère (car OUI, elle en a) et sa personnalité. Ça fait du bien d'avoir une héroïne de shojo différente de Sadako aka la fille ayant le moins de caractère au monde (héroïne de Kimi Ni Todoke). M'enfin, peu importe. C'est la même chose pour Mabuchi, qui est intéressant, de par son caractère mais également de par son passé et sa psychologie. Les autres personnages sont intéressants aussi et essentiels à l'évolution de l'histoire, malgré le fait que je me suis pas spécialement attachée à ceux ci. On pourra regretter le fait que certains personnages ne soient pas plus approfondis mais bon, on fait avec j'ai envie de dire.

Niveau graphisme, c'est pour moi un sans faute. Les couleurs sont bien gérées et le chara design, qui était assez spécial au début pour moi à cause des bords très arrondis des personnages, s'est finalement révélé très plaisant. Les décors aussi sont riches et jolis, sans pour autant être exceptionnels. Pour ce qui est de l'OST, celle ci est très jolie, avec des pistes vraiment très plaisantes, je pense notamment à I Will, qui est juste sublime ou bien à Sukina hito dake ni, petite musique douce au piano qui juste magnifique. L'opening est bon lui aussi, bien que simple, mais reste tout de même plaisant. C'est la même pour l'ending. La fin présage selon moi à coup sûr une saison deux car l'histoire s'arrête à un point assez culminant de l'histoire et si on s'arrête seulement à ce douzième épisode, on a l'impression que l'histoire est absolument pas finie, c'est pour cette raison qu'il me semble évident qu'il y aura une seconde saison (enfin j'espère).

Donc pour moi, Blue Spring Ride, c'est ça. Avant d'être une comédie romantique, c'est une incroyable tranche de vie, qui traite de pleins de trucs différents, mais avec une certaine légèreté, pour pas non plus qu'on tombe dans le mélo-dramatique. Pour résumer rapidement, je dirai tout simplement que l'histoire m'a plu, même si elle n'a rien d'incroyable, j'en suis bien consciente. Néanmoins, ses personnages et sa simplicité m'ont touché. Possédant une histoire classique, mais sortant des normes des comédies romantiques, Ao Haru Ride aura au moins réussi le pari de réinventer le shojo, sans pour autant révolutionner le genre.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2576 fois
6 apprécient

onaspitz a ajouté cet anime à 1 liste Blue Spring Ride

Autres actions de onaspitz Blue Spring Ride