Club criailler

Avis sur Club Dorothée

Avatar HGW_XX_7
Critique publiée par le

Je suis étonné par le retour en grâce du Club Dorothée car ça ne volait pas très haut y compris en comparaison avec les autres chaînes de l'époque et autres programmes jeunesses. Je note également de la désinformation par la génération 90 ou 2000, ce n'est pas grâce au Club Dorothée que nous avons des mangas en papier ou en animation en France, Goldorak a été importé en France dans les années 70, mais aussi Candy, Capitaine Flam, Tom Sawyer et Albator (qu'on appelait 78 pour la première saison)... Et avant 1987, on a eu en vrac : Rémi sans famille, Cat's eyes (sur FR3 bien avant Nicky Larson sur TF1), Lady Oscar, Cobra (sur Canal +), Bumbo, Les petits malins et j'en passe.
Le Club Dorothée est surtout connu pour avoir importé deux mastodontes, Saint Seiya (les chevaliers du zodiaque) et Dragon Ball, mais sans Dorothée ces animés auraient été très probablement diffusés sur Canal + ou la Cinq de Berlusconi (qui diffusait de très nombreux animés Japonais qui suite à la fermeture de la chaîne se sont retrouvés sur TF1, on reconnaît ces animés car les génériques étaient chantés par Claude Lombard principalement, en gros pour faire simple, tout ce qui n'était pas chanté par Ariane, Dorothée et Bernard Minet, ça venait d'une autre chaîne (hormis des rares exceptions comme Spielvan et Nicky Larson)).Je suis de 1982 et je me souviens très bien que j'ai baigné dans la culture animée japonaise très tôt bien avant 1987 et le Club Dorothée, j'étais un fan d'Amuse trois le dimanche qui diffusait presque intégralement que de l'animation du pays nippon et un peu de franco-américain avec les Entrechats par exemple, donc cette légende que tout a commencé avec le Club Dorothée, c'est faux !

1987 est une année très marquante pour la télévision car on cumule la création de la Cinq (chaîne éphémère qui n'a strictement rien à voir avec La cinquième l'ancien nom de France 5, ni Arte), la privatisation de TF1 et la création de M6. Ce qui signifie un gros bouleversement, on passe de trois chaînes gratuites à cinq avec Canal + en crypté et il fallait absolument attirer la jeunesse et TF1 a pris la vedette d'Antenne 2 de l'époque : Dorothée qui avait son émission avec Récréa2. Et sur La Cinq de Berlusconi, c'était un lapin animé qui faisait en quelque sorte le présentateur, ce qui comptait était de toute façon les DA. Il y avait une sorte de guerre entre ces deux chaînes entre celle qui trouverait les meilleurs animés japonais avant l'autre pour les droits de diffusions. Toutefois c'était la première fois qu'une présentatrice jeunesse était en même temps une chanteuse et par conséquent elle attira la sympathie du public dont ma pomme et j'étais un fan absolu de Saint Seiya.
Le début du Club Dorothée était plutôt bon, pas de censure des animés ; un peu de culture avec notamment la séquence avec le vétérinaire ; des voyages où pendant les vacances scolaires ils allaient un peu partout dans le monde ; de l'humanitaire notamment pour la Somalie ; des émissions de Noël très marquantes ; des invités musicaux très sérieux avec l'émission de Jacky dont Mylène Farmer, Barry White... bref des pointures on évitait de prendre les enfants pour des débiles au niveau musical (en oubliant les Musclés et Dorothée évidemment).
Puis dès l'année 1993, la deuxième partie du Club Dorothée est abrutissante, c'est le début du matraquage commercial, facilement 20 sollicitations par émission pour qu'on dépense de l'argent sur le site minitel de TF1 (et à l'époque ça coûtait un bras la minute) ; une augmentation des jeux débiles avec les trois compères ; pendant l'été on a eu droit au dromadaire qui parle qui venait de l'espace et enfin surtout le début des séries AB production, dont Premier baiser (ça passait encore) et Hélène et les garçons et compagnie. Ces acteurs adolescents ou jeunes adultes sont devenus du jour au lendemain également chanteurs avec plus ou moins de talents et ils s'infiltraient dans chaque émission en live du Club Dorothée et l'émission de Jacky est devenue merdique, on passait de Mylène Farmer à Hélène Rolles et de Donna Summer à «Lola veut du chocolat, hola hola Hola la!» de Julie Caignault. Je ne regardais quasiment plus le Club Dorothée à partir de cette année-là car en plus de cela, il y avait une baisse drastique de la qualité des animés en proposant du Français pour faire bien avec notamment «Les jumeaux du bout du monde» et le reste était censuré jusqu'à l'absurde, ayant connu la période 1987 de Saint Seiya et possédant à l'époque une VHS du commerce non censurée, j'avais vu la différence lors des rediffusions, c'était insupportable.Heureusement la même année du déclin du Club, c'était les débuts des Minikeums qui proposaient des animés variés notamment culturels avec les «Il était une fois les découvreurs» et rediffusions de Lady Oscar etc. Sur France 2 en 1994, une émission concurrente sans pubs et plus sérieuse concurrençait Dorothée avec l'animatrice Maureen Dor, hélas elle n'a pas duré longtemps et ils n'avaient pas d'animés ou séries vraiment incontournables mais elle aura au moins lancé «Hartley, cœurs à vif».
Derniers points importants à partir de 1993, la culture, c'était fini, le vétérinaire passait vite fait de temps en temps faire un coucou surtout pour montrer l'animal en question mais on l'écoutait à peine et surtout on considérait très sérieusement que Madame Soleil avec son horoscope quotidien était une scientifique, du moins ils ont fait croire à la jeunesse que l'astrologie c'était du sérieux nous sommes très loin des débuts et de Récréa2.

Donc pour conclure, cette émission n'avait d'intérêt que pour sa programmation, l'excentricité de Jacky, les chansons de Dorothée (lorsqu'on a moins de 10 ans) du moins entre 1987 et 1993 avant la dérive commerciale et la censure à outrance. Elle ne mérite aucunement l'éloge et l'idolâtrie dont elle fait part, c'était une émission abrutissante surtout dans sa deuxième moitié, les autres chaînes tentaient de faire de la qualité à côté et d'élever le niveau, heureusement qu'elles étaient là pour aider l'animation française et d'expérimenter des concepts, notamment M6 ou France 3 qui osait à l'époque avec des séries comme Fantôme 2040.
Le paradoxe c'est que beaucoup pensent que c'est grâce à Dorothée que nous sommes devenus le deuxième pays fan de mangas et d'animation japonaise mais c'est une contre-vérité, l'origine vient des années 70 avec entre parenthèses un doublage de bien meilleure qualité que l'époque TF1, écoutez Goldorak et comparez avec Dragon Ball ou Lady Oscar vs Nicky Larson ; et toutes les chaînes sans exception diffusaient du japonais avant l'incident «Ken» et la diabolisation de la japanimation. Du coup on peut dire qu'à cause du traitement de l'animation japonaise par Azoulay, cette émission a contribué à sa disparition des écrans entre 1997 et la diffusion de Pokémon et à sa mauvaise réputation pour les générations antérieures à la génération 70.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 725 fois
3 apprécient

Autres actions de HGW_XX_7 Club Dorothée