Retour sur Code Lyoko : un animé fantastique.

Avis sur Code Lyoko

Avatar maxbybakablack
Critique publiée par le

33 heures. Un marathon étalé sur deux semaines pendant lesquelles je menais ma vie d'étudiant lambda tout en regardant Code Lyoko pendant 70% de mon temps libre. Maintenant, on va pouvoir parler de Code Lyoko.

Bon alors pour faire une critique rapidement sans spoil : c'est chaud, car tout est lié. Grosso modo, on retiendra une animation bien foutue, un doublage au poil (même si parfois certaines voix sont un peu too much, coucou Odd), un scénario qui déboite de plus en plus, et une OST qui débute tranquillou pour devenir vraiment classe. Le bémol, c'est que je pense pas qu'un enfant qui regarde Code Lyoko puisse en comprendre tous les enjeux et aboutissants. Le bon point, c'est que j'étais pas un enfant quand j'ai fait ce marathon.

Bon alors maintenant on rentre dans le détail et ça va pas ressembler à une critique comme je fais d'habitude.

Je m'explique : je vais parler de Code Lyoko saison après saison. Dans des balises spoilers, car il y aura du spoil. Si vous avez vu la saison, vous pouvez afficher le spoiler correspondant, sinon, vous risquez de vous spoiler la tronche, vous voilà prévenu ! Ah et comme je sais pas trop comment traiter le truc, je vais juste parler de ce qu'il se passe dans chaque saison, en expliquant pourquoi j'ai kiffé, ce dont j'avais peur que ce soit pourri, etc.

Saison 0 : La genèse.

Un double-épisode qui raconte tout simplement la découverte de Lyoko et la formation de la bande Jeremy / Odd / Ulrich / Yumi + Aelita. Le double-épisode a été fait après la saison 2, c'est pourquoi on y retrouve l'ending post-saison 1. Si certains puristes complètement crétins pourraient soutenir le fait qu'il faut regarder Code Lyoko "dans l'ordre de diffusion", je répondrais ceci : bullshit. Commencez par l'épisode genèse, ça pose les bases de tout, c'est très bien de commencer par là. C'est pas pour rien que ça a été fait : il y avait quelque chose à compléter par rapport à la saison 1. Pas grand-chose à dire, si ce n'est qu'il est amusant de repérer l'allusion à "un ours géant" qui sera au final le sujet du premier épisode de l'animé. Sympa quand on garde en tête que ça a été fait deux saisons plus tard !

Saison 1 : Là où on pose les bases en testant l'intérêt du public.

La saison 1 commence "in medias res" : dans le feu de l'action. On introduit que dalle. On a une bande de potes, une IA maléfique qui veut pourrir la Terre, et ces gosses se numérisent dans un monde virtuel pour aider une gentille IA à contrer la méchante IA avant de lancer un bon gros retour dans le passé sorti de derrière les fagots.

Ce choix s'explique assez simplement : on veut captiver l'audience directement. C'est la première saison, donc la saison de test, qui déterminera s'il y aura une suite, alors pas le temps de faire dans la dentelle ! On passe d'une attaque d'ours en peluche géant dans le premier épisode, à une tentative d'explosion de centrale nucléaire dans le deuxième épisode !

Les épisodes sont bien rythmés, même si le format de cette saison est plutôt répétitif. Il s'agit surtout de présenter l'univers, le fonctionnement, etc. On note d'ailleurs quelques défauts dans ces premiers épisodes : erreurs de coloration, éléments qui sont mal placés dans certains plans ou qui disparaissent purement et simplement... Heureusement, ces erreurs relèvent du détail et ne heurteront pas pendant le visionnage. Au final on retient des personnages sympathiques, qui forment, par leurs stéréotypes respectifs, une bande sympathique. On regrette juste de voir que ces personnages n'évoluent pas vraiment au cours de cette saison. Gros coup de boost sur la fin de la saison, avec la matérialisation d'Aelita dans le monde réel, ainsi que la matérialisation de monstres de XANA sur Terre. Puis là boum, alors qu'on va pour éteindre le supercalculateur et dire bisous à XANOUNET, il s'avère que ce petit saligaud a inséré un virus dans Aelita, qui les lie, empêchant ainsi sa mort. Et ouais ma gueule, on clôture pas la série aussi facilement.

Saison 2 : Là où le serious business commence.

La saison 2 marque un nouvel élan pour Code Lyoko. La première saison a marché, on va donc pouvoir développer le scénario tranquillement, ainsi que les relations entre les personnages. Du coup, en deux épisodes de démarrage de saison, on découvre les véhicules programmés par Jeremy, un nouveau monstre de XANA, le cinquième territoire, et une maison à côté du collège qui est liée à Aelita. On découvre aussi un nouveau perso, assez insupportable, j'ai nommé : William. Heureusement, il est inutile sur cette saison. Et surtout : on prend connaissance de Franz Hopper, le créateur de Lyoko qui a disparu.

La petite troupe va passer la saison à tenter de marcher dans les traces de Hopper, déterminant la raison de l'existence de XANA et du supercalculateur. On apprend ainsi ce que signifie la mention "Carthage" aperçue dans l'ending, qui d'ailleurs est super stylé. Il se passe plein de petits trucs sympa, genre, c'est toujours aussi sympa à regarder et tout, on apprend qu'un retour vers le passé ça renforce XANA (merci l'ordinateur quantique, bordel), et du coup on essaie de moins l'utiliser, renforçant les séquences qui se déroulent au collège et l'importance des relations entre les différents personnages.

Et en fin de saison, boum : on se rend compte que c'est pas un virus qui se trouve en Aelita, mais au contraire qu'il lui manque quelque chose, qu'on va aller récupérer dans le cinquième territoire. Sauf que Xanounet ajoute son grain de sel : il récupère les clés de Lyoko qu'Aelita possédait, et s'échappe dans le réseau informatique mondial. La menace de XANA s'étend maintenant sur la Terre entière, et on comprend que ça va chier.

Et PUTAIN que c'est BON. L'aspect scénaristique de cette saison est juste kiffant, on découvre des nouveaux trucs, les stratégies de XANA sont globalement sympatoches, on sent qu'il observe tout et qu'il tente une attaque à la moindre occasion potable, on sent l'aspect vicieux de cette IA pesante et indestructible.

Sauf que développer tout ça dans une série pour les gosses, ça a ses risques : une perte d'audience.

Saison 3 : C'est la merde.

La saison 3 est sans doute la meilleure saison de Code Lyoko. Avec la 4. Mais parce que la 4 c'est la continuité. La prise de risque se situe dans la 3. Explications.

C'est la merde. La saison 3 est la seule saison de 13 épisodes. Les saisons 1 et 2 en comptent 26 chacune ! Alors c'est le moment d'y aller à fond, et les scénaristes l'ont bien compris.

La saison 3, c'est la saison où XANA réussit tout ce qu'il entreprend. Genre, tout. Vu qu'il est dans le réseau, il cherche juste à éliminer ceux qui peuvent concrètement le gêner : notre petite bande de potes. Pour ça, easy : il cherche à bousiller Lyoko, tout simplement. Et c'est comme ça qu'on découvre le cœur de Lyoko dans une salle secrète du 5ème territoire, avec ses deux boucliers.

Et puis XANA fait des attaques de plus en plus intelligentes alors il parvient à contrôler Aelita le temps d'activer le code "XANA" qui supprime un territoire entier lorsqu'il est entré dans la tour correspondante. Du coup comme c'est un peu la merde, on propose à William, qui s'avère être sympa tout en étant insupportable, d'intégrer la bande.

ET BIM. Une fois sur Lyoko, il se fait xanatifier et c'est LUI qui détruit le cœur de Lyoko. En même temps y'avait plus de territoires à la fin donc ça devenait chaud patate. Ah et comme c'est cool d'être xanatifié bah vu que Lyoko est détruit et que William peut pas être dématérialisé par Jeremy, il est plongé dans la mer numérique et virtualisé à jamais.

Quand je dis que c'est la merde et que XANA réussit tout ce qu'il entreprend dans cette saison. C'est juste hyper kiffant à regarder. Déjà quand on voit le premier territoire à se faire supprimer, on nage en plein mindblow. Alors quand le deuxième, puis le troisième disparaissent, on est en alerte, on sent que ça va merder. Cette saison a le goût du risque, et elle se conclut par un message de Franz Hopper, qui contient des données. Le coquinou était caché dans le réseau informatique mondial ! Autant dire que le ton est donné : les clés sont redistribuées, on se revoit dans la saison 4 Xanounichou.

Saison 4 : TOUJOURS PLUS KIFFANT.

Nouvelle saison, 30 épisodes cette fois, on se fout pas de notre tronche : ça s'annonce chargé. Pour le coup, on commence direct avec un Jeremy qui recréé Lyoko petit à petit (merci Hopper pour tes données), et en plus on va créer un petit sous-marin histoire de plonger dans la mer numérique pour voir ce que y'a. Et bah y'a le réseau informatique mondial.

Et ça, ça ouvre la porte à plein de nouveaux trucs. Bon, déjà le sous-marin se fait pas en un épisode, puis surtout, le réseau informatique mondial amène de nouveaux monstres, et la découverte des réplika, des répliques de Lyoko créées par XANA et signifiant l'existence de plusieurs supercalculateurs dans le monde. A partir de là c'est clair : pour en finir avec la méchante IA qui pue duc', va falloir détruire tous les supercalculateurs....dans le monde réel. Chaud pour des collégiens.

SAUF QUE NON. Parce que si XANA fait des trucs, on peut faire pareil. Alors on translate notre petite bande sous forme de spectres de XANA (mais en fait c'est Jeremy qui le fait hein, c'est juste pour comprendre l'idée) dans la réalité, directement depuis le réseau. Puisqu'un réplika égal un supercalculateur, on cherche les réplika, et on bousille le supercalculateur à partir de là.

Ici l'aspect intéressant, c'est que c'est des missions qui peuvent échouer. Si on prend trop de dégâts en étant translaté, la translation prend fin et on regagne le sous-marin. De là, si on prend trop de dégâts, on est dé-virtualisé, retour au bercail. C'est pas trop punitif (l'ensemble du fonctionnement devenant déjà plutôt complexe en soit), et ça permet d'avancer.

Car y'a du chemin à faire : avec William devenu esclave de XANA, on cherche à le faire revenir, de même qu'on cherche à trouver Hopper dans le réseau pour le matérialiser. XANA aussi cherche Hopper d'ailleurs, et c'est cool de découvrir comment et pourquoi.

Un truc me chiffonnait : l'échec d'une ou deux missions visant à détruire un réplika, réplika sur lequel on revient pas à l'épisode d'après genre "oh non, finalement non". Mais l'explication vient après, et elle est plutôt satisfaisante. De plus, cette saison montre vraiment que William, qui était de base un personnage insupportable, a vraiment le traitement qu'il mérite dans l'animé. Arrogant de base, il devient hyper badass au service de XANA, et la doublure créée par Jeremy pour le collège prend tout au première degré, ce qui donne des discussions complètement débiles, avec un ton différent des autres perso (Odd, si tu me lis).

On a un final explosif, avec un nouveau monstre de XANA qui monopolise l'énergie de 7 supercalculateurs et qui n'a rien à envier à Attack on Titan, plus l'armée levée par XANA et le rôle final de Franz Hopper.

Le dernier épisode marque le coup, en allant à l'essentiel : nommé sobrement "Souvenirs", il montre des amis hésitant devant une perspective d'avenir qui s'ouvre à eux, un avenir sans XANA, un avenir gorgé de nostalgie et un avenir qui invite à la découverte : pour la première fois depuis longtemps, cette bande de potes va pouvoir découvrir autre chose que la lutte contre XANA.

Un sentiment qui nous envahit en regardant les dernières secondes de l'ending du dernier épisode. Car 97 épisodes, 33 heures, 2 semaines : c'est avec nostalgie que je me souviendrais toujours de ce marathon Code Lyoko, même si désormais je dois me tourner vers de nouveaux horizons... A savoir : Code Lyoko Evolution HAHAHAHA même pas peur.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2362 fois
17 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de maxbybakablack Code Lyoko