Quand la justice est compromise par la justice.

Avis sur Death Note

Avatar Otakiron
Critique publiée par le

Dans la vie, il y a trois sortes d'individus:
Il y a ceux qui suivent le courant, et qui regardent les séries populaires, connues de tous.
Ceux qui s'y opposent parce que c'est trop mainstream et qui privilégieront les œuvres de niches, que personne ne connait.
Et enfin, la troisième catégorie: ceux qui sont à la bourre, dont je me réclame pour le coup. Ceux qui sans complexe n'hésitent pas à clamer "Eh, je suis en train de regarder une série de ouf en ce moment, c'est "Death Note", tu connais ?". Ce à quoi j'ai souvent entendu: "Ouais, bienvenue en 2004 mec". Il s'est donc passé 8 années depuis ma cryogénisation ? Enfin bref.

Je ne suis pas un fan de mangas, j'en lis jamais et préfère passer directement aux animés, plus vivants selon moi, mais ça ne va pas plus loin. Et pourtant ça fait des années que je m'intéresse à Death Note, juste pour l'idée du Shinigami, ce monstre ailé, cet ange de la mort. (bon certes, tout le monde doit connaitre maintenant).
Mais au final, je n'ai vu Death Note que ces dernières semaines... Eh oui, manque de temps, de motivation, et quelques blocages idiots qui m'empêchaient de m'y lancer.

Mais ça y est, j'ai bouclé la série hier soir. Et je ne sais trop que penser. Je crois bien que c'est une des séries les plus intelligentes qu'il m'ait été donné de voir, brillamment écrite, incroyablement cohérente. Et toutes ces règles qui entretiennent le mythe autour du Death Note pourtant fictif, donnent envie de s'y intéresser d'avantage, et de se plonger dans l'étude de ce cahier. J'ai lu quelque part que la série n'a pas été consciemment composée avec des messages cachés ou des allusions philosophiques mais pourtant tout pousse à y croire notamment via les références au fanatisme, à l'hégémonie, et que dire de cette obsession de la justice, dans un monde qui en semble dépossédé.

Bref, comment rédiger cette critique sans spoiler l'histoire (même si je devais certainement être le dernier à ne pas l'avoir vue ici).
Comme je le disais plus haut, c'est une véritable démonstration d'intelligence, si limpide que vous aurez vous-même la sensation de vous enrichir. Tout est subtilement amené, et malgré la décharge d'informations qui découle de la série, on arrive tout de même à s'accrocher sans jamais être largué.

Cela dit, on pourrait résumer la série en trois tiers.
- Le premier qui annonce la couleur, qui démarre en trombe, qui vous accrochera directement, qui vous fascinera, et tout un tas de superlatifs pour lesquels il serait inutile et fastidieux de les recenser ici.
- La deuxième partie quant à elle, est plus problématique. On ressent de plein fouet une perte de souffle. Une succession de rebondissements, presque fatigants, de nouveaux personnages arrivent dont on sait bien qu'ils ne seront que secondaires dans l'aventure. Et certains d'entre-eux n'apportent pas grand chose et se payent même le luxe d'avoir un épisode voire deux qui leur est consacré. D'autres sont plus importants mais n'ont aucun charisme. Et c'est là que la série s'essouffle un peu malheureusement. Malheureusement. Mal-heu-reu-sement.
- La troisième partie retente de regagner la superbe de la première, en essayant de retrouver un peu de splendeur mais en vain. Je ne peux en dire plus, mais le scénario fait que certains événements arrivent un peu trop tôt. Du coup la série traine un peu en voulant reconstruire certains traits qui ont fait la force des premiers épisodes, et ça prend du temps, et ça ne marche pas. Pas autant, en tout cas. Les personnages arrivant par la suite n'ont pas le charisme de ceux du début. Ils nous passionnent moins, et sont moins attachants.

Donc magnifique série mais légèrement décevante au fil des épisodes, dont le finish aurait pu être encore plus grandiose (il reste marquant néanmoins) mais compte tenu des premiers épisodes, on aurait pu espérer mieux.

Maintenant, je tenais à m'arrêter sur les personnages de L et Ryuk, qui valent à eux-seuls le fait qu'on s'y investisse pleinement, ils sont incroyables. Jamais je n'ai été autant marqué, touché, bouleversé par de telles créations. Ryuk est une sorte de mélange de faciès de singe, de tête de mort, et de Joker...C'est assez difficile de décrire ce qu'on ressent. Je n'avais d'yeux que pour lui tout au long de la série. Son regard divergeant, pas franc. Ni ami, ni ennemi (comme un certain Gray Fox pour ceux qui auraient la référence).

Et L, L... Que dire de lui. Jamais je n'ai entendu un aussi bon doubleur (VO hein), qui lui donne non seulement vie mais aussi tout son sens. Puis son attitude, son intelligence... Surtout quand on connait son histoire. C'est si magique, si poignant. Des profils extraordinaires, un design unique, et une psychologie troublante. Et si j'en suis tombé amoureux il y a quelques années, sans pouvoir expliquer pourquoi puisque je ne l'avais pas encore vu, j'ai maintenant de lourds arguments. Et la musique les accompagnant est si atypique. Pas de vraies mélodies, on ne peut pas se les approprier, ce qui nous oblige à les écouter, et nous remettre dans magie, sombre et morbide du Death Note
Le dernier choc similaire que j'ai eu, c'était avec Pyramid Head, un personnage de Silent Hill 2, sorti il y a 10 ans. C'est dire.

Kira combat L, L combat Kira, tous deux prêts à tout. Même si l'histoire fait évoluer les circonstances, c'est bel et bien l'affrontement acharné de la justice contre la justice auquel nous assisterons. Une trame rare qui nous change des canons habituels "Bien vs Mal" ou encore "Bad Ending vs Good Ending".

Ce sera finalement la justice qui triomphera. Un dénouement final qui vous décevra forcément, vous qui espériez tant que c'eût été la justice qui l'emporte.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 6771 fois
55 apprécient · 2 n'apprécient pas

Otakiron a ajouté cet anime à 1 liste Death Note

  • Séries
    Illustration

    Top 10 Séries

    Avec : Les Simpson, Batman, South Park, Desperate Housewives,

Autres actions de Otakiron Death Note