Avis sur

Doctor Who par cinematraque

Avatar cinematraque
Critique publiée par le

Ce n’est pas pour rien que j’utilise un TARDIS pour effectuer mes voyages dans le temps, afin de fournir des informations de premier ordre à Cinématraque. Tout d’abord, c’est parce que ma DeLorean est toujours au garage, suite à une défaillance du convecteur temporel. Mais c’est aussi, et surtout, parce que je suis assez fan de cette immense série qu’est Doctor Who. Je me promets donc de vous livrer quelques informations, impressions et autres sur tout ce qui touche à l’univers du Doctor.

Cette semaine, les titres de cinq premiers épisodes de la saison 7 étaient dévoilés, suite à la projection presse du premier épisode : Asylum of the Daleks. Pourquoi la saison 7, me demanderez-vous ? Petit rappel, donc : Doctor Who est diffusée pour la première fois en 1963 (des festivités pour les 50 ans de la série sont prévues pour 2013, dont un épisode spécial diffusé à la date anniversaire) et s’arrête en 1989. Un téléfilm tentera de relancer la série en 1996, mais ce projet tombera à l’eau. Nouvelle tentative en 2005 sous l’impulsion de Russel T. Davies, réussie cette fois, qui marque une nouvelle ère pour le Doctor. Steven Moffat, sans doute l’un des scénaristes les plus doués de sa génération, reprend les rennes de la série à partir de la saison 5.

Je plonge plus profondément dans le rappel pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas la série. Doctor Who raconte les aventures d’un Seigneur du Temps (un extraterrestre d’aspect humanoïde), connu uniquement sous le nom de Doctor. Ce Time Lord explore l’Univers à bord de son TARDIS, une machine voyageant à travers le temps et l’espace grâce au Time Vortex, et dont l’aspect extérieur ressemble à une police box des années 60. Avec toute une série de compagnons de voyage, le Doctor affronte une non moins large série d’adversaires, dont les plus connus et les plus terrifiant sont sans l’ombre d’un doute les Daleks, afin de les empêcher de mener à bien leurs plans diaboliques.

Il faut également noter une particularité du Doctor : il n’est pas immortel, mais il est capable de se régénérer lorsqu’il est fatalement blessé. Il change donc d’aspect physique et de personnalité, tout en gardant ses souvenirs. Son âge varie entre 900 et 1100 ans, mais il semble lui-même incapable de le connaître réellement, ce qui est sans doute dû à une vie passée à voyager dans le temps. Depuis 1963, 11 acteurs ont donc prêté leurs traits au Doctor de la continuité officielle. Ce nombre augmente si l’on prend en compte les deux films sortis en 1965 et 1966 (je vous en parlerai un jour), ainsi que d’autres sources non officielles.

Doctor Who est une véritable institution au Royaume-Uni. Elle détient d’ailleurs le Guinness World Record de la plus longue série de science-fiction diffusée, ainsi que celui de la meilleure série de science-fiction tout court (si l’on prend en compte les diffusions, rediffusions, ventes de DVD, etc.). Elle a marqué toute une génération, qui a grandi avec elle, et tout le monde, au Royaume-Uni, sait qui est le Doctor. Cette série est ainsi profondément ancrée dans l’imaginaire collectif anglo-saxon. Et depuis quelques années, elle commence à sortir de l’ombre dans le reste de l’Europe et aux Etats-Unis.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 279 fois
1 apprécie

Autres actions de cinematraque Doctor Who