Le soma des adolescent(e)s

Avis sur EnjoyPhoenix : Tutoriels maquillage

Avatar -Ether-
Critique publiée par le

Quand j'ai tapé "Enjoy Phoenix" dans Sens Critique, je ne croyais pas pouvoir tomber sur une fiche dédiée à ce monument Youtubesque. Erreur, Sens Critique étant merveilleux par essence on y trouve de tout, et donc de la nullité. Mais de la nullité qui rapporte gros.

EnjoyPhoenix est il me semble l'une des chaînes youtube francophone qui marche le mieux. Son auteure a beau être une quiche en maquillage (compliment émanant de la part de quelqu'un qui sait manier les pinceaux et l'eye-liner, autrement je ne me permettrais pas) et dans pas mal de domaines, sa chaîne a décollé de la même façon que les ventes de Closer montent en flèche quand sur une couverture au design rose vulgaire on a droit à François Hollande sur sa moto : grâce à l'étalage de la vie privée. Avant, il y avait les magazines Pipole donc qui donnaient le là dans cet étalage, à partir de célébrités déjà reconnues en tant que telles. Après, la télé-réalité introduisit le concept de fabrication de stars éphémères puis perpétuation du statut par le biais de la caméra : quand Steevy rigole, pleure, fait caca, etc. Maintenant, internet ayant fait son chemin jusqu'aux coins les plus reculés de notre douce France la fabrication de célébrités s'est transformée (oui on va pas chipoter, EnjoyPoulet est suffisamment connue pour qu'on puisse employer ce terme). Désormais, les stars sont toujours fabriqués par elles-mêmes mais de façon plus directes : elles font des montages vidéo sur elles, leur idéaux, leur réveil, leur musique au réveil, leur gel douche au réveil, leurs compagnons teddy au réveil, et tout ce que vous voudrez après leur avoir laissé un commentaire suffisamment mielleux pour créer comme par magie d'autres concepts de vidéos tous plus innovants les uns que les autres.

Levons le voile sur quelques points obscurs. Il n'est pas question ici de critiquer les chaînes youtube qui parlent de livres, de films, ou même de maquillage. La connaissance réside dans tous les domaines et en dénigrer un simplement parce qu'on nous a dit que c'était nul revient à faire de l'élitisme mal placé. D'ailleurs, Lisa Eldridge est la preuve vivante qu'on peut parler maquillage, culture d'un pays lambda et soins sans être une cruche de compétition. Le problème réside en ce matérialisme et cette vacuité exposés à la face du monde vivant comme on montre un pénis imberbe en gros plan dans une vidéo porno. Soit ça nous excite les neurones et on en demande encore plus, soit on comprend pas, ou plutôt on comprend justement qu'il y a un souci dans la composante la plus hystérique du domaine. Il y a des individus qui adorent la télé-réalité et qui la critiquent aussi façon étude sociologique bourdieusienne, que je mets volontairement dans le même sac. Accros de l'image, du voyeurisme qui remplit de façon simple le temps de cerveau encore disponible. Et puis il y a ceux, dont je fais partie qui se posent des questions, que l'on peut rassembler sous un seul mot : pourquoi ? De là découle le rejet presque physique de toute cette masse de plus en plus prégnante dans notre société.

La médiocrité a toujours il semblerait fait l'objet d'une sorte de culte. A chaque époque la sienne, et la notre sera celle de youtube. Maintenant, les ados peuvent avec un peu d'aide de papa-maman pour démarrer s'acheter une caméra, se filmer dans le salon reconfiguré pour l'occasion, craquer après une mauvaise note puis faire des vidéos "stop : un point sur ma vie privée" lorsque les choses iront trop loin (décidément). Le tout en étant arrosé façon Wall Street. EnjoyPhoenix par exemple à 19 ans est "écrivain, influenceuse, auteur youtube" et possède déjà son propre appartement dans Paris, financé par ces millions de petites fourmis qui cliquent sur ses liens sponsorisés pour ensuite vider leur compte en banque en achetant les objets vantés par leur divinité attitré. Meilleur concept libéral ever.

Que faire alors ? A part espérer que les cons soient un peu moins cons, rien, à part attendre. Exiger un peu d'éthique aussi n'est pas une mauvaise idée. Ce n'est pas parce qu'on est youtubeur-se qu'on ne doit rien à personne. Et enfin, pour ceux qui en auraient le courage créer ses propres vidéos en nivelant l'ensemble par le haut. On peut peut-être y croire.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3748 fois
89 apprécient · 6 n'apprécient pas

Autres actions de -Ether- EnjoyPhoenix : Tutoriels maquillage