A chaque saison suffit sa peine

Avis sur Gotham

Avatar Adrien Garraud
Critique publiée par le

Critique disponible sur le site le con le culte et les écrans

Depuis la série Batman Kitscho cool et son arrêt en 1968, aucune autre série live ne s'intéressera au chevalier noir alors que des versions animées,oscillant entre le passable et le merveilleux, virent le jour. Afin de ne pas affronter de face les derniers épisodes filmiques du chevalier noir, Bruno Heller ( créateur de l'excellente série Rome) décida de placer la série avant que le chevalier noir existe. On y suit donc un James Gordon fraichement muté à Gotham, un Bruce Wayne en pleine adolescence et surtout la vie quotidienne du commissariat de Gotham.

Pour la saison 1, la série s'intéresse énormément au quotidien des policiers de Gotham et si parfois ca ne fonctionne pas trop mal, on serre les dents plus d'une fois devant un manque de subtilité permanent des qu'il s'agit de faire des références au comics. Un petit exemple : James Gordon arrive dans un appartement et frappe gentiment à la porte.

Là, une fillette rousse habillée en vert lui ouvre la porte. Poison Ivy me dis-je alors. À peine, cette idée m'ayant traversé la tête que la fillette chuchote un « je m'appelle Ivy ». Je regarde alors la série d'un œil quelque peu circonspect puis me ravise en pensant que pour des gens n'ayant pas une bat-sexualité débordante la précision était peut etre nécessaire.

Mais la lourdeur ne s'arrête pas là puisque pendant deux vraies minutes la fillette nous sera montrée en train de caresser des plantes. À ce moment précis, alors qu'une bave aussi blanchâtre que mousseuse coulait le long de mon menton, je condamnais Gotham à être une série de merde.

Introduire un nouvel univers est un effort louable, mais le spectateur moyen est censé être au moins adolescent et donc capable de réfléchir un peu...des lors il est stupide de vouloir lui rappeler sans arrêt qui seront les personnages dans quelques années puisqu'il l' a compris depuis déjà vingt bonnes minutes. Et si l'exemple vous choque, attendez de voir le pingouin qui ne passe pas un épisode sans parler de ces braves animaux ou ce Harvey Dent cabotinant à l'extrême afin de montrer ses deux personnalités.

Pour autant, la partie policière du show s'avère plutôt agréable et rappelle un peu Gotham Central ( un comics suivant le quotidien des policiers de Gotham) grâce à des acteurs souvent justes et relativement convaincants ainsi que des personnages un peu remanié ( Alfred est ici très martial et Bullock plutôt jovial).

En tant que série policière, cette saison 1 fait donc plutôt bien le travail, mais se vautre lamentablement des qu'elle veut rappeler ses origines littéraire : une grosse déception donc.

Lorsque la saison 2 arriva, j'étais donc emplit de perplexité quant à la nécessité de continuer une histoire si peu intéressante et surtout si peu en adéquation avec l'univers DC. ET force est de constater que j'avais tort. Intitulé Rise of the Vilains, cette seconde saison met un point d'honneur à reconquérir les fans déçu en proposant un panel de vilain absolument dantesque.

Des plus connus ( le Joker, Mister Freeze) aux méchants de seconde zone ( Azrael, Firefly), la série s'amuse à remodeler les origines de tous ces belligérants de manière plutôt convaincante. On enchaîne alors les épisodes avec le sourire aux lèvres, impatient de voir quel prochain bad guy fera son apparition et surtout, quelle sera son histoire.

De plus, le scénario est impeccablement maitrisé avec une histoire en deux mouvements, des rebondissements à la pelle et des nouveaux personnages bienvenu comme Michael Chiklis en commissaire intègre.

Si l'aspect comics est donc réussi, la partie policière s'effondre et on s'ennuie sec devant les pérégrinations de nos enquêteurs favoris. Dommage, mais pas suffisant pour éteindre la flamme que cette saison 2 a rallumée.

On attendra donc avec impatience une saison 3 qui, si elle prend conscience des erreurs passées, pourrait bien être la confirmation que réaliser une bonne série autour de Batman n'est pas impossible.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 332 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Adrien Garraud Gotham