La meilleure série que personne ne regarde

Avis sur Halt and Catch Fire

Avatar seben12
Critique publiée par le

Voilà la phrase qu’un ami à moi m’a sorti en parlant de cette série et en soulignant le fait que cette série est tellement sous-estimé vu qu’elle est passée dans l’indifférence générale du grand public.

Cette série est clairement méconnue du grand public et même moi qui travaille dans le milieu de l'informatique, je n’en avais pas entendu parler avant. Et après avoir enchaîné rapidement les 4 saisons en quelques semaines, je ne peux qu’être d’accord avec lui.

Un faible succès pour une série qui en mérite terriblement plus

Alors oui le pitch de base peut faire fuir les personnes qui ne souhaite pas avoir une retranscription des années 80 et 90 de l’informatique et qui ne s’intéresse absolument pas à ce domaine.

Mais ce serait dommage de rater une série qui est à la fois ultra abordable sur ce point (très simpliste dans ces démonstrations techniques et compréhensible par tout le monde) et à la fois apporte un récit narratif bien structuré qui offre une histoire passionnante fait de rebondissement, baigné dans une ambiance nostalgique et fidèle des années 80-90 et porté par des personnages forts incarnés par un brillant casting.

Le pitch est passionnant, le message véhiculé est profond (défini métaphoriquement par le titre de la série) la retranscription des années 80 comme du milieu informatique est plutôt bien réussi mais il faut dire surtout que la force de la série réside clairement dans ces personnages.

Les personnages

Alors ils font assez clichés au premier abord mais ils se révèlent au final très complexe et parfaitement mis en lumière par leur écriture. Chaque personnage aura son moment de gloire, ses défaites, ses excès de colères, …

Chacun de ses personnages à une vision bien définie, à ses responsabilités et ses enjeux dans l’histoire principale. Ils ne sont absolument pas définis d’une manière manichéenne.

Et surtout ses personnages sont profondément humains et dispose d’une large évolution du fait que la série s’étale sur plus d’une décennie.

Mais que serait ses personnages sans son casting qui est parfait avec notamment deux grandes prestations de Mackenzie Davis et Lee Pace (surtout dans la saison 4) qui sont tous les deux incroyables.

J’ai beaucoup apprécié aussi Scoot McNairy qui a joué un rôle plus délicat à partir de la saison 2 mais qui a rendu le personnage de Gordon terriblement touchant.

J’ai adoré détesté Donna, ce qui montre que Kerry Bishe a parfaitement joué son rôle.

Bien que son rôle soit beaucoup plus en retrait des autres, Toby Huss a su tirer son épingle du jeu dans les quelques rares épisodes où son personnage était à l’honneur.

A noter aussi les bonnes prestations des deux enfants de Donna et Gordon surtout Haley qui prend beaucoup d'importances durant la saison 4.

Et à la fin de la série, on ressent surtout de la tristesse de quitter ses personnages.

L’histoire

Concernant l’histoire, j’ai beaucoup apprécié que la série relate une histoire inventée existant en parallèle de ce qui a existé permettant de tracer l’histoire de l’informatique des années 80 et 90 avec la création des premiers ordinateurs portables, la création de jeux vidéo, la construction des premières communautés informatiques gérer par messagerie instantanée, la vente en ligne, les virus et logiciel antivirus et la naissance du World Wide Web, tout cela à travers Cardiff Electric, Mutiny ou encore Comet.

A noter aussi que le générique est parfait en mettant parfaitement en lumière le sujet et la BO utilisé au fil de ses quatre saisons est excellente.

Saison 1

La saison 1 reprend de manière ultra simplifiée ce que Compaq avait effectué en 1982. Gordon désassemble le code du BIOS et Cameron récrit une version compatible sans pouvoir voir le BIOS d’IBM afin de ne pas violer les droits d’auteur.

Cette première saison est passionnante en exploitant parfaitement ces personnages qui sont aux premiers abords plutôt clichés mais qui se révèleront beaucoup plus que complexe qui ne paraissent.

On peut juste regretter que la série baisse en rythme au milieu de saison pendant quelques épisodes dont seules les relations amoureuses sont approfondies (Cameron/Joe, Donna/Gordon) mais heureusement les trois derniers épisodes reviennent à l'essentiel du pitch de départ et offre plusieurs retournements de situations.

Saison 2

J'ai encore plus apprécié cette saison que la première surtout que les enjeux augmentent en fin de saisons qui se termine par trois excellents épisodes.

Assez surprit de la tournure dont prend la série aussi que ce soit par rapport à la condition de Gordon (même si sa storyline se révèle assez faible comme l’épisode se passant chez son frère qui ne sert à rien à part dynamiter un peu plus la relation qu’il a avec Donna) ou par l'évolution de Mutiny où je m'attendais que la saison soit uniquement centré que sur le développement des jeux.

Pas mal d’innovations technologiques sont abordées durant cette saison et c’est toujours par un moyen détourné dont l’idée n’est venue que par la suite. Que ce soit la partie Community de Mutiny qui devient au fur et à mesure une messagerie instantanée ou le fameux virus crée accidentellement par Gordon (Sonaris) et son antidote (Tabula Rasa) qu’il offrira à Joe.

Cette saison a vraiment été divertissante et la série prend une direction intéressante.

Saison 3

Une saison fascinante une nouvelle fois. Les relations humaines entre les 4 personnages principaux évoluent énormément au fil des années entre succès/échecs, partenariats/concurrence et confiance/trahisons.

Cette saison est d'ailleurs plus centrée sur les personnages féminins de Cameron et Donna. Je trouve tout de même quelques faiblesses narratives sur cette relation qui explose au moment attendu sans réelle surprise après quelques épisodes de chamaillerie interne que l’on aurait pu éviter.

Par contre, les quatre derniers épisodes sont excellents. L'épisode 8 est très touchant par rapport à ce qui se passe pour Ryan (son discours est juste et criant de vérité). Et les deux derniers épisodes se passant dans les années 90 promettent énormément pour la suite vu que l’on aborde la naissance du World Wide Web.

Saison 4

Cette saison voit s’affronter les deux approches de l’indexation du web avec Comet de Joe, Gordon et Haley face à Rover de l’équipe de Donna.

Et évidemment, les deux équipes se feront coiffer au poteau face à Yahoo! via le navigateur Netscape qui l’intègre directement via un bouton.

Tout fini par basculer avec l’épisode 7 avec ce qui se passe pour Gordon (je ne m'attendais pas qu'il meurt à ce moment même alors que je me doutais tout de même que sa maladie le rattraperait avant la fin de la série).

Cette fin d’épisode et l’épisode 8 est terriblement touchant et démontre que les interactions de la série les plus fortes sont les relations amicales. Joe est terriblement plus marqué que Donna.

Bilan

« Halt and Catch Fire » est plus que le nom de la série, il représente métaphoriquement la profonde nature de ce qui est le cœur de la série, ses personnages.

A l’image d’un ordinateur qui cesse de se comporter normalement en faisant du surplace lorsque l’instruction HALT est exécutée du fait que l’emplacement en mémoire est lu en boucle, les personnages subissent la même chose à chacune de leur innovation.

Joe, Cameron, Gordon et Donna sont tous des rêveurs, des innovateurs, qui ne se sentent que véritablement vivant quand ils ont une idée (Donna est le parfait exemple), qui au risque de subir un énième échec se dévouent corps et âme à leur passion au risque de tout mettre de côté (relation amoureuse, amicale, famille) pour avoir l’opportunité d’avoir la chance d’atteindre le but ultime et de marquer l’histoire.

Mais ils sont tous conscient qu’atteindre ce but est tellement rarissime qu’il est illusoire (comme le dit Donna dans son discours du dernier épisode, il y aura toujours quelqu’un d’autre qui fera meilleur qu'eux).

L’important n’est pas le but à atteindre mais le voyage pour y parvenir.

Et à l’image des dernières minutes de la série, Cameron et Donna s’imagine le parcours via Phoenix et voit l’inévitable échec à venir. Mais malgré tout l’espoir de revivre un nouvel voyage, qui cette fois ci fonctionnera, est toujours présent lorsque Donna dit à Cameron qu’elle a une idée.

Computers aren’t the thing. They’re the thing that gets you to the thing.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1095 fois
8 apprécient

seben12 a ajouté cette série à 13 listes Halt and Catch Fire

Autres actions de seben12 Halt and Catch Fire