Avis sur

Justified par limma

Avatar limma
Critique publiée par le

Elmore Leonard est l'auteur de plusieurs romans adaptés au cinéma et du roman "pronto" sur les aventures du marshall Raylan Givens à l'origine de la série JUSTIFIED.
Une série produite par Graham Yost, en collaboration avec l'auteur qui sera co-scénariste également et qui choisi "d'édulcoré" un peu, le personnage du Marshall (plus excessif, violent, alcoolique, amateur de femmes, dans l'ouvrage).

L'immoralité "manquante", est compensée par l'humour -noir- , l'ironie et les dialogues subtils, dans une ambiance décontractée de la campagne du kentucky, bousculant les codes du genre polar, le plaçant dans une "amérique profonde", pour parfaire une intrigue contemporaine et hors du temps.

Justified n'est pourtant pas un western même si l'ambiance générale, les costumes, les lieux, et les situations, où les flingues sont utilisés comme langage, amènent à quelques clins d'oeil au cinéma du genre et bien sûr le chapeau stetson que porte T. Olyphant.

Timothy Olyphant reprend le rôle du Marshall, "bad boy" sympathique, à la démarche chaloupée, et au chapeau porté comme étendard contre le crime qui se verra retourné dans sa ville natale, suite à un excès de zèle particulièrement radical.

Des changements de rythmes et quelques situations explosives, permettant de naviguer entre deux, auxquels s'ajoutent une ambiance lumineuse, contrecarrant les aspects plus sombres de certains thèmes (l'enfance où comment trouver sa place et grandir, quand on a peu de choix).

Trafics en tout genre, au vu et au su de tous, où l'on croise bon nombre de personnages, qui seront amenés à se cotoyer pour le meilleur et pour le pire ; des personnages qui s'intègrent parfaitement dans ce coin perdu, où gangster, policier corrompu, femme "combative", ou encore famille nombreuse limite dégénérée, brossent une amérique "décalée" pour le moins gentiment dérangée.

Une histoire à personnages jouant sur les dualités des uns et des autres, pour des "duels" psychologiques percutants, une pincée de romantisme, des questions existentielles...et quelques caractères excessifs complètent cette intrigue rondement menée, que les amateurs de héros et autres femmes fatales, naviguant dans l'adversité... apprécieront.

Le casting au complet ainsi que tous les seconds rôles sont d'importance, où rôles masculins et féminins se trouvent être au même niveau, jouant sur la complexité des personnages.

Jeremy Davies, dans le rôle de Dickie Bennet, et sa désinvolture ingérable... acteur connu dans "rescue dawn" ou encore dans la série lost.
Walton Goggins, jouant le rôle de "Boyd", qui livre une performance par un jeu tout en violence retenue alternant avec des sursauts d'humanisme, est rendu pour le moins sympathique pour un gangster pourtant peu enclin aux concessions.
Ava jouée par Joelle Carter, est d'une complexité marquante, sur ce rôle de femme "battante" qui n'hésite pas à être "implacable" quand sa liberté est compromise.

Une série tout public.

Et pour finir, la musique country, qui s'intègre tout naturellement.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 964 fois
6 apprécient

Autres actions de limma Justified