Space Jam

Avis sur Kuroko No Basket

Avatar Vivienn
Critique publiée par le

"Haikyuu" m'ayant récemment réconcilié avec les shonen de sport, je me suis tourné vers ce qui, selon beaucoup d'observateurs, semblait être le maître étalon du genre de ces dernières années : "Kuroko no Basket", adapté du manga éponyme et créé par Production I.G (qui semble au passage s'être spécialisé dans le registre puisqu'en plus de "Kuroko no Basket", elle produit "Diamond no Ace" et "Haikyuu"). L'histoire est très simple : Kuroko, un joueur talentueux mais invisible sur le terrain car dans l'ombre de ses coéquipiers, choisit de rejoindre un lycée mineur pour retrouver son amour pour le basket. Je vous épargne bien sur les détails.

Même en étant loin d'être un spécialiste du basket, je peux déjà remarquer que "Kuroko no Basket" est tout sauf réaliste. On s'en fout un peu mais bon, ça la fout mal quand tu vois que des basketteurs japonais ont un niveau NBA. Mais c'est un défaut qui en engendre un autre : à force d'être over-the-top, la série finit par ressembler à un mauvais épisode de "Saint Seiya" sur un terrain de basket. Les scénaristes débordent à chaque épisode d'originalité pour vous ressortir un combo encore plus improbable. Ce qui donne une impression (justifiée) de répétition : même si dans la forme les matchs ne sont pas tous identiques, dans le fond on y retrouve tout le temps les mêmes enjeux, les mêmes rôles et bouleversements. On le pardonne aisément car "Kuroko no Basket" parvient à distiller un certain suspens, cependant entaché par la durée "à rallonge" des matchs qui s'étalent parfois sur 4 ou 5 épisodes.
Un autre problème majeur de l'animé ce sont ses personnages : le spectateur n'est jamais impliqué. Ce sont tous des coquilles vides qui ont vaguement un trait de caractère et physique qui les distingue des autres protagonistes. La série se concentre globalement sur Kuroko et Kagami, et sur les joueurs de la fameuse "Génération des miracles" qu'ils vont affronter. Et ce au détriment de leurs coéquipiers - même si on nous donne l'impression qu'on les développe ou qu'on leur créé un background, ce n'est que de la poudre aux yeux : ils sont complètement inintéressants et servent de toile de fond à un affrontement 1vs1 ou à la rigueur 1vs2, et ce même pour les joueurs de champ de l'équipe que l'on suit.

En faisant dans l'émotion facile, réutilisant des codes sans les magnifier, "Kuroko no Basket" m'a poliment fait chier. Techniquement c'est bien foutu, même si je reprocherai au chara-design de faire dans la facilité (En gros les personnages principaux ont tous des coups de cheveux distinctives - rouge, bleu, jaune, vert... - alors que tout le reste se tape une coupe au bol noir et basta. Alors oui c'est pour différencier, mais y a des manières moins brutales / plus subtiles de le faire franchement.). La répétitivité de l'ensemble et la profonde débilité du scénario sont véritablement impardonnables et handicapent la progression qualitative de l'animé - sans parler que j'ai rarement vu un truc autant crypto-gay, chaque scène semble forte en sous-entendus. Dommage.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3633 fois
14 apprécient · 4 n'apprécient pas

Vivienn a ajouté cet anime à 2 listes Kuroko No Basket

Autres actions de Vivienn Kuroko No Basket