Attack on Mahr

Avis sur L'Attaque des Titans 4 : Saison finale

Avatar Nindo64
Critique publiée par le

Il y a 8 ans, l'adaptation du manga d'Hajime Isayama vit le jour. Manga qui lui, s’apprête à se terminer dans les jours qui viennent après 12 ans de publication. Cette première partie de saison 4 étant tout juste terminée, l'heure est au bilan de mi-parcours d'une saison bien différente de ce dont on nous avait habitués jusqu'alors. Sans spoilers majeurs.

De Wit à MAPPA

Le premier gros changement concernait l'animation. Qui n'a plus été supervisée par le studio Wit comme ce fut le cas pour les 3 premières saisons, mais par MAPPA. Studio à qui l'on doit Gambling School, et plus récemment Jujutsu Kaisen pour ne citer qu'eux. Pour ma part, j'ai trouvé qu'ils se sont relativement bien débrouillés pour cette saison même si l'animation est assez inégale. Oscillant souvent entre le bon et médiocre même dans les moments importants. Avec une CGI presque omniprésente durant les affrontements entre titans. De plus, le ton chatoyant des saisons d'avant a laissé place à des couleurs plus ternes, assez raccord avec le contexte. De toute manière, c'était compliqué d'avance de passer après Wit qui a sublimé le manga de la plus belle des manières. Et même si je salue l'effort de MAPPA, j'ai toujours une préférence pour l'ancien style. Plus virevoltant et plus impactant.

En plus de cela, j'ai cru comprendre que les conditions de travail chez MAPPA étaient loin d'être réjouissantes. Avec des deadlines très serrés pour un rythme de production acharné. Sans parler des très nombreuses animes sur lesquels MAPPA bossait en parallèle de SNK. Un cas qui malheureusement est loin d'être isolé dans le milieu, et il serait grand temps que ça change. Ne serait que pour certains internautes visiblement mal éduqués n'aillent pas jusqu'à harceler violemment des employés qui ne font que leur mieux avec les contraintes qui leur sont imposées. Car frustrés que la qualité de l'anime ne soit pas conforme à leur attentes.

Une levée de boucliers qui s'est intensifiée dès l'épisode 6 qui avait déçu pas mal de monde. Au point où certains allaient jusqu'à dire que cette adaptation était une "purge". Ces gens-là n'ont pas dû voir beaucoup d'anime à la réalisation réellement douteuse (ou d'anime tout court) pour tenir ce genre de propos. Comme la S2 d'One Punch Man ou la S3 de Seven Deadly Sins qui sont clairement des accidents industriels. À un moment donné faut arrêter la mauvaise foi.

De l'autre côté de la mer, la guerre

Le berceau des Titans qu'était l'île du Paradis a laissé place à l'enfer des contrées de Mahr. Un changement de contexte et d'époque qui m'avait pas mal dérouté durant les chapitres parus il y a quelques années déjà. Où étions-nous ? Que sont devenus les personnages principaux de la série ? Qui étaient ces nouveaux titans et ces jeunes gens que l'on envoyait au front ? Combien de temps s'était écoulé depuis les évènements du district de Shiganshina ? Tant de questions dont on aura des réponses au compte-goutte, au sein d'un monde pas beaucoup plus accueillant qu'Eldia. Très loin de la liberté autrefois recherché par le trio de tête.

Dès le départ, nous étions directement plongés dans l'ambiance d'un monde en guerre, avec une technologie plus avancée et une atmosphère nous rappelant la Seconde Guerre Mondiale et le régime du 3ème Reich Allemand. D'un côté la coalition Mahr qui passent pour les oppresseurs, et de l'autre les Eldiens victimes de leur condition, et considérés comme des monstres sans distinction. Même si dans le fond c'est bien plus nuancé que ça. D'ailleurs même les titans n'ont plus la même aura qu'auparavant. Car en plus de servir d'armes pour Mahr, la puissante artillerie pourrait avoir raison d'eux en un claquement de doigts. Le mythe titanesque s’effondre donc.

Un conflit armé que l'on ressent jusqu'à son générique qui tranche radicalement avec ses prédécesseurs dans le ton. Les protagonistes principaux ont quasiment disparus des visuels pour laisser place à tout ce qui touche de près ou de loin à l'horreur de la guerre. Explosions, marches militaires, morts, un tout qui contraste beaucoup avec la musique assez entrainante et joyeuse en fond. Un opening que j'aime beaucoup même si celui de la première saison reste indétrônable à mes yeux.

Ce qui m'amène à parler de la bande-son toujours supervisé par Hiroyuki Sawano, mais cette fois accompagné de Kohta Yamamoto. Une composition dans la plus pure lignée des saisons d'avant, même si moins marquante à mon goût. J'ai surtout retenu le thème principal Ashes of the Fire que l'on doit à Yamamoto justement, et qui est excellent.

Narration

Niveau rythme, ça ne venait peut-être que de moi mais j'ai trouvé que les évènements s'enchainaient assez vite dans la trame par rapport aux chapitres du manga. Chose qui s'est confirmée au fil des épisodes avec des scènes du manga qui ont été écourtées, passées à la trappe, voire même désordonnées. De toute manière, je pense que cette saison est arrivée trop tôt. Le nouveau studio aurait dû se laisser 6 mois ou 1 an de plus ne serait-ce que pour laisser le temps au manga de se finir pour de bon. Mais j'imagine que pour des raisons pécuniaires c'était trop demander. Le profit avant la santé du staff j'imagine... Puis faut se rappeler que 4 années se sont écoulées entre la toute première saison et la seconde, avant de passer sur un rythme annuel.

En termes de narration, cette saison a prouvé une fois de plus qu'Isayama maitrise son œuvre à 200%. Avec des éléments qui à première vue peuvent paraitre anecdotiques, mais qui quelques épisodes voire quelques saisons plus tard, bousculent tout sans qu'on ait le temps de le voir venir et nous font porter un regard tout autre à l’œuvre. Le meilleur exemple pour cette saison 4 est le flashback du personnage de Sieg de l'épisode 15. Expliquant comment il a été endoctriné par le même père qu'Eren avant lui, et le terrible choix qu'il a du faire pour se sortir de sa condition et devenir l'individu qu'il est aujourd'hui. D'ailleurs, il est temps de parler du cœur de cette œuvre, les personnages.

La roue a tourné

Ce que j'aime dans SNK, c'est à quel point il démonte toute forme de manichéisme. La notion de bien ou de mal n'est juste qu'une question de point de vue. On le voit rien qu'à l'affiche promotionnelle de cette saison qui illustre mon article. Montrant le titan d'Eren s’apprêtant à ravager une ville, de la même manière que le Colossal et le Cuirassé l’ont fait dans le tout premier épisode de la série. Un "juste" retour des choses.

Il en va de même pour les protagonistes qui ont méchamment gagnés en profondeur. À savoir Armin, Mikasa, Jean, Connie, Sasha et d'autres. Toujours complices mais on ressent à quel point ils se sont endurcis au fil des années. Au point d'avoir maintenant autant de sang sur les mains que Reiner, Berthold et Annie en leur temps. D'ailleurs, ces membres restants du bataillon d'exploration en paieront le prix avec une victime collatérale dont ils se seraient bien passés à l'épisode 8. Un moment qui fut déchirant, même pour moi qui savait ce qui allait se passer. Pour les nouveaux venus comme Jelena pour ne citer qu'elle, j'ai trouvé qu'ils s'intégraient bien dans le lot.

Il y a deux personnages en particulier dont j'ai envie de parler. D'abord Eren, qui est totalement méconnaissable dans cette saison. Passant quasiment du protagoniste à l'antagoniste. L'adolescent pleurnichard mais avec des rêves pleins la tête du début d’œuvre, à laisse placé à un jeune adulte froid et calculateur. Un changement de personnalité qui aura des répercussions directes sur la relation qu'il entretenait avec ses amis les plus proches. La rupture définitive ayant lieu durant l'épisode 13 où il balancera ses 4 vérités à un Armin et une Mikasa complètement déboussolés. Bien que les motivations du Jeager demeurent encore mystérieuses durant cette saison, nul doute qu'il continuera à aller de l'avant peu importe les conséquences. Un développement de personnage comme on en voit rarement.

Le second personnage est celui qui s'approche le plus de l'ancienne version d'Eren. Je veux bien sûr parler de Gaby. Qui voue une haine aux Eldiens qui est comparable à celle qu'Eren vouait aux titans autrefois. Déjà détestable dès le début de la saison, elle franchira un cap de non-retour durant cet épisode 8 en devenant l'ennemi public numéro 1 d'une grande partie des fans. Et si je peux me permettre une opinion impopulaire, elle est loin, mais alors très loin d'être le personnage le plus détestable.

Mais ça, c'est ce qu'on pourrait penser en s'arrêtant seulement à la surface des choses. L'intérêt d'une œuvre aussi complexe que SNK, c'est de s'intéresser davantage aux raisons qui ont motivé Gaby et Eren à agir comme ils l'ont fait. Et comment ces derniers peuvent évoluer par rapport à ce passif. Avant d'être une meurtrière, Gaby est avant tout une victime du système Mahr qui a tout fait pour les monter contre des Eldiens qui n'ont pas choisi leurs origines. Et elle comprendra assez vite que ce peuple est loin d'être les démons qu'on lui avait vendus. Concernant Eren, nul doute que ce qui a "vu" lors de son contact avec Historia en fin de S3 à du le transformer lentement, mais sûrement de manière irréversible.

Conclusion

Cette saison 4 fut frustrante. D'abord dans le sens où elle ne m'aura pas fait autant frissonner que par le passé même si j'en retiens quelques grands moments. Et ensuite par son épisode final que je n'ai pas trouvé incroyable pour une fin de saison. Rendant encore plus pénible l'attente de la seconde et ultime partie l'année prochaine.

En tout cas le changement de studio ne m'aura pas fait déprécier cette œuvre qui aura rendu mes Dimanches meilleurs. Et qui peu importe sa conclusion prochaine, fait déjà partie des plus grandes œuvres de la japanimation et du manga. D'avance, merci à Isayama pour tout. Et merci aussi au staff de MAPPA d'avoir assuré du mieux que possible ce projet... Titanesque.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 373 fois
2 apprécient

Autres actions de Nindo64 L'Attaque des Titans 4 : Saison finale