Un gros bazar

Avis sur Le Bazar de la Charité

Avatar Anilegna
Critique publiée par le

Belle production soignée au niveau des décors et des costumes.
TF1 n'a pas fait les choses à moitié côté casting non plus.
Cependant, si l'intrigue est intéressante la plupart du temps, le manque de rigueur en ce qui concerne les comportements et surtout les dialogues m'a beaucoup dérangée.
Et le manichéisme maladroit et le féminisme à la truelle rendent le plaisir de visionnage difficile.

En effet, d'une part tous les hommes de la haute société sont des abrutis bouchés, violents et nuls. Et tous les hommes du bas de l'échelle sociale sont solides, courageux et globalement positifs.
D'autre part, toutes les femmes sont des rebelles au caractère fort qui vont gagner leur indépendance, leur droit, leur je ne sais quoi.
Certes la condition féminine n'était pas glorieuse en cette période. Etre bonne n'était pas facile, être riche et gâtée un peu plus mais causait d'autres problèmes. Cependant, beaucoup, notamment dans la haute société, ne voyaient pas le problème de leur situation. Il est un peu facile que toutes les femmes de cette série soient en quête de liberté.
D'un autre côté, c'est ça qui fait le côté romanesque de la chose mais il en découle un parti pris qui m'a chatouillé et surtout un gros mensonge sur la marchandise.
Ce n'est pas tant le bazar de la charité dont on nous conte l'histoire que de la condition féminine à la fin du XIXème en regardant par un bout de lorgnette très moderne.
Cette sensation de modernisme malvenu est accentué par des dialogues aux formulations et sonorités résolument contemporaines. Certains termes sont tout bonnement anachroniques : chouette, déconner, dégueulasse (surtout dans la bouche d'une jeune fille de bonne famille) et bien d'autres.
Le tutoiement à tout bout de champ. Les serviteurs qui appelle leur jeune maitresse par son prénom.
La dite jeune fille interprétée par Camille Lou qui se trimballe systématiquement seule et sans chapeau! Je dis non.

La série fait des efforts louables et notamment celui de donner au spectateur une production de qualité au lieu des m.... habituelles. Cependant les efforts n'ont pas été poussés jusqu'au bout et à vouloir vulgariser les choses parce qu'on s'imagine que les gens sont bêtes et qu'il ne comprennent pas le mots, on perd son impact.
Il n'y a qu'à voir la tenue d'Audrey Fleurot sur l'affiche qui n'a strictement rien à voir avec la mode de l'époque, si ce n'est le corset, et qui ressemble d'avantage à la robe d'une finaliste du concours Miss France qu'à la robe qu'une riche grande bourgeoise aurait porté en 1897. Robe qu'elle ne portera pas grace au ciel dans la série. Son attitude, son phrasé et sa démarche résolument XXIème siècle par contre cassent l'illusion.
Il faut faire confiance au spectateur, il est capable de comprendre la subtilité des comportements.

Les 3 intrigues principales sont cependant intéressantes malgré des comportements peu vraisemblables des protagoniste et notamment Adrienne qui est montrée comme une femme intelligente et qui passe son temps à prendre des décisions foireuses.

Le dernier épisode est assez bâclé, résolvant tout par des retournements de situations ou de casaques qui n'auraient pas dû avoir lieu ou avoir lieu beaucoup plus tôt.
La construction des intrigues est maladroite mais il y a tout de même une construction.

C'est regardable et c'est un effort louable dans un paysage audiovisuel envahit de Ch'tis à Mykonos, de Marseillais à Miami et de Villa des coeur brisés. Alors, il ne faut pas trop bouder non plus.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1056 fois
24 apprécient

Anilegna a ajouté cette série à 2 listes Le Bazar de la Charité

Autres actions de Anilegna Le Bazar de la Charité