Ceci n'est pas une critique à proprement parlé mais plutôt une des multiples interprétations et thématiques que l'on peut puiser de cette magistrale série.

"Bonjour chez vous"
C'est sans aucun doute la réplique culte de la série Le Prisonnier, réalisée, écrite (en partie), jouée par feu Patrick McGoohan alias Numéro 6. Cette réplique est la libre interprétation de l'équivalente anglaise « Be seeing you », intraduisible littéralement, les interprètes ont pourtant réussi à trouver un sens encore plus profond à l'originale malgré eux.

Dans quelle mesure, par conséquence, une expression aussi insignifiante, peut-elle jouir d'une telle valeur intrinsèque au sein de la série ?

Cette réplique si bénigne tire en effet toute sa force du contexte dans laquelle elle est utilisée à si bon escient au cours des pérégrinations de numéro 6 ; ce contexte est Le Village.

Le Village est une prison où chaque habitant peut vivre et pratiquer les mêmes activités que n'importe quelle personne de notre monde connu, à la différence qu'il n'est pas identifié par son nom mais par un numéro. Il travaille, fait ses courses, entretien sa demeure etc... et fréquente ses concitoyens dans le but de s'épanouir au sein d'une communauté heureuse. Pour cela il doit néanmoins se conformer aux lois, aux valeurs et aux idéaux que leurs élus ont décrétés. Cela vous rappellera sûrement le concept de démocratie. Tout semble donc parfaitement harmonieux au sein de ce microcosme et rejoint donc la pensée de la recherche du bonheur individuel par celui de tous.

Par conséquent, il est d'autant plus étrange que la réplique s'adresse précisément à la personne en tant que telle. Comment ce paradoxe peut-il demeurer au sein d'une société macro sociale comme celle-ci ?

La réponse est malheureusement d'une logique implacable. Au sein de cette société et par extension la nôtre, « Bonjour chez vous » est en effet destiné au citoyen « X », mais cet individu conformé à œuvrer dans l'intérêt du bien commun, respectant les règles qu'on lui dicte, en a donc perdu son individualité. L'autre citoyen en saluant « X » par son interjection transmet au final ses amitiés à la communauté dans sa globalité, c'est par elle que son foyer est dorénavant caractérisé. L'individu est mort, il ne reste plus que Le Village. Il est maintenant aisé de faire l'analogie avec notre société de consommation et soit-disante "démocratique".

Je ne dirai rien de plus de peur de vous gâcher l'incommensurable plaisir que vous aurez à profiter ce chef d'œuvre.
anybody
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Top 10 Séries

Le 20 décembre 2010

28 j'aime

5 commentaires

Le Prisonnier
ptitpraince
10

la meilleure série de tous les temps?

Le prisonnier est une série anglaise produite, réalisée (en partie) et interprétée par Patrick McGoohan. Elle raconte la détention arbitraire d'un agent secret démissionnaire sur une ile mystérieuse...

il y a 12 ans

26 j'aime

2

Le Prisonnier
Kogepan
7

Je ne suis pas un numéro, je suis...

"Le Prisonnier", c’est une idée de départ très simple : un agent secret britannique (incarné par Patrick McGoohan), dont on ignore le nom, débarque un jour chez ses supérieurs, très en colère, et...

il y a 7 ans

24 j'aime

5

Le Prisonnier
archibal
7

Village People

Une série vintage qui brasse avec efficacité plusieurs genres dans un style singulier au cachet so british. Le décor bien lisse de cette station balnéaire qui sert de théâtre aux événements est...

il y a plus d’un an

12 j'aime

10

Princesse Mononoké
anybody
10

C'est dans la nature de l'homme de changer la nature

Miyazaki était selon moi un réalisateur surcoté par une presse politiquement correcte et bien pensante. En effet, jusqu'à récemment je n'avais vu que Le voyage de Chihiro qui contrairement aux...

il y a 11 ans

36 j'aime

11

Le Prisonnier
anybody
10

Bonjour chez vous

Ceci n'est pas une critique à proprement parlé mais plutôt une des multiples interprétations et thématiques que l'on peut puiser de cette magistrale série. "Bonjour chez vous" C'est sans aucun doute...

il y a 12 ans

28 j'aime

5

Patlabor 2
anybody
10
Patlabor 2

Pas de monde en paix sans coeur en paix

Le premier film introduisait avec parcimonie et modération la patte de Mamoru Oshii qu'on apprécie tant pour sa poésie et son onirisme. Pourtant, dans Patlabor 2, il a totalement assumé sa propre...

il y a 11 ans

23 j'aime

10