Toi et les 25 milliards de Waïfus contenues dans ton corps.

Avis sur Les Brigades immunitaires

Avatar Mad Dog
Critique publiée par le

Ce qui est marrant, c'est qu'à force d'inventer de nouveaux concepts, certains mangakas finissent par réinventer quelque chose qui existe déjà. Ainsi, avec la mode de "ginjikas" on a eu plusieurs animé qui se sont amuser à montrer sous forme humains des choses ou des concepts : des consoles de jeux, des bâteaux, des animaux, etc... Et en se disant "tiens si on animait les cellules du corps humains comme des personnages" ils sont retombés sur un concept français.

Parce qu'on ne va pas tourner autour du pot : Les Brigades Immunitaires, c'est Il était une fois la Vie mais en anime japonais.

Et pour le coup, c'est assez drôle de faire la comparaison des deux, tant l'on voit à quel point l'un représente vraiment l'esprit "dessin animé éducatif français des années 80" et l'autre, l'animation japonaise. Notamment les virus qui dans le premier avaient tous la même tête générique des "méchant chez Albert Barillé" (un mec avec une grosse bouille et un autre avec des traits longiforme et une voix nazillarde) deviennent ici dignes des pires caricatures de méchants de shojos : arrogants, avec des formes dégueulasses, des plans "infaillibles" et qui rigolent très forts. Idem pour les réactions des personnages et les gags qui n'hésitent pas à appuyer sur le côté très parodique.

Ton corps de ville :

En fait, il y a surtout deux grosses différences : Dans La vie (oui, j'abrège) le décors autour était celui d'un vrai corps humains, avec des cellules, des tuyaux, des trucs qui flottent et même le design de certains personnages était fait pour ressembler à ce que serait telle ou telle cellule si on l'avait affublé d'un visage, d'un bras et des jambes.

Dans les Brigades Immunitaires, TOUT y est renvoyé à une société humaine : les globules rouges sont des gens avec une casquette rouges qui transportent des paquets, les cellules sont des maisons, le corps humains est rempli de routes et de tuyaux et les éternuements sont des gros missiles. A noter qu'afin d'appuyer sur l'humanisation, les cellules immunitaires peuvent saigner ou être couvertes de sang, ce qui m'a fait me demander s'il y avait des cellules du corps humain dans les cellules du corps humain. Ce qui augmente le côté "intrusif" des virus qui sont vus comme des envahisseurs typiques : aliens, monstre géants, zombie, etc.... Idem à un moment pour une vaccination qui est vu comme l'arrivé d'un robot d'aide ou une transfusion qui montre l'apparition de globules rouges totalement nouveau apparu tout à coup. Et ce qui est rigolo, c'est que les deux dessins animés se sont accordés sur la gueule des globules blancs qui sont des policiers avec une casquette blanche.

Vue de l'intérieur

La seconde différence, c'est que le cadre ne change jamais. Dans La vie, on voyait un groupe d'enfant (parfois d'adultes) qui vivaient leur petite vie et on voyait les conséquences que leurs actions avaient dans leur corps humain : je me souviens des dents qui étaient de plus en plus rongés par les carries au fur et à mesure qu'un petit gamin mangeait des bonbons, ou du gamin qui risquait de chopper le tétanos suite à une sale griffure de chat, ou de celui sur la mort. (Traumatisant celui-là.) On arrivait peu à peu à se dire que toutes les cellules du corps humains étaient les mêmes et que chaque corps, de chaque être humain contenait un Maestro, une Globuline, un Hémon ou un Sergent Petigros (Ha, ha les années 80, le bon vieux temps du body-shaming dans les animés.)

Dans les Brigades Immunataires, on ne voit jamais l'extérieur, ce qui fait que certaines allégories ont du mal à prendre. (Pour reprendre l'exemple du dessus, j'ai mis du temps à comprendre pourquoi les cellules du corps humains transfusées ne semblaient pas comprendre où elles étaient) mais que c'est parfois rigolo de voir comment ils vont traduire un symptome humain dans le titre en une aventure dans l'épisode. Montrer la déshydratation comme un réchauffement climatique soudain, c'est pas idiot.

Mais du coup, ça fait bizarre, parce qu'on a l'impression que tout se passe dans le corps d'une même personne. D'autant plus que la durée de vie d'une cellule rouge étant de 180 jours, on a l'impression qu'en 3 mois, un type s'est pris : une infection au stabylocoque doré, une grippe, une déshydratation sévère, une rhynopharyngite, un début de cancer, de nombreuses infection diverses et variées, ainsi qu'une hémorragie importante. Ce qui en fait le pire poissard de la terre, ainsi qu'un mec particulièrement crado puisqu'il n'a pas désynfecté une de ses blessures. Ha moins que tout ne se passe finalement dans le corps d'un chien.

Après, ça reste un dessin animé franchement sympa à regarder, que ce soit dans ses allégories et ses personnages couillons. Par contre, n'espérez pas apprendre beaucoup de choses : bien des panneaux sont trop rapide pour être lus, les métaphores sont parfois complètement tirées par les cheveux et on est bien plus là pour l'amusement que l'éducation. Mais un petit épisode entre deux autres animé plus "dense" (genre l'Attaque des Titans ou The Promised Neverland) rend le tout assez sympathique. Vivement la saison 2.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 342 fois
1 apprécie

Autres actions de Mad Dog Les Brigades immunitaires