La grande série classique la plus mal comprise de l'histoire de la télévision

Nous voici avec Les mystères de l'Ouest face à une des séries les plus originales des années 60-70 - réalisée de 65 à 69 et diffusée en France à partir de 1967 - .
Etonnant mélange de western, de science fiction et de fantastique, avec une bonne dose d'humour et de dérision, elle présente les aventures de deux agents secrets, James West et Artemus Gordon, dans les années 1870, vivant et se déplaçant de temps à autre à bord d'un train luxueux, sur une voie privée, afin d'accomplir des missions, souvent à la demande personnelle du Président Grant.


Nos héros vont, ce faisant, rencontrer une multitude de personnages et de situations étranges, la série jouant sur le merveilleux, l'absurde et la diversité des situations surprenantes - sous-marins, monde des 1001 nuits, faux-extraterrestres, fantôme, sirène....-.
Ils rencontrent souvent des méchants assez originaux, mégalos désirant dominer le Monde.
Parmi ces méchants, le plus savoureux et marquant est sans contexte le Docteur Miguelito Loveless, qui apparaît dans une dizaine d'épisodes, certains parmi les meilleurs de toute la série.


Miguelito est incarné par le génial Michael Dunn...génial n'est pas un vain mot car l'acteur était doté d'un quotient intellectuel impressionnant, (178, soit 18 point de plus qu'Albert Eistein).
Il commence en effet à lire tout seul à l'âge de 3 ans, gagne peu de temps après plusieurs concours d'orthographe nationaux. Très doué pour le piano et possédant une jolie voix, il se lance dans une carrière de pianiste de jazz, mais il rêve de faire carrière au cinéma. Michael est hélas atteint de nanisme et de malformations osseuses qui rendent ses déplacements difficiles.
Malgré son handicap, il pratique divers sports - comme la natation et le patinage- et exerce divers métiers - dont détective dans un hôtel - avant de débuter sa carrière au cinéma et à la télé à l'âge de 28 ans.
Il jouera dans plusieurs films, surtout d'horreur et sera nominé pour l'Oscar du meilleur acteur de second rôle dans La nef des fous, en 1966.


Le rôle qui le rend célèbre est celui du savant fou des Mystères de l'ouest.
Véritable génie du mal, Loveless est cependant un méchant des plus sympathiques, grâce à sa verve, sa bonne humeur et les numéros de chant et de musique qu'il effectue à chacune de ses apparitions.
Déguisé en Robin des bois, Shérif d'une petite ville emprisonnée dans un tableau dans lequel il a piégé les personnages, Michael Dunn écrase de sa petite taille ses partenaires par sa présence et son jeu d'acteur. Il chante, joue du piano et danse, cabotinant pour notre plus grand plaisir.


Les épisodes des Mystères de l'ouest se caractérisent par un schéma assez semblable. Nos deux héros sont confortablement installés dans leur train luxueux, ils reçoivent une mission et se rendent sur les lieux soit en train soit à cheval. Un groupe de malfrats, dirigés par un grand méchant - un peu comme les grands méchants des James Bond -, souvent savant fou rêvant de réduire le Monde à sa merci , commet des exactions.


Jim se fait capturer, souvent à cause d'une femme perfide. Artie vient à son secours, déguisé et usant de gadgets à la James Bond. Nos deux amis s'échappent et , grâce à l'ingéniosité d'Artie - Ross Martin - et aux talents physiques de Jim - Robert Conrad -, mettent hors d'état de nuire les méchants.


Les moyens de la série, malgré des costumes et décors colorés et chatoyants se révèlent assez limités. Les malfrats sont toujours incarnés par le même groupe de cascadeurs que l'on reconnait très vite sous leurs costumes divers.
Nos héros arrivent dans une demeure , toujours la même - on en reconnaît le hall et l'escalier. La balustrade de la galerie est invariablement brisée suite à la chute du bandit avec lequel Jim se bat.


Mais l'originalité de la série réside aussi dans son double sens.
Première série gay de l'histoire de la télévision, sous l'influence de son producteur Michael Garrison qui, contrairement aux moeurs de l'époque, affichait ouvertement son homosexualité, la série assume un côté parodique et échevelé, dans une volonté de liberté et d'autodérision, présente déjà dans son titre "wild wild west".


Ces aspects ont échappé à la majorité des téléspectateurs de l'époque, devenant ainsi, comme le mentionnent Martin Wincker et Christophe Petit dans le Guide Totem Les séries télé, "la grande série classique la plus mal comprise de l'histoire de la télévision".


On remarquera tout d'abord les costumes très serrés de nos deux héros, notamment de Robert Conrad, alors qu'aucune autre série western classique ne moulera ainsi le corps de ses acteurs.
Durant la série, quelques plans rapides quasi subliminaux - j'ai pu en repérer quelques uns - offrent un gros plan sur les fesses de Jim- là aussi impensable dans une série de cette époque, destinée au grand public -.


Dans la majorité des épisodes, Jim est emprisonné et exposé, souvent torse nu et parfois écartelé tandis qu'Artemus, déguisé soit en homme soit en femme, vient le délivrer.
James ne tombe jamais amoureux, les femmes étant généralement perfides, même si Artemus et lui invitent souvent des femmes dans leur train, à la fin des épisodes. mais celles-ci ont plutôt un rôle décoratif.
Le côté sado-masochiste peut ainsi étonner. il est davantage affirmé dans les épisodes avec le Dr Loveless, jaloux de son corps d'athlète.
Pour s'en convaincre, un court extrait du dialogue final de l'épisode La nuit du printemps meurtrier - saison 1 épisode 27 -.
Nos deux amis regardent d'un air triste le lac dans lequel Miguelito vient de se noyer - du moins le croient-ils-.
Artemus "Tu ne veux pas le croire mais c'est ainsi, il est mort."
Jim "Tu as peut être raison. La haine est un lien aussi fort que l'amour."
Artemus "Que veux-tu dire ?"
Jim "Il va me manquer"......larmes sur le pauvre Miguelito !


Les mystères de l'ouest est la série western la plus originale de l'histoire de la télévision. Mécomprise, elle mérite d'être redécouverte pour en saisir toute l'ironie, l'inventivité et le côté absurde, le sel des épisodes mettant en scène le Dr Loveless, et la présence de son duo de héros.




Rajout du 10/02/2020
Robert Conrad vient de nous quitter. Petit hommage musical. A ses débuts, il avait enregistré plusieurs disques sous le nom de Bob Conrad
https://youtu.be/bGC11OOLd-4

Les Mystères de l'ouest
okilebo
9

Mystère, Mystère !

Les Mystères de l'Ouest est vraiment une série pleine d'inventivité. Chaque épisode fonctionne, certes, sur le même schéma mais le résultat est, à chaque fois, aussi réussi. Humour et action sont les...

Lire la critique

il y a 4 ans

14 j'aime

32

Les Mystères de l'ouest
supergrass
7

La nuit des mystères de l'Ouest

Pour ce cross-over improbable mélangeant deux agents secrets du gouvernement Américain pendant le Far-West, le président des Etats-Unis (de l'époque) en personne, un méchant très méchant l'inégalable...

Lire la critique

il y a 12 ans

7 j'aime

Les Mystères de l'ouest
Miamsolo
9

Le seul, le vrai!

Série culte des années 60, c'est mon père qui m'a fait découvrir cette série, car lui la regardait quand il était jeune. Des Mystères de l'Ouest, je ne connaissais que l'adaptation cinématographique...

Lire la critique

il y a 10 ans

6 j'aime

Les Mystères de l'ouest
m-claudine1
8

La grande série classique la plus mal comprise de l'histoire de la télévision

Nous voici avec Les mystères de l'Ouest face à une des séries les plus originales des années 60-70 - réalisée de 65 à 69 et diffusée en France à partir de 1967 - . Etonnant mélange de western, de...

Lire la critique

il y a 3 ans

39 j'aime

85

Amicalement vôtre
m-claudine1
10

So long Sir Roger Moore

Série culte des années 70, Amicalement Vôtre présente deux riches hommes, qui une fois fortune faite, Danny dans le monde des affaires et Brett par héritage de sa noble famille, semblent mener une...

Lire la critique

il y a 5 ans

37 j'aime

56

Ben-Hur
m-claudine1
10
Ben-Hur

Ben-Hur et mon vieux cinéma de quartier

Il est bien entendu difficile d’écrire sur son film préféré sans tomber dans le commun « magnifique, grandiose, parfait…. ». Bien sûr, Ben-Hur est tout cela mais je pense intéressant de vous...

Lire la critique

il y a 5 ans

37 j'aime

46