👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Je vais d'abord critiquer la série en "oubliant" qu'elle se veut une adaptation d'un merveilleux comics. Parce que ce dernier n'a qu'un succès d'estime, encore plus limité dans les pays non anglophones (à ma connaissance, Lucifer n'a jamais été traduit), donc j'imagine que la majorité du public n'a pas connaissance de l'oeuvre de base.

Alors. Pour le pitch. Lucifer en a marre de l'Enfer, prend des vacances à Los Angeles, tient un nightclub/bar/lounge nommé Lux, et s'amourache d'une détective du LAPD insensible à ses charmes, ce qui lui servira d'excuse pour mettre son nez dans ses enquêtes.
Et déjà, rien qu'au pitch, il y a un truc qui cloche. Lucifer est une série procédurale, une énième variation d'un expert excentrique aidant la police, et comme par hasard, l'expert est charmant et séducteur, et la détective est tout à fait esthétiquement agréable, et (faussement) froide à ses avances. Donc on est face à une redite de Forever, Castle, the Mentalist, et même X-files en poussant à peu (l'homme excentrique, la femme "froide"). Donc un nouvel ersatz. Mais si c'est bien fait, ça peut être bien, non?
Bin non. Parce que c'est lourd, forcé, vain. Lucifer tient plus du figurant comique, qui est omniscient et ubiquiste. C'est certes vaguement justifié par sa nature, mais ça fait surtout des scénarios assez feignants, et on se demande pourquoi il ne résout pas l'affaire instantanément à chaque coup.
La série est malheureusement centrée sur la détective, qui est ennuyeuse, désagréable et inintéressante. Son histoire naze avec son ex-mari et sa fille-hihi-trop-mignonne-et-surdouée est pénible et ralentie l'intrigue de la semaine qui de toute façon n'est pas palpitante.
Malgré ses défauts, Lucifer, incarné par Tom Ellis, a un certain charme. Oh, pas celui du comics bien sûr, mais au moins, les scènes avec lui relèvent le niveau.
Un autre problème que j'ai avec cette série est le puritanisme américain toujours présent. Pour une série intitulée "Lucifer", je pensais qu'ils pourraient tenter quelque chose de plus adulte. Mais non, être un démon revient à aimer le sexe, et même ainsi, les gens gardent leurs sous-vêtements. Le vrai visage de Lucifer n'est que lui même sans la peau (regardez les Predator 1 et 2 pour avoir une idée du résultat). Et puis même Lucifer n'est pas si méchant: la preuve, il aide le LAPD, et fait rire la petite fille. Malgré l'aspect grand public, la série fait scandale aux USA, à cause du titre...

Tenez, pour vous montrer à quel point la série est sans saveur, je vais prédire la suite des évènements (j'écris ça alors que seul l'épisode 2 est sorti):
Lucifer continue son jeu de séduction avec la détective. Son ex mari se méfie, et enquête sur Lucifer. Il le confronte, et Lucifer lui fait son numéro trop impressionant à base de visage écorché en vrai latex mal fait. Mazekeen menace la fille, et Lucifer l'apprend et la bannit, parce qu'on touche pas à l'héroïne de la série. Finalement Lucifer parvient à ses fins, et embrasse la détective (je doute qu'il y ait du sexe à l'écran, faut pas déconner). Juste après, ou au même moment, l'ex mari annonce à la détective que Lucifer est méchant, elle se sent trahie et l'évite, et se rapproche de l'ex mari. C'est à ce moment qu'Amenadiel enlève la fille, et va pour la tuer/incapaciter, et Lucifer arrive à temps pour la sauver, et expulser l'Ange. Et fin de saison. Et bien sûr, entre temps, plein d'enquêtes nazes pour faire des blagues sur le passé d'actrice de la détective, et la dure vie des gens qui vivent à Hollywood. Et la dernière chanson pour le dernier épisode sera "Sympathy for the Devil".
On verra si j'ai raison. J'espère pas, mais cette série a déjà prouvé par 2 fois qu'il fallait pas trop en espérer...

Bon, et maintenant, par rapport au comic?
Déjà, comparons le pitch: Lucifer laisse la clé des Enfers à qui le souhaite, réalisant que diriger en Enfers revient malgré tout à être au service de Dieu. Il se base sur Terre, où il satisfait ses goûts d'esthètes dans un bar de luxe nommé Lux. Et il cherche un moyen d'échapper au pouvoir de son Père.
Si vous voulez en savoir plus sur le comic, vous avez de merveilleuses critiques écrites sur ce même site. Mais si on compare le propos, l'ambition et les moyens, le comic écrase la série à tous les niveaux. Lucifer y est charismatique, et ne confond pas supériorité et pédanterie. Et surtout, Lucifer n'a pas d'admiration, sinon un vague intérêt, pour les êtres humains. Donc pas de "découverte de l'amour", pas de jalousie pour leur "liberté", puisqu'il aime, d'une certaine façon, et poursuit sa quête pour atteindre une Liberté réelle, loin de la prédestination imposée par Dieu.
Mais en plus des différences évidentes entre l'ambition des histoires à raconter, et du talent pour dépeindre Lucifer, de nombreux éléments semblent être là surtout pour contredire le matériel d'origine. Attention, liste de détails d'un fan en colère:
- Dans le comics, Lucifer dit, dès le premier tome, qu'il n'aime pas la psychothérapie. Premier épisode de la série, il séduit une psychothérapeute (et cela semble devenir un personnage recurrent, ce qui permettra de l'introspection à peu de frais pour expliquer les états d'âmes de Lucifer).
- Dans le comics, et dans Sandman, Lucifer dit et répète qu'il ne tire pas plaisir en la souffrance des damnés, et qu'il ne marchande pas les âmes, qu'il ne les possède pas, et que les damnés vont en Enfer parce qu'ils veulent être punis (consciemment ou non). La série répète à plusieurs occasions que Lucifer envoie des damnés en Enfer, il veut donner des punitions, et s'intéresse aux âmes des gens.
- "A special place in Hell". Encore un concept de la culture populaire, contredit dans le comics ("there is no special place in Hell, Hell is a democracy"), qui sera malgré tout répété dans la série.
- Mazikeen. Son changement d'apparence ne m'importe pas, mais de caractère, si. On passe d'une suivante/amante de Lucifer, qui le suivrait partout, à une sorte de rabat joie. Mais c'est ok, parce que, puisque c'est un démon, elle couche avec tout le monde quand même (dans cette série, démon = sexe).
- Amenadiel. Pareil, son changement d'apparence importe peu. Mais il passe d'un fier guerrier, frustré de devoir rencontrer Lucifer sans pouvoir l'affronter, à un messager passif et mou (qui copie d'ailleurs beaucoup l'Ange de la série Constantine).

L'épisode 2 était bien plus ennuyeux, avec moins de références au comics, alors j'ai moins de choses à relever. Seulement le "Luci" prononcé par Amenadiel, détruisant encore plus sa réputation. Pas sûr que je continue l'effort pour voir jusqu'où ils dénatureront le comic. Il est déjà établi qu'ils ne rattraperont pas les thèmes du comic.

Dans tous les cas, voici donc une série fade, un ersatz d'autres séries du même genre, qui gâche une license. Peu importe les raisons de cet échec, j'espère que cette saison sera unique. Si vous voulez une belle histoire autour de l'Ange de Lumière, lisez le comic.

Majuj
3
Écrit par

il y a 6 ans

23 j'aime

16 commentaires

Lucifer
Majuj
3
Lucifer

Laissez Lucie faire

Je vais d'abord critiquer la série en "oubliant" qu'elle se veut une adaptation d'un merveilleux comics. Parce que ce dernier n'a qu'un succès d'estime, encore plus limité dans les pays non...

Lire la critique

il y a 6 ans

23 j'aime

16

Lucifer
Kodama09
8
Lucifer

Une série qui offre ce à quoi on Satan

/** Remarque : Il est assez difficile de présenter une série, car elle est susceptible d'évoluer au cours des saisons, et donc de s'améliorer, ou à l'inverse se dégrader. Notez bien que je rédige...

Lire la critique

il y a 6 ans

21 j'aime

4

Lucifer
Ketchoup
8
Lucifer

Lucifer Morningstar :p

Pour vous présenter vite fait la série. Lucifer est une série policière mélangeant du fantastique qui va utiliser comme base la mythologie biblique. On pourra y croiser anges, démons et autres...

Lire la critique

il y a 7 mois

15 j'aime

24

Lucifer
Majuj
3
Lucifer

Laissez Lucie faire

Je vais d'abord critiquer la série en "oubliant" qu'elle se veut une adaptation d'un merveilleux comics. Parce que ce dernier n'a qu'un succès d'estime, encore plus limité dans les pays non...

Lire la critique

il y a 6 ans

23 j'aime

16

The Last Girl - Celle qui a tous les dons
Majuj
7

The last 28 days of the dead later

On ne connait pas grand chose de Melanie. Une gamine noire d'environ 10 ans, vivant dans une base militaire. Chaque jour, des soldats l'emmène dans une classe, attachée à son fauteuil, pour qu'une...

Lire la critique

il y a 5 ans

18 j'aime

5

Sex and the City
Majuj
2

Critique de Sex and the City par Majuj

Je m'attendais à une série provocatrice, libératrice, une ode au féminisme et à l'indépendance des femmes modernes. Et je me retrouve avec un défilé de mode, et rien que ça. Les "héroïnes" ne sont...

Lire la critique

il y a 11 ans

16 j'aime

1