👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Avec Mozinor, il ne faut pas nécessairement se fier à la première impression. D'autant que ses réalisations sont inégales. Que voit-on lorsqu'on regarde l'un de ses détournements pour la première fois ? Un type qui refait des doublages de films en faisant dire des vulgarités aux acteurs, avec des voix ridicules, parfois trafiquées. A priori, on peut se dire que ça casse pas trois pattes à un canard, que c'est vulgaire et facile.

Pourtant ce n'est pas par hasard si Mozinor est culte. Je l'ai découvert en 2006 (son succès était énorme à cette époque) et plus de dix ans après, je continue à le suivre assidument, à revoir ses anciennes vidéos, à ressortir des répliques de ses détournements.

D'abord, il est bien évident qu'au départ il faut être client des détournements. Dans ce domaine, Mozinor a créé une sorte d'univers. Absurde certes, mais un univers quand même. Il a ses personnages réccurents, ses runnings gags, ses références à des détournements précédents, ainsi que ses références extérieures (au film La Classe Américaine entre autres exemple, qui est aussi l'un de mes films préférés), etc. C'est également un univers musical : tous ceux qui le suivent savent que ses détournements sont truffés d'hommages à Roger Troutman, à la funk, à la soul et autres genres musicaux analogues. (D'ailleurs, sur sa chaîne Youtube on peut trouver une excellente playlist funky.) Bref, Mozinor c'est tout un univers avec lequel il faut se familiariser pour comprendre parfois son humour.

Ses premiers succès, à ses débuts font désormais partie du patrimoine d'Internet, comme par exemple Bite it en 2006, même si depuis il a fait bien mieux. Mais Mozinor a expérimenté tellement de choses différentes que citer une seule de ses vidéos ne lui rendrait pas justice.

Parmi ses autres classiques, on peut citer 007 tu peux pas test (par lequel j'ai fait la connaissance de Mozinor) et surtout Titanic Park, l'un de mes préférés. Sans oublier bien sûr ses nombreux détournements de la série Cosmos 1999, comme par exemple L'attaque des Lambertz.

Il a fait des choses très courtes et très connes, comme par exemple sa parodie de Kill Bill ; Camera Cafe ; La League des pas très gentleman ; La galère de la fonk ; casse tête ; le syndrome de l'airbag ; les pwals, et bien d'autres.

À l'inverse, Mozinor a aussi réalisé des détournements plus longs, qui racontent plus ou moins une histoire comme par exemple Cache cache à Solaris, Die Art ou Toto Story.

Il a aussi la particularité de faire référence à ses propres détournements antérieurs. Exemples :


À propos de mise en abyme, voilà encore l'une des spécialités de Mozinor. Beaucoup de ses détournements en sont. À cet égard on peut mentionner Scoop ; le home cinema ; le tutoriel (realiser un detournement) ; Le buzz : tutoriel ; Sur écoute ; Strike Back En Pire ; ou encore Deadzone : Les Tourments Du Détournement, ce dernier étant à mes yeux une perle, quasiment un petit court métrage en soi.

Mais on trouve encore bien d'autres choses chez Mozinor : Des parodies de films, des parodies de séries, des parodies d'émission TV, des parodies de chansons, des détournements sur l'actualité, des expériences, une analyse des films de Luc Besson, des chansons, des remix, des vidéos gameplay, des imitations, des effets spéciaux, etc...
Les thèmes sont variés : cinéma et musique bien sûr, mais aussi politique, sport, sexe, animaux, actu en tout genre, etc.

Bref, Mozinor fait depuis toujours ce qu'il a envie, selon l'envie, à son rythme, sans jamais céder aux pressions du public ou à n'importe quelle autre pression d'ailleurs (Dieu sait que des chaînes de télé, des partis politique et autres ont essayé de l'acheter...). Néanmoins, il y a toujours dans cette diversité une certaine cohérence : la touche Mozinor est toujours là, omniprésente. Sa passion pour le cinéma et la musique est palpable. En fin de compte on adhère où on adhère pas à cet univers, à ses personnages, à sa façon de faire, mais encore faut-il l'avoir un peu appréhendé dans son ensemble avant de le juger.

Son site internet est très complet et bien fait, allez y faire un tour !

Pour l'anecdote, il faut savoir qu'au départ, les détournements de Mozinor n'étaient qu'un délire sur le forum de hardware.fr. Parmi les gens qui étaient dans ces délires, un certain Meriadeck, qui des années plus tard, créera Le Gorafi.

gio
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les meilleures émissions web

il y a 5 ans

8 j'aime

Mozinor
Maxime_Pointud
10
Mozinor

"Monde de merde !"

Un génie créatif ! Et je pèse mes mots.... Ce type aime le cinéma, connais le cinéma et maîtrise le cinéma. Ça parait pas comme ça, mais ce qu'il fais chaque jour avec son logiciel de montage mérite...

Lire la critique

il y a 7 ans

6 j'aime

6

Mozinor
Kannibal_Stan
10
Mozinor

LE ROBOT !!!

Merci Mozinor , tu m'as éduqué. Il a été un élément fondamental pour la construction de mon humour et de ce que j'aime. Par ailleurs il est fort , très fort ; NAN !! Il est le meilleur et ça on le...

Lire la critique

il y a 7 ans

5 j'aime

1

Mozinor
bizar
10
Mozinor

Mais ce mec mérite la légion d'honneur

Je poste cette critique avec la même attention que ce qui mettent des faux numéros de telephones de biatch sur le mur des chittes. Personnes ne lira ca. même si personne ne lira ça, je poste ce...

Lire la critique

il y a 7 ans

4 j'aime

1

The Red Pill
gio
8
The Red Pill

Invitation à la réflexion critique

Les documentaires honnêtes se font de plus en plus rares. Aujourd'hui, seuls sont promus les films qui caressent le public dans le sens du poil, qui vont dans le sens de ce que la majorité pense...

Lire la critique

il y a 4 ans

34 j'aime

5

Merci Patron !
gio
1

La morale du ressentiment

La meilleure critique de Merci Patron ! a déjà été faite, il y a plus d'un siècle et demi, par Alexis de Tocqueville, dans son discours à l'assemblée sur le droit au travail. Peu de choses...

Lire la critique

il y a 6 ans

34 j'aime

69

L'Empire du moindre mal
gio
1

Philosophe français. Pensée light. Zéro calorie.

Jean-Claude Michéa est un produit typiquement franchouille. Il n'y a que dans notre nation éternelle qu'un individu qui concocte une telle tambouille de concepts peut atteindre une telle...

Lire la critique

il y a 7 ans

34 j'aime

36