Une prestation en dents de scie

Avis sur My Hero Academia

Avatar davidson
Critique publiée par le

J'ai repris cette série, j'ai vu les quatre premières saisons et je passe à la cinquième tout à l'heure.
Je ne suis pas fan, mais cela reste agréable à suivre.
En gros, j'identifie une série qui s'inspire quelque peu de celles américains réunissant plusieurs héros en collectif et qui surfe, façon Harry Potter ou Buffy contre les Vampires, sur des super héros qui sont presque normaux réunis dans une école avec de la tranche de vie. J'identifie aussi très nettement une reprise flagrante de concepts qui viennent de One-Punch Man, l'école de héros et les classements bien évidemment. Et certains visages s'inspirent de la tête de One-Punch Man et de ses mimiques également.
Le récit n'est pas toujours vraisemblable, mais sur le long terme le récit est cohérent et ne souffre pas des énormes problèmes de conception logiques d'un Demon Slayer ou d'un Naruto. Toutefois, Naruto me fait plus rêver que My Hero Academia. Les récits sont assez lisses dans My Hero Academia qui est une machine à bien remplir les codes d'une production américaine.
Toutefois, la montée des émotions est bien gérée dans cette série qui joue à fond sur la contagion de l'enthousiasme de groupe. Il y a de belles punchlines, la dernière en date "J'ai la vue qui se trouble, mais je vois la victoire., dernier épisode de la quatrième saison.
Les bouilles comiques des personnages sont très attachantes sans avoir franchement cette aura kawai érotisée sur laquelle joue nombre de séries. Il y a plein de visages féminins qui sont jolis, kawai, mais les personnages sont attachants, pas bêtement érotiques : Ochaoko, Hatsume, Eri, etc. Une mention spéciale à Froppy, qui est une fille grenouille tout à fait énorme, elle est sympathique et inspire la confiance, c'est la création originale frappante de cette série.
Le héros Izuku Midoriya a une coiffure qui démarque légèrement celle de Goku, sans que cela ne saute aux yeux, et le rôle de Vegeta, sinon Sasuke, est partagé en plusieurs autres personnages : Katsuki, Shoto, Endeavour...
Je trouve que la série réussit mieux dans le soulèvement de l'émotion que dans le traitement épique de l'action. Il y a de bons passages comiques également.
L'intrigue est assez bien conçue, malgré un très haut degré de caractère convenu dans ce qu'il se passe, et même si les dessins sont comiques il y a un paquet de visages bien dessinés, marquants, et des scènes où la composition des personnages à l'écran forme quelque chose de classe.
Maintenant, le récit est en dents de scie. Il y a quand même un nombre considérable d'épisodes où l'action n'avance pas vraiment, et la quatrième saison atteint des sommets en la matière : on passe de groupes d'épisodes tranche de vie à d'autres groupes d'épisodes tranches de vie avant d'autres épisodes tranche de vie, et les épisodes tranche de vie peuvent être très bon enfant : session de rattrapage du permis de héros qui consiste à amadouer des enfants sur deux épisodes, organisation d'un festival de danse et musique sur quatre ou cinq épisodes avec une intervention de vilain qui est plus farceur et irresponsable que méchant, et ces deux récits viennent après un groupe d'épisodes où les héros se remontaient le moral après une bataille. Il y a énormément d'épisodes d'entraînement, de compétitions sportives, et finalement pas tant que ça de grands moments d'affrontements avec les vilains. Même lors des combats les progrès psychologiques des personnages sont étirés dans le temps. Il y a une fausse impression dynamique qu'il se passe beaucoup de choses.
J'ai vu dans certains autres commentaires ailleurs sur le net qu'il est reproché à la quatrième saison son moindre degré technique en réalisation, mais le scénario serait prenait. Ce n'est pas du tout mon impression, il y avait déjà des longueurs dans les trois premières saisons, mais la quatrième fait vraiment remplissage et a vraiment quelque chose de mou. C'est bien ça son principal problème que la cinquième saison va devoir faire oublier.
Au passage, des méchants depuis longtemps introduits sont toujours attendus pour le spectacle, ainsi de la fille en tenue d'écolière à cheveux blonds dont on ne peut pas dire qu'elle ait une très grande présence.
Je n'ai pas tellement vibré sur les moments annoncés comme cultes. Je n'ai pas accroché sur le moment où Izuku se dépasse pour sauver l'enfant Kota. Le combat final d'Allmight m'a mieux plu, mais l'épisode qui a suivi sur sa retraite et sur le fait de débattre auprès des parents pour mettre ou non les enfants à l'abri dans un pensionnat, je n'ai pas pris mon pied du tout. Cela ressemble à une série qui met bien en place les choses, qui prend le temps de raconter son histoire et ne retourne pas trop vite aux combats, mais j'étais déjà réticent quand j'ai vu cet épisode et le nombre d'épisodes mous de la quatrième saison me conforte dans l'impression que ce n'est pas automatiquement un signe de qualité.
C'est trop lisse pour moi dans l'ensemble ou trop mou. J'aime bien en revanche l'esprit contagieux des émotions du groupe. Un autre aspect intéressant, c'est flagrant avec la forme normal de Allmight, c'est le parti pris du mangaka d'exagérer le trait caricatural simplificateur. Le contour du visage d'Allmight en normal est violemment géométrique avec même des effets 2D causés par les angles nets. C'est intéressant comme défi esthétique, ça choque puis on s'y habitue.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 81 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de davidson My Hero Academia