English Horror Story

Avis sur Penny Dreadful

Avatar Robert DuGland
Critique publiée par le (modifiée le )

(cette critique sera améliorée au fur et à mesure de la diffusion des épisodes)

Showtime propose un cocktail inédit à travers son synopsis et son casting.

"Londres, 1891, une menace quasi invisible massacre la population, Vanessa Ives, une jeune femme aux pouvoirs puissants et hypnotiques, rencontre et accepte de s'allier à Ethan Chandler, un homme rebelle et violent ainsi qu'à Sir Malcolm, un homme riche d'un certain âge aux ressources intarissables pour combattre cette nouvelle menace."

Le casting se compose quant à lui d'Eva Green, Billie Piper, Josh Hartnett et Timothy Dalton. On a donc trois acteurs de cinéma connus et une actrice de série, le tout pour une chaîne de télé qui n'a pas peur de choquer ou de la nudité.
- Episode 1 : "Night Work" Cet épisode constitue le pilot de la série, il doit donc poser les bases de l'intrigue, introduire les personnages et avoir une capacité à intéresser le spectateur. Il rentre dans toutes ses catégories bien qu'il soit incomplet dans la mesure où le personnage de Billie Piper n'apparaît pas encore et où toute l'intrigue n'est révélée. Cependant, les personnages principaux sont introduits de manière classique en commençant par l'héroïne puis son alter-ego et enfin le "boss". En cela, "Penny Dreaful" ne se distingue pas des autres séries. Là où elle change, c'est par son écriture et sa réalisation. On sent que l'histoire principale est conçue pour durer (on l'espère) toute la première saison et il en est de même pour les storylines secondaires. La réalisation est vraiment impeccable, on retrouve le côté calme et posé de "House Of Cards" mixé avec la mythologie d'"Hannibal". Le fait qu'un même réalisateur réalise plusieurs épisodes est un atout pour le network, les acteurs et le spectateur, on devrait sentir une certaine continuité. (mention spéciale au générique qui est juste sublime).
-> Showtime propose donc un premier épisode horrifique avec ses moments bien dégeux ou bien flippants sans tomber dans les clichés ou pièges faciles.

- Episode 2 : "Séance" Dans ce second épisode, on continue à découvrir de nouveaux protagonistes dans la mesure où Billie Piper arrive. Ce qui est agréable dans cette série, c'est que les personnages sont tous liés sans pour autant qu'il n'y ait qu'une seule intrigue. La mythologie se met progressivement en place et les personnages se creusent. La réalisation est toujours agréable et fluide avec un bon rendu.
-> Ce deuxième épisode confirme donc la volonté de Showtime de proposer une série à mi-chemin entre l'horreur et la classique, ses personnages rappellent Van Helsing sans le côté bordélique du film. On demande à avoir encore peur la semaine prochaine.

- Episode 3 : "Resurrection" Dans ce troisième épisode, on continue de suivre la quête de l'équipe concernant la créature qui apparait de plus en plus comme le méchant de la saison tout en avançant dans l'histoire de Victor Frankenstein. Ce qui est de plus en plus agréable avec cette série, c'est qu'elle s'éloigne du schéma classique proposant un fil rouge sur la saison et des histoires annexes (souvent une par semaine). Là, on entend avancer lentement mais surement en favorisant les personnages et leurs histoires. Ce côté est surtout présent de part Frankenstein et sa création qui prend presque 15 minutes pour raconter son histoire (on y trouve même un hommage/parallèle avec "Phantom Of The Paradise"). L'intrigue principale prends un tournant spectaculaire avec la chasse à la créature dans la mesure où l'on comprends que chacun dans l'équipe a un rôle clair et défini. L'ensemble continue de jouer sur la mort, l'abandon, la recherche d'amour et le mystère.
-> Showtime propose à nouveau un bon épisode qui accentue la mythologie de la série et son esthétisme tout en progressant dans l'histoire. Le seul petit bémol étant que les épisodes semblent avoir été écris sans tenir compte du format et que le tout semble découpé bizarrement.

-Episode 4 "Demimonde" Ce quatrième épisode continue sur la lancée du précédent, on avance doucement dans l'intrigue principale tandis que les intrigues annexes avancent beaucoup plus vite. A nouveau, chaque personnage interagie avec les autres et l'on en apprends plus sur le passé de certains. Dorian Gray apparait de plus en plus comme un personnage qui aura un rôle à jouer, peu importe le prix.
-> Showtime continue de proposer un show de qualité qui se développe en prenant son temps et en developpant toujours plus sa propre mythologie.

-Episode 5 "Closer Than Sisters" Une grande partie de ce cinquième épisode tourne autour de la relation entre Vanessa et Mina, de leurs relations entre elles et vis-à-vis des personnages secondaires. On connait la raison de leur amitié et de certaines phrases prononcées lors de la séance de spiritisme. On a le droit à la classique séquence de l'asile qui produit son petit effet.
-> Cet épisode permet enfin de faire toute la lumière sur Vanessa et son rôle vis-à-vis de Mina. Eva Green se place encore comme une grande actrice et le genre "horrifique" lui va à ravir. Le seul problème (s'il en est encore un) est la structure de l'épisode qui passe encore plus de la moitié à expliquer un personnage avant d'avancer dans l'intrigue principale. On sent que la série a été pensé comme un tout sans se soucier de la durée.

-Episode 6 "What Death Can Join Together" Après l'épisode de la semaine dernière qui était tourné vers la passé des personnages, on repart directement dans le fil conducteur de départ. Tous enquêtent sur les mystérieuses créatures. Vanessa creuse une piste avec Dalton tandis que Frankenstein va du côté de Van Helsing.
-> Après le très bon épisode de la semaine passée, ce sixième parait un peu faible de part son montage et son écriture (Frankenstein/Van Helsing) mais une fois encore, Eva Green délivre une performance remarquable et au vu de la tournure des évenements, elle pourrait être amenée à en servir d'autre.

-Episode 7 "Possession" L'épisode 7 reprends là où c'était arrêté celui d'avant avec la possession de Vanessa. On assiste à l'un des meilleurs épisodes de la série avec une Eva Green éblouissante. Les personnages sont à nouveau développés (certains mieux que d'autre) mais on comprends que le dénouement est proche.
-> Showtime livre un avant-dernier épisode qui lance la fin de saison et présage du bon, du très bon.

-Episode 8 "Grand Guignol" Cet épisode semble rappeler au spectateur que plusieurs intrigues existes. On retrouve ainsi Rose ainsi que la créature de Frankenstein; l'intrigue de Mina se poursuit tranquillement ainsi que celle du vampire. Tout tourne autour de la volonté et du pardon.
-> Cet épisode final est à l'image de la saison : bancal et incomplet. On relance des intrigues secondaires qu'on pensait oubliées, on continue à en développer d'autres et on essaye d'avancer avec Mina.

Au final, cette saison fût enthousiasmante du point de vue du casting, du jeu des acteurs (Eva Green en tête) ou de l'empreinte visuelle mais elle souffre d'une écriture inadaptée au format d'un épisode et à une trop grande multiplication des intrigues secondaires. Cela reste un show TV d'une qualité rarement présente.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2132 fois
9 apprécient · 1 n'apprécie pas

Robert DuGland a ajouté cette série à 2 listes Penny Dreadful

Autres actions de Robert DuGland Penny Dreadful