L'histoire d'une grande série en constante évolution

Avis sur Person of Interest

Avatar Ki__lian
Critique publiée par le

Cette critique est sans spoilers et évoque en détails tous les points positifs (et négatifs) de cette superbe série qu’est Person of Interest. Si vous hésitez à la commencer, ou si vous avez besoin d'une motivation supplémentaire pour aller au-delà du premier épisode ou de la première saison (raison de nombreuses mauvaises notes sur SensCritique), cette critique peut être utile pour vous.

Parlons de ma série préférée et pourquoi vous devriez la regarder ou la continuer

Person of Interest est une série américaine de Jonathan Nolan (qui travaille désormais sur la série Westworld d’HBO, et qui a aidé son frère Christopher Nolan sur de nombreux films). Diffusée sur CBS du 22 septembre 2011 au 21 juin 2016, elle est composée de 103 épisodes de 43 minutes répartis sur 5 saisons.

Elle est, au début, une série policière purement procédural (1 épisode = 1 crime à résoudre) diffusée à une heure de grande écoute sur l’un des networks américains les plus regardés aux États-Unis, avec des téléspectateurs qui sont habitués à des séries faciles à comprendre, où l’on peut faire autre chose à côté sans vraiment être perdu.

Le pitch de base est :

Harold Finch, un mystérieux milliardaire qui a développé un programme informatique (La Machine) prédisant les futures victimes de crimes et John Reese, un ancien agent de la CIA présumé mort, engagé par Finch en vue d'arrêter ces crimes. Et c'est globalement cela pendant 2 saisons et c’est compréhensible pour les raisons évoquées plus haut (le public de CBS et leurs attentes). Malgré ce côté qui peut paraître répétitif, elles restent, selon moi, deux bonnes saisons essentielles à la compréhension de la série, puisque à côté de cela on en apprend plus sur les personnages et leur histoire, tout en s'attachant à eux petit à petit.

On peut tout de même clairement parler d’un revirement total à partir de la saison 3.

La raison ? Snowden. En effet, en juin 2013, The Guardian publie sur son site Internet un document secret inédit, le premier d’une invraisemblable archive soustraite à la National Security Agency (NSA). Derrière cette fuite, la plus importante de l’histoire des services de renseignement américains, un ancien agent de la CIA et sous-traitant de la NSA : l’Américain Edward Snowden. Les documents extraits ont donné un aperçu inédit et détaillé des capacités d’espionnage développées par les deux principales puissances occidentales en la matière, les États-Unis et le Royaume-Uni. Ainsi, Person of Interest ne pouvait plus être considérée comme une série de science-fiction et d'anticipation, ce qu’elle explorait depuis maintenant 2 saisons (l’espionnage des citoyens américains par son gouvernement) n’était plus fiction mais réalité. Il a donc fallu innover pour que Person of Interest ne devienne pas sans intérêt, et c’est la meilleure chose qui pouvait lui arriver. Sans rien dévoiler ici pour ne pas spoiler, elle a totalement réussi son pari et s’est éloignée petit à petit de ce côté procédural par la même occasion, s’éloignant ainsi des standards des séries de CBS.

Cette série qui est peut clairement être considérée comme visionnaire, avait également prédit Snowden. Dans l’un des épisodes de la saison 1, on découvre un analyste de la NSA, qui après avoir découvert que son agence effectue une « surveillance illégale à grande échelle », organise une rencontre avec un journaliste.

> « Notre propre gouvernement nous espionne » dit-il, dans cet épisode diffusé en mai 2012, soit 13 mois avant les révélations de Snowden.

Un aspect très important dans la série : les musiques.

Les musiques originales sont (presque toutes) composées par Ramin Djawadi, l’un des plus grands compositeurs pour séries si ce n’est le plus grand, connu notamment pour avoir composé les musiques de Game of Thrones, et qui a désormais rejoint Jonathan Nolan avec Westworld. Je dis « presque toutes » mais il l’est a toutes composée, sauf une. Le générique, qui a été composé par J.J. Abrams, alors producteur exécutif pour Person of Interest et connu pour être le créateur de Lost, entre autre. Il y a également des musiques non originales qui sont utilisées et elles sont, elles aussi, très bien utilisées. Cela n’enlève rien au génie de Ramin Djawadi qui a toujours très bien travaillé les musiques qui accompagnent chaque scène de la série, apportant réellement quelque chose de plus, sublimant certaines scènes. Notons que chaque saison a eu le droit à une sortie de ses bandes originales, sauf l’ultime saison.

Pourquoi l’ultime saison n’a pas eu le droit à la sortie de sa bande originale ?

Bien qu’on ne connaisse pas la réelle raison, on peut se douter que c’est une volonté de la part de CBS. En effet, vers la fin de la série, ils ont voulu se débarrasser rapidement de la série et investir le moins d’argent possible. Nous pouvons constater que la saison 5 est composée de 13 épisodes, alors que les précédentes tournaient entre 22 et 23 épisodes. Les audiences étaient très clairement moins bonnes pour cette dernière saison et ce n’est pas pour cause d’une baisse de qualité, bien au contraire, mais tout comme le nombre d’épisodes, le budget a lui également été revu à la baisse et la publicité autour de la saison avant sa sortie était presque nulle. On peut considérer cela comme un mauvais traitement, ce qui n’est pas faux. Mais ils auraient également pu l’annuler après 4 saisons et ont préféré permettre à Jonathan Nolan de terminer de raconter son histoire avec une saison raccourcie. Quelques années plus tard, Jonathan Nolan a déclaré qu’ils avaient, à l'origine, prévus 6 saisons et que la saison 5 est donc un condensé d’environ 40 épisodes (20 épisodes par saison) en 13 épisodes, mais que la fin de la série aurait été la même : ils avaient prévu cette fin depuis le tout premier épisode. Et on le voit tout au long de la série, ils savaient très bien où ils allaient, c’est une série qui a fait preuve d’une grande maitrise et cohésion du début à la fin.

Si Person of Interest est autant aimé de ses fans, c’est pour plusieurs raisons, certains éléments ont déjà été évoqués juste avant, mais ce n’est pas tout.

La réalisation et l’écriture de la série ainsi que des personnages sont absolument géniales, l’évolution de l’histoire est grandiose. On constate après avoir terminé la série une grande évolution de chaque personnage et un fort attachement pour tout le monde, grâce à l’écriture de ses personnages, mais également grâce aux excellentes performances des acteurs. Mention pour Bear (ou Balou dans la VF), le chien de la série, à qui on s’est attaché en même temps qu’aux acteurs ! Ainsi, grâce à de grands acteurs et un attachement qui se renforce de saison en saison, nous avons certains épisodes très émouvants et très marquants dans cette série.

Si Person of Interest est donc très aimé pour son écriture, sa réalisation, ses acteurs, ses épisodes marquants, elle l’est aussi pour ce qui pourrait être anodin pour la plupart des personnes qui la regarde :

  • ses prises de risques : tout ce qui change à partir de la saison 3 ; l’introduction de personnages gays, très peu répandu à cette époque, d'autant plus sur un grand network public et qui sort complètement des standards habituels de CBS (diffuseur de NCIS et Les Feux de l’amour) ;
  • les caméos de Jonathan Nolan (qui a fait deux courtes apparitions, une dans l’épisode final de la saison 2 et l’autre dans l’épisode final) ;
  • le fait que Jonathan Nolan aime bien travailler avec ses proches : il a co-écrit plusieurs films avec son frère Christopher Nolan, dont la trilogie The Dark Knight, raison pour laquelle certains pourraient trouver des ressemblances avec Batman ; l’un des méchants de Person of Interest, John Nolan, est son oncle ; sa femme, Lisa Joy, avant d’être la co-créatrice de Westworld à ses côtés, était déjà présente sur Person of Interest ;
  • les similitudes entre fiction et réalité : Michael Emerson (Harold Finch) et Carrie Preston (Grace Hendricks) sont en couple dans la série et sont mariés dans la réalité, par ailleurs on aperçoit un chien à leurs côtés dans une scène, il s’agit de leur vrai chien. À noter également que même s’ils ne sont pas en couple dans la série, Amy Acker et James Carpinello ont tous les deux joués dans la série et sont mariés dans la réalité ;
  • le fait qu’on ne se lasse pas de la série : je l’ai personnellement regardé 6 fois entièrement (parfois en VO, parfois en VF, qui est d’ailleurs très réussie) et même si on aimerait bien avoir des épisodes inédits à voir, il y a toujours quelque chose que l’on n’avait pas remarqué au visionnage précédent qui rend intéressant le revisionnage ;
  • l’utilisation très intelligente du générique : il change à chaque saison, je trouve d’ailleurs que lui aussi s’améliore de saison en saison tout en restant dans le même esprit en débutant toujours par la même phrase, devenue importante pour les fans :

> « You are being watched... »

> « On vous observe... » dans la VF

Et si normalement le générique apparaît à chaque début d’épisode, il arrive quand c’est un épisode spécial qu'il démarre après une introduction, ou qu'il n'y ait pas de générique du tout. L’un des épisodes dans les dernières saisons est un flashback des événements de début de série et ils ont utilisé l’ancien générique, chose que je trouve très bien pensé ;

  • l'humour : il n'est pas l'élément le plus présent dans la série, mais toujours intelligemment placé, sans jamais en faire trop, un très bon humour subtile qui n'enlève rien au côté sérieux de la série.
Les épisodes en eux-mêmes :

Je les trouve personnellement tous plus ou moins réussi, mais les notes du site IMDb (l’équivalent d’Allociné ou de SensCritique aux États-Unis) sont très parlantes. Si vous connaissez ce site, vous savez qu’il est très difficile d’obtenir une note supérieure à 9,8/10 et que beaucoup de séries n’en ont pas une seule. Et bien Person of Interest en compte 7 (6 « 9,8/10 » et 1 « 9,9/10 »). La plus mauvaise note de toute la série est de 8,2/10, ce qui est très loin d’être une mauvaise note en soi. Chaque saison a au moins un épisode d’une note supérieure à 9,6/10. L’unique épisode noté 9,9/10 est « If-Then-Else » (Saison 4, Épisode 11) et est, selon moi, l’un des meilleurs et l’un des plus grands épisodes de l’histoire des séries télévisées, si bien pensée, si bien écrit, si intelligent, tellement prenant et si émouvant par moment, c’est un chef-d’œuvre télévisuel, tout simplement.

La fin de la série :

Même si sans spoiler, je ne vais pas pouvoir dire grand-chose, à par mon ressenti. Je sais que pour beaucoup de personnes, savoir que la série possède une vraie fin qui n'est pas bâclée ou qui ne termine pas sur un énorme cliffhanger est important. Je trouve la fin absolument parfaite, une très belle conclusion à cette belle série, une réelle fin qui a satisfait la grande majorité des fans, c’était une fin qui avait été pensé depuis le début par Jonathan Nolan et quand on y pense, c’est une fin totalement logique. Si j’ai longtemps été partisan d’un sauvetage de la série par Netflix ou autre plateforme prête à reprendre la série pour faire de nouveaux épisodes, je considère aujourd’hui que la série s’est bien terminée et qu’il n’est pas forcément nécessaire de la continuer. Par contre, je ne dirais pas non encore aujourd’hui à un spin-off sur certains personnages ou quelque chose dans ce style, mais vu que tous les acteurs se sont répartis sur des projets différents et que Jonathan Nolan est bien occupé avec Westworld, The Peripheral, Fallout et tous les projets qui s’en suivront, cela me semble bien peu probable.

Person of Interest est ma série préférée, l’une des premières que j’ai regardées et celle qui m’a réellement donné envie de m’investir dans les séries, aujourd’hui, j’en ai vu plus de 1000 et je continue de penser qu’elle mériterait d’être considérée comme l’une des meilleures séries de tous les temps. Ce qui n’est pas l'avis de la plupart des gens à cause de ses deux premières saisons qui lui donnent cette image de petite série policière passe-temps diffusée en prime-time tous les mardis sur TF1. Bon, elle était bien diffusée tous les mardis sur TF1 mais elle est bien plus que cela. C’est une vraie aventure avec une évolution constante à tous les niveaux : elle prend constamment de l’ampleur, se développe, les personnages évoluent avec elle, chaque saison est meilleure que celle qui la précède et vraiment, quel plaisir d’avoir ce genre de séries. Merci à Jonathan Nolan, Michael Emerson, Jim Caviezel, Amy Acker, Sarah Shahi, Kevin Chapman, Taraji P. Henson, John Nolan, Enrico Colantoni, Chris Fisher, Ramin Djawadi, J.J. Abrams, Greg Plageman, Denise Thé, David Slack, merci à tous ceux qui de près ou de loin ont contribué à rendre cette série meilleure et merci à CBS d’avoir permis qu’elle puisse voir le jour et malgré ce qu’on peut regretter pour la saison finale, il faut leur reconnaître qu’ils ont permis à Person of Interest d’avoir une vraie fin.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 367 fois
24 apprécient

Ki__lian a ajouté cette série à 5 listes Person of Interest

Autres actions de Ki__lian Person of Interest