Avis sur

Psycho-Pass 2

Avatar Skidda
Critique publiée par le

attention, cette critique ne contient pas vraiment de spoilers mais devrait être lue après la première saison

attention, ce qui suit n’est absolument pas une parodie et ne devrait pas être lu avec la voix d’Orson Wells

Bonjour, c’est moi, Skidda.

Ceci est mon avatar que vous voyez au-dessus. Pas mal non ? C’est ma waifu.

Je me permets de faire une critique de cette série parce qu’on se fout un peu de ma gueule, c’est de l’incohérence en barre et de la resucée.

J’aime pas trop les branleurs et ce score trop élevé.

Dans cette série, le Bureau de la sécurité publique va enquêter sur plusieurs crimes mystérieusement liés entre eux... comme dans la première saison.

J’appelle ça de la resucée.

...

Le scénariste va utiliser un antagoniste invisible contre Sybil. Vous allez voir que les dominators vont encore foirer... je le vois trop arriver.

zap Blaaarrrghh !!! W.C. !!...

/////

Note : j'ai eu envie d'écrire ça après avoir vu sa moyenne de 8,5+ et son entrée dans le top 100 des meilleurs animés de senscritique.

/////

Bon revenons aux choses sérieuses. J’avais déjà exprimé une certaine prudence envers ce nouveau Psycho-Pass : le changement de scénariste pour Tow Ubukata (Mardock Scramble, Ghost in the Shell Arise), le nombre limité en épisodes et le changement de studio pour Tatsunoko Poduction laissaient présager une suite du moindre effort, sans oublier que son champ d’action semblait d’autant plus limité par le film produit en parallèle par l’équipe d’origine.

Cela dit, mon approche initiale n’était pas pessimiste. Replonger dans la version longue de la première saison m’avait permis de réaffirmer les points forts de la franchise, ses points faibles ainsi que son potentiel. Je partais avec le sentiment que malgré son caractère plus humble, cette série pouvait encore exploiter ce potentiel.

Malheureusement il n’en est rien et au bout du compte, mon impression finale est que cette suite ne s’inscrit pas dans la continuité mais dans la répétition. Elle n’explore ni ne vogue vers de nouveaux horizons. Elle consolide moins ses fondations qu’elle ne les ébranle dans sa soif de destruction.

Pour commencer, Psycho-Pass 2 base une nouvelle fois son intrigue autour d’un antagoniste de génie, Kamui, qui se met en branle contre le système Sybil et remplit un rôle très similaire à celui de Makishima lors de la première saison. Dire que Kamui n’apporte rien à la franchise est à nuancer. Il nous offre bien quelques expérimentations intéressantes sur le psycho-pass mais les points abordés restent somme toute anecdotiques. De même, un nouveau développement est entamé en fin de saison grâce à ses actions, cependant son intérêt demeure limité tant il repose sur un concept vague qui se rajoute à un autre de la première saison qui l’était déjà trop.

Mon plus gros problème cependant n’est pas le peu ajouté à la franchise mais le beaucoup qui lui a été enlevé dans cette itération. Plus précisément, c’est le style adopté par Ubukata que j’ai eu beaucoup de mal à digérer : tout en violence, en surenchère, en provocation... On dirait qu’au delà des flingues futuristes, des corps qui explosent et des hologrammes, le scénariste a oublié que l’intérêt majeur d’un univers dystopique est de proposer réflexions et parallèles avec nos sociétés. Cet aspect est quasiment absent de la série qui se préoccupe plutôt de marteler les défauts de la passoire Sybil, ce qui a aussi pour fâcheuse conséquence de décrédibiliser notre chère protagoniste qui continue de défendre un système qui en vaut de moins en moins la peine.

Aussi subtil qu’un bulldozer dans une bibliothèque, ce style touche les autres personnages de Psycho-Pass. Pas tant les anciens membres de l’équipe qui auront été épargnés par la lame mais bien les nouvelles recrues, particulièrement Tougane et Shimotsuki. Leur caractérisation est en effet tellement grossière qu’ils en deviennent hilarants et leur conclusion respective est tout aussi risible : un gâchis. Heureusement tout n’est pas noir, hahaha, après tout Saiga-sensei revient avec un rôle plus proéminent cette fois-ci et Kamui a une personnalité ambigüe qui a a de quoi éveiller la curiosité.

Dans l’ensemble, sont-ce là des défauts si graves ? Son prédécesseur n’était pas exactement un modèle en ce qui concerne les personnages, idem pour l’écriture. Mais si le premier Psycho-Pass était imparfait, cette suite est encore pire : facilités scénaristiques, contradictions et dialogues quelconques s’empilent tellement qu’au bout d’un moment, je n’étais plus capable d’apprécier la série, même comme un simple divertissement malgré son rythme efficace. A vrai dire, c’est devant le comique involontaire de certains épisodes que je me suis le plus amusé (cet aria, ces têtes machiavéliques).

Psycho-Pass 2 s’avère donc décevant en ce qui me concerne. La première saison donnait au moins l’impression de tenter quelque chose de spécial mais par manque d’étincelles ou de liberté, cette saison s’inscrit comme trop superficielle, déséquilibrée dans son action et maladroite dans son exécution. Je ne suis pas convaincu que le film s’en sorte mieux, même si le synopsis est déjà intéressant, mais il m'aidera probablement à décider si la franchise valait la peine d’être continuée ou bien si elle aurait décidément dû s’arrêter comme prévu.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 5273 fois
30 apprécient · 1 n'apprécie pas

Skidda a ajouté cet anime à 1 liste Psycho-Pass 2

  • Séries
    Cover [Anime] Mes Animes 2014

    [Anime] Mes Animes 2014

    Alors que la fin d’année s’est achevée une nouvelle fois à base de soirées arrosées, de mokas hors de prix et de Love Actually,...

Autres actions de Skidda Psycho-Pass 2