Offre soumise à conditions

Avis sur Puella Magi Madoka Magica

Avatar eddyteur
Critique publiée par le

Étant donné que ce n’est pas évident de faire une critique de ce chef-d'œuvre sans spoiler, je vais d’abord me pencher sur les faits qu’il faut savoir sur Madoka Magica (que vous l’ayez vu ou non) ainsi que son contexte.
Tout d’abord, Madoka Magica a été commercialisé en tant que simple anime banal et typique sur des magical girls toutes mignonnes, avec une histoire adorable et touchante. Oui oui, ce n'est pas des conneries, si vous ne me croyez pas allez voir le trailer sur youtube, ou regardez tout simplement la couverture ! Ça a l’air tout mimi, et c’est pour cette raison que beaucoup de personnes ne veulent pas forcément le regarder.
Voici un court résumé: Madoka est une petite fille toute mignonne qui vit une vie banale. Elle est alors approchée un jour par une créature encore plus mignonne, Kyubey, que voici /人◕ ‿‿ ◕人\, qui lui propose de devenir une magical girl qui doit combattre des sorcières toutes méchantes en échange d’un vœu. Voilà, on ne peut pas faire plus commun.
Or, regardons de plus près le contexte. Akiyuki Shinbo, connu en tant que réalisateur et directeur artistique hors normes (monogatari série) voulait produire un anime sur les magical girls s’adressant à une audience plus large, qu’il qualifierait en tant que ‘’divertissement de haute qualité’’. C’est alors qu’un beau jour, il contacta Gen Urobuchi, plus connu sous le nom de ‘’Gen Urobutcher’’, populaire pour l’écriture de scénarios très sombres tels que fate/zero, psycho pass et Requiem for the phantom, afin de lui demander d’écrire quelque chose de ‘’lourd’’ pour sa série, et lui laissa alors pas mal d'autonomie dans son écriture. Déjà que Gen écrit souvent du très lourd, imaginez le écrire une histoire sur des Magical Girls toutes mignonnes ! En plus dirigé par le studio Shaft, qui nous en met habituellement pleins les yeux avec une animation splendide et une direction artistique parfaitement maîtrisée!
Dès lors, à l'époque de sa sortie, Akiyuki Shinbo avait un simple objectif : que l’anime contraste avec la manière dont Shaft studio en fait la promotion afin que la vraie nature de l’anime soit une surprise pour le spectateur. Il a même dit je cite : ‘’ je ferai de mon mieux afin d’écrire une histoire heureuse et touchante pour nos spectateurs’’.
Et ce n’est pas fini ! Dans le but surprendre encore mieux le spectateur, il a même caché Gen Urobuchi du crédit ! Heureusement qu’il l’a caché ! Parce que si la personne qui dit hautement : ‘’des fois, lorsque je vois des êtres qui se prennent pour l’esprit de la justice, j’ai envie de les détruire’’ est révélé être le scénariste d’une série avec des petites justicières toutes mimis combattant le mal, ce ne serais plus une surprise !
Et au final, l’effet de surprise a-t-il marché ? Pour ce qui est des spectateurs qui regardaient la série en famille, j’imagine, mais le plus drôle c’est que non seulement les designers des personnages et une grande partie de l'équipe n’ont pas trop apprécié une scène en particulier et ont demandé à Gen de changer certains aspects du scénario, en vain:

Lors de la mort légèrement brutale de Mami dans l'épisode 3, la designer des personnages (Lime Aoki), qui n'était pas au courant du sort de sa personnage préférée avant l'épisode (et qui apparemment était dévasté par sa mort), ainsi que Shinbo lui-même ont demandé a Urobuchi de revenir sur sa décision et de ressusciter Mami, mais Urobuchi a refusé, parce que Urobutcher reste Urobutcher ¯_(ツ)_/¯

Mais le plus hilarant ce sont les doubleuses, elles n’ont rien vu venir ! Elles étaient terrifiées à certains points de la série, et même la doubleuse de Kyubey, la petite créature toute mignonne et innocente, s’est mise à pleurer vers la fin de la série.

Voilà, comme vous pouvez vous en douter, Madoka Magica est quelque peu différent de la manière dont il est présenté sur la couverture. En plus de cela, la compositrice de la bande-son, Yuki Kajiura, connus pour ses musiques aux thèmes quelque peu sombres dans les animes Kara no kyoukai, fate/ zero, Noir, nous a composé l’une des meilleures bande son que j’ai eu l’occasion d’écouter, elle est tout simplement à couper le souffle !

Bref, assez pour le contexte, maintenant je vais me pencher vite fait sur l’anime en soi et les raisons pour lesquels je le considère comme un chef-d’œuvre. Madoka Magica est une œuvre sans précédent et incomparable car elle ne traite pas du thème des Magical girls en soi, mais de leur origine, leurs fonctions ainsi que leurs destinées. Le scénario est tout simplement brillant, je n’ai rien à redire dessus, nous allons de révélations en révélations, c’est extrêmement bien construit et développé, c'est imprévisible, les retournements de situation sont complètement inattendues, l’aspect psychologique est parfaitement mené et développé (pauvre Sayaka...) et surtout, Madoka Magica s'avère être un roller coaster en émotions extrêmement déprimant.

De plus, on ne s’ennuie jamais, il n’y a aucune longueur, il y a un enjeu derrière chaque dialogue, la musique est omniprésente et correspond parfaitement à chaque situation. Quant à la direction artistique, c’est parfait, c'est sculpté au détail près, on en prend plein les yeux, les couleurs nous en mettent pleins la vue, on sent le travail acharné de Shaft derrière! L’animation et l'esthétisme permettent à Madoka Magica de se démarquer des autres animes et nous offre alors une œuvre hors du commun et à part entière.
Enfin, le symbolisme est présent bien entendu (surtout dans le troisième film) tel que le passage à l’âge adulte par exemple, et certains plans contiennent du symbolisme ou portent un message caché que nous ne remarquons pas au premier visionnage (ni au deuxième).

Je vous invite à lire la superbe critique de Phaedren si vous voulez une analyse détaillée du symbolisme présent dans Madoka Magica.

À la fin de la série, on est détruit, on vient de vivre une expérience unique qui nous laisse un vide intérieur, on n'arrive pas vraiment à réaliser ce qu'on vient de regarder: "était-ce bien?" "Ai-je pris du plaisir?", on ne sait pas trop qu'en penser et on a besoin de temps pour se remettre de cette grosse claque.

Mais heureusement le troisième film est là pour tout remettre en question et nous remettre une claque intersidérale!

Homura did nothing wrong.

Voilà, je dois dire que je l’ai déjà regardé trois fois en moins de 10 mois (je crois bien que j’ai une obsession avec cet anime), et je ne peux le recommander assez, foncez si vous ne l’avez pas vu !

Sources: un mélange de wikipedia et cette vidéo.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 4276 fois
43 apprécient

eddyteur a ajouté cet anime à 7 listes Puella Magi Madoka Magica

Autres actions de eddyteur Puella Magi Madoka Magica