Naird et Mallory : Objectif Lune

Avis sur Space Force

Avatar Durax
Critique publiée par le

Space Force souffrira forcément de sa comparaison avec le monument "The Office". En effet, c'est une série comique crée par Greg Daniels, un des créateurs de "The Office" et Steve Carell, l'acteur principal de "The Office" portant sur un des monde du travail. Je redis "The Office" je l'ai pas encore assez cité je pense.
Mais malgré tous ces points communs nous sommes face à deux visions différentes de la comédie et de la sitcom et c'est ce que nous allons voir dans cette incroyable critique :

Space Force raconte l'histoire du général Mark Naird (Steve Carell perso top 1) propulsé à la tête d'un nouveau programme militaire spatial pour concurrencer le reste du monde (notamment la Chine), de sa fille devant s'intégrer au campus militaire et du professeur Mallory (John Malkovitch perso top 2) , le chef de tous les scientifiques impliqués dans cette connerie. Bien entendu, il y aura son lot de personnages secondaires comme la femme incarcérée de Steve Carell, le nouveau capitaine Angela ou encore le scientifique docteur Chang (faudra penser a donner un autre noms aux personnages asiatiques en cas de page blanche).
Les personnages ici tout comme dans "The Office" sont plus des victimes de l'absurdité des situations que l'absurdité elle même. On retrouve ici donc ici un peu de son Adn même si les personnages sont très différents, tout comme l'environnement et le propos :

La principale différence avec les sitcoms non-produites par Netflix c'est que la narration s'étend sur plusieurs épisodes avec un fil rouge. Ce qui découle de cette décision, c'est une place accordée à un scénario avec thématiques et enjeux plus importante se répartissant sur 10 épisodes. On est donc très loin de "The Office" et de son improvisation constante sur 22 épisodes par saison.
Ce parti-pris bien qu'osé et plus intéressant en thématiques peut clairement prendre le pas sur l'humour. Et c'est clairement le cas ici, il y a autant de scènes de tension et de remise en question des personnages que de blagues spatiales. Je pense pas que ça aurait été un problème si toutes les blagues avaient été incroyables mais forcé de constater que Greg Daniels et Steve Carell sont moins efficaces sur une écriture moins libre de l'humour. On alterne entre les bonnes scènes d'humour (Scène du chimpanzé, le congrès et la manifestation du vagin) et des blagues plus insipides (les flirts d'Erin Naird, la fille du général, ou l'épisode dans la simulation lunaire très prévisible). L'humour visant juste quand il rigole de la rigidité de son personnage principal, de l'absurdité de certaines situations mais visant dans le vide quand il fait de la comédie américaine banale avec des conflits banals. Il n’atteint par contre jamais sa forme supersayen. Malgré ce manque de folie humoristique dans certains épisodes, pas de moments gênants et de mauvais gout, ça reste un humour un minimum subtil. Ce qui est quand même bien joué pour une série clairement dans son époque. On y retrouve de nombreuses références très actuelles ou récentes(Epstein, conflit chinois/américain, "Animal Crossing") bien trouvées mais montrant aussi que la série n'a pas mis plus d'une année à être écrite et tournée (annoncée en janvier 2019, sortie en mai 2020).

Ces références actuelles servent d'ailleurs très bien à développer le scénario et les personnages. Parce-que même si cela reste une série comique, c'est aussi une série qui a des messages à faire passer tout comme "The Office" visait à montrer l'absurdité du monde de l'entreprise. Ici, on montre la coopération entre le coté militaire et le coté scientifique plus écologique attentionné sur l'état de la planète. Cette coopération se traduit bien sur par l'amitié houleuse (ça fait gay comme ça mais ça veut dire mouvementée) entre le général Naird de Carell et le Docteur Mallory de Malkovitch offrant au scénario son point central. De nombreux conflits naîtrons entre eux, chacun aura ses torts mais à chacun leur tour ils finiront par mettre leur fierté de coté pour le bien de tous. Dans un contexte ou le militaire occulte souvent le coté écologique, on se retrouve avec un fond intelligent et vraiment intéressant à suivre (on peut même parler d'une coopération écologique-économique à plus grande échelle). D'autres sujets seront aussi abordés comme la difficulté de faire des choix impliquant d'autres personnes que soi, la rigidité militaire parfois incompatible à une vie familiale et aux émotions ou encore la poursuite du mariage avec une femme en prison. On est parfois presque face à une série dramatique à l'image de ces fins d'épisodes accentuant la solitude de Naird. Même si on se fout un peu de sa gueule.

Mais hormis ces thématiques intéressantes, leur développement dans le fil rouge consistant au renvoi d'américains sur la Lune n'est pas tout aussi brillant. On retrouve pleins d'étapes de scénario assez inutiles et des histoires de personnages secondaires pas toujours assez bonnes. En fait, le fil rouge raconte une histoire assez banale au final et c'est justement la qu'il aurai fallu mettre le paquet à défaut d'un humour moins présent. C'est ça le principal problème de Space Force : en se situant à mi-chemin entre la série humoristique et la série à enjeux/dramatique, aucun des deux bord n'est abouti à cent pour-cent.

ll reste que ça reste une série très sympathique, juste assez aboutie humoristiquement et scénaristiquement pour que ce soit sympa à suivre mais pas assez transcendante pour être aussi marquante qu'un "Tintin : Objectif Lune". Et même si on est face à deux visons différentes de la sitcom, forcé de constater que cette formule est clairement moins efficace qu'un "The Office". Mille millions de milles sabords.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 605 fois
2 apprécient

Autres actions de Durax Space Force