👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

J'aime les mots et moins depuis quelques temps le mot "critique" CRI / TIQUE/ TIQUER.

C'est probablement une déformation professionnelle.

Restauratrice, il est possible que la facilité de donner son avis trip advisorien, de déverser sa haine twittorienne ( pour sortir de la sphère professionnelle et parler simplement d'une époque ) à tire-larigot aient eu gains d'une certaine forme de lassitude me concernant.

Il y a trop de tout, ou du moins il y a beaucoup de choses, beaucoup d'informations constantes à traiter.

A nous de faire le tri.

Je vais tenter alors d'exprimer un ressenti, une expérience personnelle concernant cette série.
Une bonne série, un bon film, un bon tableau, un bon livre, une bonne musique, un bon plat ( et la liste est encore longue ) est quelque chose dont je me souviens hors de son moment de visionnage ou d'écoute.

Comme un/une amoureuse qui viendrait régulièrement caresser le fil de ma pensée.

C'est à cette qualité la, principale, que je sais, ce que j'aime.

Critère personnel de sélection naturelle.

Il y a des films que j'ai cru aimer, mais même pas 24h au frigo à faire reposer leurs pâtes et il n'en restait rien ou quelques grumeaux à peine à narrer.

Je me demande par contre si aimer, c'est forcément savoir raconter. Parfois on est obnubilés par un/ ou plusieurs persos qui font échos à un souvenir, à un passé.

L'affection du souvenir.

Précieuse.

Que je ressens pour de nombreux films à qui j'ai distribué avec allégresse des neufs, des dix simplement par nostalgie d'un temps aimé ( celui de grandir ).

C'était chouette lorsque tout ce qui comptait c'était cette idée de grandir. Soupir soupir.

Revenons à nos moutons mafieux.

Je viens de terminer les trois saisons, et je fais actuellement le deuil de mes personnages préférés, qui comme à la fin d'un bon livre que je referme, disparaissent ou voyagent désormais dans des pensées voisines de voisins humains.

Série aux allures shakesperiennes des temps modernes, elle traite d'une prise de pouvoir de Rome au travers du Vatican via les gangs, la mafia, les siciliens, les politiciens et un certain électron libre : Le samouraï.

Il semblerait que ce soit inspiré d'un fait réel.

Il est très interessant de découvrir de nombreux personnages d'âge, de culture, d' héritage, de milieu différents.

De voir aussi le choc générationnel des titans .

L'importance de la relève.

Et de combien elle diffère des méthodes des Anciens.

De ce que l'on est censé respecter sans poser de question, parce que c'est comme ça, parce que cela a toujours été ainsi.

Au milieu de ces traditions remuées et baldinguées dans tous les sens, des êtres humains en tout genre qui se perdent tous à leur mesure dans la quête insensée du pouvoir : comment l'atteindre, à quel prix, comprendre la violence qu'elle engendre physiquement et mentalement et surtout pourquoi le pouvoir?

Et cette tragédie de savoir à l'avance, avant ses personnages, que "sur le trône de Rome, il n'y a de places que pour un seul Roi".

Alors on regarde, on s'attache, on souffre avec eux en sachant que ça ne peut qu'aller de plus en en plus mal en avançant,

en forçant TOUS

ces fameuses portes du pouvoir en même temps,

et on espère juste patiemment en croisant les doigts que les histoires de pouvoir ne finissent pas trop mal en général.

J'ai adoré certains personnages et certains acteurs qui traitaient avec grâce certaines de leurs émotions ( en tout cas elles ont circulé jusqu'à moi ! ), notamment Alessandro Borghi et Giacomo Ferrera.

Et beaucoup d'autres encore, qui furent frappés de justesse à de nombreux instants.

Je remercie les coupes de cheveux, tenues, appartements des gitans qui m'ont donné de nombreux sourires, surprises et étonnements.

J'ai trouvé cela intéressant de traiter de la violence ainsi, avec parcimonie.
Il y'en a, et des fractures PAPAdipiennes à vous donner le vertige et le tournis en même temps.
La destruction du mot et du sens de ce que représente la famille n'a pas besoin d'être couchée dans un lit d'hémoglobines.

On n'est pas bêtes, on comprend.

On naît pas bêtes, parfois c'est tout ce qu'ils comprennent malheureusement.

Cette violence presque ou totalement animale.

L'instinct de survie : l'unique chemin du pouvoir ?

FORCE Des mots des maux, des dialogues, des musiques et chansons.

Quelques incohérences scénaristiques par instant, je vous le concède :
comme des grands rendez vous mafieux en plein centre ville avec des politiciens sans aucune discrétion,
et la police qui disparaît peu à peu, au fil que les saisons avancent, ce qui malheureusement donnent le sentiment non plus de Rome mais d'un terrain vague, ou le jeu est à celui qui tuera le premier. Intentionnel peut etre, no lo sé. Non.

NON LO SO plutôt.

J'apprends l'italien, et j'aime l'italien, je trouve ça beau, donc cela a possiblement joué fortement dans mes affinités à ces banlieues romaines et à leurs habitants. Et je suis bien triste de devoir les quitter.

Big up et pensées douces à Lele, Spadino et Aureliano Forever.

Il paraîtrait que Gomorra est mieux, plus dur, plus vrai que nature et tchipipi et tchipipoo.

Je m'y testerais mais sans comparer.

C'est différent.

Comme deux amants.

Allez, la bataille que j'accepte entre Suburra et Gomorra sera sans doute celle des coupes de cheveux des personnages. J'ai hâte.

Et surtout n'oubliez pas que " même les taureaux perdent des corridas."

Ciao Ragazze, Ciao Ragazzi

Suzanna Citronellaaaaa

SuZannaCelle
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Series en 2021 et The series

il y a 1 an

Suburra
Maxime_Fontaine
5
Suburra

Il tente de devenir mafieux, ça tourne mal + explications

Les pérégrinations de petites frappes dans la ville de Rome avaient sur le papier tout pour devenir un poids lourd du Panthéon des séries estampillées "MAFIA". Hélas la recette n'est pas arrivé à...

Lire la critique

il y a 4 ans

3 j'aime

Suburra
rodrigo_enlinenn
9
Suburra

La vita, un giorno va bene un giorno va male

Après avoir fini de lever les yeux au ciel en découvrant une 137ème série sur l’Italie et donc la mafia, on s’aperçoit que celle-ci vaut sans doute bien plus le détour que les autres.Beaucoup moins...

Lire la critique

il y a 3 ans

3 j'aime

Suburra
MikaelVilson
8
Suburra

La série mafieuse type

Pour commencer, je ne suis pas à la base un adepte de ce genre de série. Cependant, je me suis surpris à apprécier de plus en plus l'histoire au fil du déroulement de la saison. Il y a tout ce qu'on...

Lire la critique

il y a 4 ans

1 j'aime

Suburra
SuZannaCelle
9
Suburra

Mi piace Suburra.

J'aime les mots et moins depuis quelques temps le mot "critique" CRI / TIQUE/ TIQUER. C'est probablement une déformation professionnelle. Restauratrice, il est possible que la facilité de donner...

Lire la critique

il y a 1 an