👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Que Netflix ait pu produire "The Hauting of Hill House", soit l'une des plus belles choses que la Série TV moderne nous ait offert au cours de la décennie, est sans nul doute un sujet d'émerveillement. Même si, bien entendu, c'est l'ambition et le talent de Mike Flanagan, show runner et réalisateur des 10 épisodes de la série, qu'il faut vraiment célébrer.

Bien sûr, "The Haunting of Hill House" aura ses détracteurs : trop lent, trop sentimental, pas assez effrayant. Et cette frustration, compréhensible, vient de l'ambiguïté féconde que le projet porte en lui : né de (et présenté comme) l'éternelle histoire de la maison hantée qui annihile la famille imprudente qui vient y habiter, "The Haunting..." peut en fait être décrit comme un remake plutôt fidèle de "Six Feet Under" à la manière de Stephen King : le pur fantastique se voit confiné à quelques scènes - extrêmement puissantes néanmoins - illustrant avec une grande pertinence et une extrême finesse la détresse des membres dysfonctionnels d'une famille brisée par le souvenir incompréhensible - inexpliqué puisque la vérité est tout simplement INDICIBLE - d'une nuit sur laquelle il faudra bien, un jour, revenir.

Comme dans les meilleurs livres de King (dont le "Shining" est cité avec beaucoup l'élégance à travers le labyrinthe, la "red room / redrum" ou le grand bar de l'hôtel), le surnaturel est à la fois la cause, le déclencheur du drame, mais il en est aussi la conséquence, la traduction visible des tourments intimes des protagonistes. Comme chez King, c'est le fait de coucher par écrit, de manière mensongère ou non, les faits qui leur confèrent leur existence réelle aux yeux de tous. Mieux peut-être encore que chez King, c'est l'amour qui est à la fois le poison (la mort aux rats qui s'invite à la Tea Party) et l'antidote, qui justifie le sacrifice final, qui permet de libérer ceux qu'on aime et de les laisser affronter sans nous le monde extérieur.

Car le superbe dernier épisode - qui fait en quelque sorte écho au final élégiaque de "Six Feet Under" - justifie et explique complètement - sans avoir le moins du monde besoin d'en appeler à la raison et à la logique - la structure narrative éclatée de la série (la parabole des confettis), ainsi que les remarquables paradoxes topographiques de la maison (l'idée de génie de la pièce rouge, donc, à la fois inaccessible et habitée par tous). Mais il explicite aussi de la plus efficace des manières l'idée toute simple qui est au coeur de la série : aimer quelqu'un, cela peut conduire à le dévorer pour le protéger de la vie, et c'est là, tout parent le sait, le plus grand danger qui nous guette tous... Face à cette horreur qui naît paradoxalement de la bénédiction de l'amour, les pauvres fantômes derrière la porte ne sont pas grand-chose...

Il faut enfin parler des tours de force qui parsèment la série : l'intelligence de la narration fragmentée qui permet de révéler peu à peu toute la complexité de l'histoire quand les pièces du puzzle se mettent en place, la bouleversante révélation du mystère de la "bent neck lady" dans le 5ème épisode, l'incroyable paroxysme émotionnel et artistique du 6ème épisode, avec ses plans séquences de près de 15 minutes et la parfaite gestion de l'hystérie par un Flanagan en pleine maîtrise de sa mise en scène, la merveilleuse douceur qui régit de nombreuses scènes filmées avec une patience et une attention réellement inhabituelles,... et tant d'autres choses encore que chaque téléspectateur découvrira selon ses goûts.

Car la plus grande qualité de "The Haunting of Hill House", c'est probablement que la maison hantée est avant tout une auberge espagnole où chacun trouvera ce qu'il y aura apporté : entre une histoire de fantômes et un grand mélodrame familial, il y a suffisamment d'espace pour que chacun de nous puisse y loger.

[Critique écrite en 2018]
Retrouvez cette critique et bien d'autres sur Benzine Magazine : https://www.benzinemag.net/2018/11/14/the-haunting-of-hill-house-six-feet-under-meets-stephen-king/

EricDebarnot
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Top 10 Séries, Les meilleures séries des années 2010 et Les meilleures séries de 2018

il y a 3 ans

94 j'aime

33 commentaires

The Haunting of Hill House
EricDebarnot
9

Six Feet Under

Que Netflix ait pu produire "The Hauting of Hill House", soit l'une des plus belles choses que la Série TV moderne nous ait offert au cours de la décennie, est sans nul doute un sujet...

Lire la critique

il y a 3 ans

94 j'aime

33

The Haunting of Hill House
VulcaseArkolax
6

Dénouement fatal

Après 9 épisodes mesurés, lents, parfois énigmatiques, perfusés de techniques éprouvées issues du Manuel Cinématographique de la Maison Hantée, c'est la catastrophe. Pendant 9 épisodes, j'ai...

Lire la critique

il y a 3 ans

39 j'aime

2

The Haunting of Hill House
CineSerie
9

Une tragédie familiale sur fond d’horreur

The Haunting of Hill House vise un statut plus haut que celui de la petite série tendance qui va vous faire frissonner en cette période d’Halloween. Elle en est capable, la question n’est pas là,...

Lire la critique

il y a 3 ans

27 j'aime

3

Moi, Daniel Blake
EricDebarnot
7

La honte et la colère

Je viens de voir "Moi, Daniel Blake", le dernier Ken Loach, honoré par une Palme d'Or au dernier festival de Cannes et conspué quasi unanimement par la critique, et en particulier celle de gauche....

Lire la critique

il y a 5 ans

193 j'aime

53

1917
EricDebarnot
5
1917

Le travelling de Kapo (slight return), et autres considérations...

Il y a longtemps que les questions morales liées à la pratique de l'Art Cinématographique, chères à Bazin ou à Rivette, ont été passées par pertes et profits par l'industrie du divertissement qui...

Lire la critique

il y a 2 ans

177 j'aime

92

Je veux juste en finir
EricDebarnot
9

Scènes de la Vie Familiale

Cette chronique est basée sur ma propre interprétation du film de Charlie Kaufman, il est recommandé de ne pas la lire avant d'avoir vu le film, pour laisser à votre imagination et votre logique la...

Lire la critique

il y a plus d’un an

162 j'aime

22