Big little truths

Avis sur Unbelievable

Avatar Vagabond
Critique publiée par le

La série "Unbelievable" se base sur une série d'articles phénoménaux co-publiés par Propublica (T. Christian Miller) et The Marshall Project (Ken Armstrong) en 2015 : https://www.propublica.org/article/false-rape-accusations-an-unbelievable-story.

Avec un tel sujet, le fond de la série dévore la forme qui se dépouille de tout sensationnalisme visuel qui aurait pour recherche d'alourdir les sentiments ressentis par les binge-watchers. Le jeu des acteurs est absolument fascinant. Chacunes et chacuns ne sont pas plus que ce qu'il sont : des êtres humains en proie au mal, aux erreurs, à la souffrance, aux doutes, aux mensonges qui éclatent et aux vérités qui se taisent. Il y a aussi des criminels dépeints justement comme des personnes horribles mais qui ne sont pas des monstres inarrêtables. La série ne cherche donc pas à prendre des "poses" à travers ses personnages et en cela le fantôme de Sidney Lumet plane dans l'approche humaine des personnages. Dans ce magma de talent il y a le trio de tête joué par Kaitlyn Dever, Merritt Wever et Toni Collette : c'est pas qu'elles jouent bien (elles jouent à la perfection des personnages brisés pour l'une et sans relâche pour d'autres), c'est qu'elles jouent vrai. Kaitlyn Dever a certainement le rôle le plus compliqué des trois car il demande une délicatesse dans l'interprétation, mais elle a un talent à la hauteur, une véritable découverte qui ne m'avait pas frappé dans Booksmart par exemple.

La série est dès lors assez différente des séries du type True Detective. Il n'est pas forcément question en premier plan du gentil bien contre le méchant mal (en sous-texte il en est bien sûr question). Il n'est pas non plus seulement question de pointer, à travers une dramatisation sérielle, une injustice basée sur des faits réels, même si le "procédural" dans les affaires criminelles est assez malmené. Dans la manière dont j'ai reçu la série il était avant tout question de notre capacité à devenir des gens meilleurs : message qui justifie pleinement la démarche artistique de faire une série là où bien d'autres séries n'apportent rien que du divertissement (c'est le but premier je vous l'accorde mais doit-on se contenter d'un divertissement faussement intelligent ? Cette série donne la réponse). Et c'est pas souvent au fond qu'un film ou une série impulse, au milieu d'autres sensations, celle de vouloir devenir meilleur avec les autres. De ne pas être, par exemple, les amis de Marie Adler qui, sans autre forme, de procès la laisseront tomber. Devenir un peu comme cette conseillère dans l'avant dernier épisode qui, dans un montage saccadé entre la séance avec Marie et le dénouement de l'enquête qui se joue dans l'état voisin, est avant tout dans une démarche de compréhension et de "laisser parler".

Juger moins pour comprendre plus, c'est en suivant cette approche que les enquêtrices mettront la main sur le coupable au final. La série explique donc que la vérité et son éclatement se passent de jugements. Pour illustration quand deux policiers jugeront qu'une jeune fille fantasme un viol alors la vérité s'enterre d'elle-même, tout se mélange et la justice devient une terrible machinerie pleine de grains de sables et de conséquences absolument terribles (grosse claque à la société des médias au passage, ces petits tribunaux modernes entre lesquels on zappe sur notre canapé)

Le personnage de Marie Adler est très singulier, là où les autres victimes de viol (qui ont toutes une vérité à dire) s'enfermeront dans le besoin de sécurité (achat d'une arme, restriction des habitudes quotidiennes au point de ne même plus lire devant la fenêtre) Marie s'achètera une voiture littéralement ouverte à tous les vents. On finira de la comprendre dans ce dialogue téléphonique avec l'une des enquêtrices : elle voit les dangers du monde comme quelque chose dont on doit se protéger avec l'aide de personnes fondamentalement bonnes et non avec des murs physiques. C'est en cela que la série nous invite à réfléchir sur nous-mêmes et la possibilité que l'on a tous d'être meilleurs.

Bref une série Netflix à recommander, enfin !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1179 fois
7 apprécient

Autres actions de Vagabond Unbelievable