👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Mais c'est con. Je ne pense pas qu'il faille attaquer la série autrement qu'en se disant "ça va être con". Parce que c'est super con.

V'la fais l'entrée en matière, quand même elle se pose là :
Un détenu sort de prison après une peine de 15 ans. Il passe la porte, même pas il jette un regard en arrière tellement il est badass et il trace tout droit. Juste après il s'enfile une serveuse à l'arrière d'un bar et il vole une voiture de sport, et il se fait courser par des truands en pleine ville, paf boum explosion pan pan coup de feu, et il est reparti.
Tout ça en 5 minutes d'épisode à peu près.

Banshee, c'est ça : une course poursuite effrénée entre le héros et les emmerdes.

Le héros est un mec qui réagit purement à l'instinct. Le type ne dépasse jamais 6 secondes de réflexion avant une décision cruciale. C'est un archétype de fonceur qui pense avec ses trippes : on ne connaît même pas son vrai nom, on l'appellera Lucas Hood du nom du Sheriff qui se fait descendre devant ses yeux et dont il prendra l'identité sur un coup de tête.

La série embrasse tout de suite pleinement tout le grand nawak de son postulat, et c'est en partie ce qui fait que la saucre prend. L'amour du nanard y est sincère, on se laisse prendre au jeu avec beaucoup de plaisir (coupable), on regarde le héros qui poursuit ses emmerdes (ou l'inverse on sait jamais vraiment) : "Ohohoh mais c'est n'importe quoi !" et on en redemande.

Les ficelles sont souvent énormes, mais tellement assumées qu'elles en deviennent réjouissantes. On se demande quel va être le nouveau prétexte pour poser les armes et se mettre sur la gueule à coup de poing, ou combien de temps il va se passer entre l'apparition de cette jolie nana et le moment où elle couche avec le héros.

Soit-dit en passant les scènes de sexe et de baston sont omniprésentes mais nous épargnent l'écoeurement en ne donnant que rarement l'impression d'être génériques. Là encore on sent un vrai amour de l'exutoire et une certaine maîtrise de la mise en scène.

En bref, en épousant parfaitement son aspect jubilatoire et en affichant clairement ses incohérences, Banshee dépasse de loin nombre de séries populaires tout aussi con mais qui ne s'assument pas.
Tildidoum
7
Écrit par

il y a 8 ans

47 j'aime

5 commentaires

Banshee
Bondmax
8
Banshee

It's not TV, it's motherfuckin violence !!!!

J’ai entendu parler de Banshee pour la première fois, il y a environ 3 ans. Présentée comme la nouvelle production d’Alan Ball, le papa de l’excellente Six Feet Under et de la …hum je sais pas...

Lire la critique

il y a 7 ans

55 j'aime

11

Banshee
gregou
7
Banshee

Soooo Bad Ass

Bon, je vais pas le cacher, c'est mon petit coup de coeur séries du moment, et je ne regrette pas (pour le moment) d'avoir ignoré les quelques très mauvaises critiques que j'ai pu lire ici ou là...

Lire la critique

il y a 9 ans

49 j'aime

10

Banshee
Tildidoum
7
Banshee

Banshee c'est bon...

Mais c'est con. Je ne pense pas qu'il faille attaquer la série autrement qu'en se disant "ça va être con". Parce que c'est super con. V'la fais l'entrée en matière, quand même elle se pose là : Un...

Lire la critique

il y a 8 ans

47 j'aime

5

Banshee
Tildidoum
7
Banshee

Banshee c'est bon...

Mais c'est con. Je ne pense pas qu'il faille attaquer la série autrement qu'en se disant "ça va être con". Parce que c'est super con. V'la fais l'entrée en matière, quand même elle se pose là : Un...

Lire la critique

il y a 8 ans

47 j'aime

5

La Planète des singes
Tildidoum
2

Oh mon dieu, ils ont tué l'original.

Une histoire forte, qui questionne l'être humain tant qu'espèce dominante et qui le met face à ses contradictions, ses excès et ses responsabilités. Les rôles sont inversés : et si nous étions des...

Lire la critique

il y a 11 ans

33 j'aime

4

Les Revenants
Tildidoum
5

Critique de Les Revenants par Tildidoum

Déjà on va arreter tout se suite de déconner avec "Twin Peaks à la française". Ou alors c'est une vanne qui m'échappe. La comparaison avec Lost, j'peux pas dire j'ai pas vu. En même temps on s'en...

Lire la critique

il y a 9 ans

11 j'aime