La ville d'Ergastulum ("Maison de correction") lieu de rencontres de ceux qui fuient le passé.

Gangsta, anime que j'ai commencé à visionner par pur hasard lors des sorties estivales des nouvelles séries d'animations japonaises, après avoir vues plusieurs excellents classiques et être tomber sur un fond sans nom de médiocrité par le biais de ce que j’appellerai les téléréanimes (tu sais ces animes mi-ecchi mi-personnages inintéressant avec un mec et 28 meufs aux amitié ambigu pour exciter les pré-pubères en manques de moyens techniques pour aller mater leur dose de porn ); qui connaissent un succès fou quand à la quantité de parution de celle-ci...
Bref autant dire que ne m'attendait pas à grand chose, malgré cela ma curiosité l'emportas, un nom qui sonne un peu cliché mais attrayant pour ma part (j'adore les ambiances sombres dans les animes car se sont souvent les seuls avec un temps soit peu de réalisme et des personnages ayant un minimum de caractère), et un résumé bien que simple mais qui est ouvert à une évolution scénaristique.


Au visionnage du premier épisode j'avais dès doute quand à la tournure de l'anime, celle-ci me plaisait mais certains détails me laissez perplexe quand à la tournure future que l'anime prendrais face à ceux-ci :


Le coup de pied de Nicolas qui soulève une voiture et tord une toiture en métal, le fait qu'un mec armé d'un sabre puisse exploser une dizaine de gaillard armé de revolver, la poitrine de Alex en sur-exposition qui lorsqu'on as vu pas mal d'anime nous laisse dubitatif quand à la place que l'auteur lui accorderas dans la trame scénaristique. (Car oui dans les animes une femme à très grosse poitrine à rarement une autre place qu'un objet comique ambulant).


Mais heureusement quelques épisodes plus tard mes doutes étaient envoler quand à ces détails gênant au premiers abords. Et l'ambiance fut loin des téléréanimes à la con de quoi donner envie de suivre la série !


L'ambiance est bonne, on rentre plutôt facilement dedans que ce soit dans les phases de vies rythmés par des musiques calmes (et même parfois avec l'absence totale de musiques),et grâce aux phases de combats rythmés cette fois-ci par des mélodies plus vivaces.
Je met le point sur le mot rythmé et mélodie car c'est ainsi que fonctionne l'ambiance de cette série, elle est surtout axés sur les bruitages et l'environnement, la musique n'est que secondaire si ce n'est purement absente à certains moments, comme une mélopée existant dans ce seul but, celui de poser l'ambiance et de se focaliser sur l'histoire en elle même.
Ce qui permet aussi de bien mieux faire vivre l'utilisation de vrais musiques pendant le visionnage de la série (Nan je spoil pas je tease, nuance !).
Le thème de la musique et donc des sons fait entrer en lice un point fort de la série : bien qu'un personnage principal est sourd et est quasiment muet la plupart du temps, le traitement par la série de son handicap est très très bien amené autant par les dialogues à coup de langages des signes que sa difficulté à se faire comprendre lorsqu'il n'as pas quelqu'un pour le traduire. Et enfin le fait que puisqu'il ne s'entend pas lui même, n'as pas de retour de sons et que lorsqu'il utilise sa voie s'exprime mal au niveau de la prononciation des mots qu'il emploi, renforcent le coté brutal et marginal du personnage.
Le passé des personnages est bien abordés, on n'entre pas dans des détails foisonnant par purs remplissages, on entre dans l'essentiel de ce qui caractérise la relation de camaraderies entre Warick et Nicolas et ce qui les amener là où ils en sont.
Au niveau de l'histoire on rentre plutôt bien dedans ils y pas mal de contenu à suivre, entre apprendre à connaitre les personnages, comprendre le rôle de la ville et des différents groupes mafieux, (ou plutôt des différents "familles") tout est assez crédible dans le contexte de la série. Sauf un seul truc mais cela tient de l'anecdotique :


Je veux bien que Warick ai une bonne mémoire ou encore ne puisse pas oublier quoi que ce soit, de tels phénomènes existent, par contre on repasseras sur le fait de voir tout les détails d'un ensemble de fichiers rédigés en au moins 50 pages juste en tournant très vite les pages... Faut pas non plus se foutre de ma gueule :'D


Bon y'a quand même pas mal de personnages clichés, mais on ne fait pas une omelette sans cassé des œufs et une anime japonaise produite en 2015 sans clichés je pense que c'est un peu comme un site SensCritique sans une critique déplorable produite par quelqu'un n'ayant vu que le premier épisode d'une série (:kappa:)


Bref content d'avoir trouvé une anime qui à la fois d'être assez réaliste au niveau du caractère de ses personnages, à un environnement badass (et classe dans un sens) pour non pas les faire évoluer comme dans un shonen mais les voir nous raconter leur histoire petit à petit avec leurs galères à venir et leur péripéties !




Bonne AMV mais contient du spoual ! :
https://www.youtube.com/watch?v=fb3RYn5SCxU




[Mes divagations d'attardé] :


On remarqueras, en tout cas moi (c'est mon interprétation personnel je dit très surement de la merde), les 3 personnages principaux tous (sciemment ou non) inspiré des 3 personnages principaux de Cowboy Bebop, Warick (Add a W, press R, GG) et Nicolas les benriyas qui font office de figure à l'image de Spike et Jet dans le Bebop. L'un taciturne et souvent râleur mais toujours en première ligne, l'autre râleur (aussi) mais qui prend soin de son coéquipier et qui supervise toujours les détails, et enfin Alex qui comme Faye, débarque dans la vie des deux, voyous mais justes, pour mouvementer celle-ci !


On remarqueras aussi, (encore une fois mon interprétation) que l'utilisation des mélodies, très discrète comparer à d'autres séries, renvoie au personnages de Nicolas qui est sourd. Ce qui est plutôt drôle à constater.




Je m'excuse d'avance pour vos yeux faces à mon orthographe des plus déplorables :)

Nuytton
8
Écrit par

Le 25 août 2015

13 j'aime

6 commentaires

Gangsta.
Nuytton
8
Gangsta.

La ville d'Ergastulum ("Maison de correction") lieu de rencontres de ceux qui fuient le passé.

Gangsta, anime que j'ai commencé à visionner par pur hasard lors des sorties estivales des nouvelles séries d'animations japonaises, après avoir vues plusieurs excellents classiques et être tomber...

il y a 7 ans

13 j'aime

6

Gangsta.
Erwann_Lacroix
5
Gangsta.

Rien ne sert de courir, il faut partir à point

Gangsta était le seul anime qui avait choppé mon attention en la saison d'été 2015. En tout cas, vraiment attrapé mon attention. Y'avait bien deux trois séries à côté qui me titillaient mais celle-là...

il y a 7 ans

12 j'aime

1

Gangsta.
DEvilRondoudou
5
Gangsta.

déçue...

Je suis tout à fait d'accord avec ceux qui disent que les personnages, tels que Nicolas Worick, Alex le toubib' les parains etc., sont cool, même vraiment cool, que l’univers est sympa, mais juste...

il y a 5 ans

5 j'aime

1