👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

A bout de la boue bande de mous !

Dans ma famille, il y a six mâles teubés ou bizarroïdes, comme dans Malcolm.
Un des cinq frères est né tardivement, un autre s'en est allé rapidement du domicile familial.

C'est vous dire le degré d'identification que nous avons ressenti.

C'est aussi l'une des rares séries comiques que j'ai fini sans embûche, sans arrêt momentané.

"Tu sais, les sitcoms ce n'est pas trop ma tasse thé". Vais-je emprunter ce chemin là dans ce billet ?

Non, bien sûr que non.

Pas ce cas de figure ici. Malcolm est un survivant, en quelque sorte.
La première fois que j'ai vu un épisode de cette dinguerie télévisuelle, c'était au tout début de sa diffusion sur la chaîne M6.

Malcolm, c'est d'abord le prénom d'un adolescent bien dans ses baskets qui est jeté dans l'arène aux fauves, puisque sa famille n'est composée que de barges pas finis. Un putain de survivant j'vous dis.

On vit toutes les conneries, qu'elles soient de journée ou de nuit, à travers les yeux de ce garçon.
La force des personnages résulte d'ailleurs de la capacité du créateur à cerner chaque personnage, il les fait dépasser de nouveaux caps et il leur donne envie de briser leur miroir caricatural pour qu'ils puissent montrer une autre facette d'eux, moins saine et baignant dans une hystérie ambiante, dans un second degré permanent...
Gardons Malcolm l'introverti sous le coude. Ce n'est (surtout) pas qu'un génie, c'est au contraire l'un des premiers qui n'hésitent pas à profiter bêtement d'une occasion et à alimenter des jeux débiles avec ou contre ses frères, avec ou contre ses potes. A fortiori, il permet de briser une barrière, et de s'adresser à nous qui le regardons.

Que ce soit les réactions des personnages (qui sont tous incroyables, tous complémentaires !) ou les plans foireux dans lesquels ils s'enfoncent, à chaque fois je ne peux pas m'empêcher d'éclater de rire.
En vérité, les protagonistes évoluent comme le ferait un soldat en terrain hostile. Ils cernent l'ennemi, tentent de le déstabiliser et d'en soutirer tout ce qu'ils peuvent. Pour Dewey, par exemple, le gamin est à la traîne dans les premières saisons, mais il s'avère très vite plus malin que les autres ; il a appris de ses aînés, mais il ne le montre pas trop pour garder une part d'innocence qui l'enveloppe. Il charme les adultes grâce à sa bouille qui leur fait comprendre que "Non, ce n'est pas moi ! Et si c'était moi, on m'a influencé".

Je ne me suis jamais emmerdé avec Malcolm.
Quelques petites baisses de régime, comme dans la plupart des productions TV.
Mais les scénaristes ont su ressourcer le divertissement en loufoqueries et fantaisies.
Et c'est la seule série pour laquelle il me serait impossible de préférer une saison à une autre. Car chacune apporte sont lot de scènes uniques, d'aboutissants improbables et des insinuations qui se ressemblent peu.

Sans parler des décors. Nous ne sommes pas comme dans n'importe quel sitcom aux lieux redondants et aux rires enregistrés. De la petite maison du Tri-County jusqu'aux coins enneigés d'Alaska, en passant par l'école militaire, on se délecte quelques fois d'une allure à la road movie, se terminant dans un lieu de campings, et autres lieux publics comme les parcs d'attractions, les supermarchés, les casinos, les écoles...

Merde. Je n'ai pas parlé d'une morale sous-jacente sur la classe moyenne que représente cette famille-sans-nom dans une Amérique sous sa forme la plus exatravaguante ? On s'en fout, non ?
Après tout, les fans en doutent-ils ? S'en soucient-ils ?
Et les non-fans ? Sachant qu'ils ne sont pas rentrer dans la matière de l'humour Malcolmien ? Qui est parfois crasseux, souvent piquant et terriblement manigancé. Bah oui, quand on observe la boue de loin et qu'on y met pas les pieds, il y a peu de chance qu'on y dégote une fleur de Lotus.

Diaboliquement cool.



The Getaway People - Good Life
https://www.youtube.com/watch?v=tQ4sTTYIxxo

Eagle-Eye Cherry - Been Here Once Before
https://www.youtube.com/watch?v=fotMlRS83Yo

Eren
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Ces acteurs qui ont tenu un bon rôle dans plus d'une série (de qualité ou de renom)., Mister Cool (SERIE TV) et Les meilleures séries comiques

il y a 8 ans

96 j'aime

11 commentaires

Malcolm
JZD
10
Malcolm

Critique de Malcolm par J. Z. D.

Francis qui veut pas travailler ! La peluche bleue qui parle à Dewey, et Reese pom-pom-boy ! Les microbes qui veulent entrer dans ses yeux ! Les objets s'évanouissent à proximité de Al ! Les nouveaux...

Lire la critique

il y a 11 ans

177 j'aime

35

Malcolm
Eren
10
Malcolm

A bout de la boue bande de mous !

Dans ma famille, il y a six mâles teubés ou bizarroïdes, comme dans Malcolm. Un des cinq frères est né tardivement, un autre s'en est allé rapidement du domicile familial. C'est vous dire le degré...

Lire la critique

il y a 8 ans

96 j'aime

11

Malcolm
palouka
10
Malcolm

Dithyrambe

Malcolm in the middle est ce qu'il m'est arrivé de mieux à la télévision. Je sais bien que dans cette série, tout est dans l'exagération, l'extravagance, voire l'invraisemblance totale. Non seulement...

Lire la critique

il y a 11 ans

55 j'aime

6

Les Sentiers de la gloire
Eren
10

La Fureur de l'Étranger

Je la tiens pour de bon. L'oeuvre de Stanley Kubrick la plus touchante et humaine. Pour moi j'entends... L'oeuvre qui, quand on me citera le nom de son réalisateur, me reviendra à l'esprit avant...

Lire la critique

il y a 8 ans

119 j'aime

7

Mad Max - Fury Road
Eren
8

POPOPO !!

Un putain de grand concert dans un monstrueux désert, flambé par le talent de confectionneur de ce cher Miller qui, au contraire d'être avantagé, aurait pu être surmené par l'handicap que génère ce...

Lire la critique

il y a 7 ans

118 j'aime

5

Lucy
Eren
7
Lucy

2 Femmes 2 Furieuses

Croyez-le ou non, la note affichée vers le bas de cette page est des plus lucide. Des punchlines psychologiques sponsorisées par Jean-Claude Vandamme, une esthétique digne des plus beaux clips...

Lire la critique

il y a 8 ans

106 j'aime

55