Dans l'espace, personne ne vous entendra bailler.

Au XXIIème siècle, la Terre se fait bombarder par des aliens antropomorphes, rendant sa surface inhabitable pour l'espèce humaine. Iscandar, une autre civilasation extra-terrestre donne à l'humanité la technologie permettant de voyager plus vite que la lumière. A bord du navire spatial Yamato, fleuron de la flotte terrienne, un équipage va tenter de rallier Iscandar afin de se voir confier la technologie capable de purifier l'atmosphère de la planete bleue.

Si la réalisation technique est au-dessus de la moyenne, avec des vaisseaux en CG plutôt réussis et une animation séduisante mais un brin raide, j'ai été un tantinet déçu par les aspect narratif et artistique de l'animé. L'histoire demeure très classique, avec ses combats spaciaux démeusurés, ses stratégies surprises, ses tactiques de la dernière chance. Les relations entre les personnages sont trop évasives et naives pour vraiment m'avoir fait vibrer. Les membres de l'équipage ainsi que les aliens Garmillas sont trop peu étoffés, leur caractère se résumant à deux émotions, un gimick et une monomanie. Si ce choix scénaristique permet d'identifier immédiatement chaque personnage dans ce casting abondant, il montre vite ses limites. Le peu (manque) d'évolution des personnages conduit assez rapidement vers un sentiment de répétitivité et une pénurie de surprise. Pour ce qui est de l'intrigue en général, elle tient la route, malgré son manque d'audace.

Le design général oscille entre le bon et le médiocre. Le look des unités spaciales est crédible, cohérent. Il y a des détails vraiment bien pensés, surtout sur le Yamato. Petite deception en ce qui concerne le character design, trop propret et classique. Un pauvre code de couleur Playskool pour distinguer les mâles dans leur uniforme blanc flottant alors que les femmes ont droit à leur combi moulante bimbo. Les méchants ont évidement une symbolique calquée sur celle du IIIème Reich, avec croix gammée tronquée, un salut hitlerien et un langue très guturale. Javhol mein herr !!!

Malgré ses défauts, ces aventures se suivent sans déplaisir mais sans réelle passion. Il ressort un sentiment de déjà vu, comme trop souvent dans ce genre de production nippon. Des personnages répondant aux archetypes de la catégorie, une narration linéaire ainsi qu'une conclusion mièvre et sans prise de risque contribuent à releguer cette série dans la collection des shonen sans ambition.
Alyson_Jensen
5
Écrit par

Le 18 juillet 2014

9 j'aime

12 commentaires

Star Blazers 2199
oscarhauton
9

Faster Than Light

Quelle belle surprise que cet anime. Il est arrivé un peu de nul part dans le top 111 séries (top 111 anime ?) ce qui m'a permis de le découvrir moi qui ne connaissais absolument pas le matériau...

il y a 7 ans

10 j'aime

Star Blazers 2199
Alyson_Jensen
5

Dans l'espace, personne ne vous entendra bailler.

Au XXIIème siècle, la Terre se fait bombarder par des aliens antropomorphes, rendant sa surface inhabitable pour l'espèce humaine. Iscandar, une autre civilasation extra-terrestre donne à l'humanité...

il y a 8 ans

9 j'aime

12

Star Blazers 2199
Pyraku
10

Critique de Star Blazers 2199 par Pyraku

J'aurais tellement voulu mettre 11/10. Un rythme parfait de bout en bout, des persos tous cohérents, sans parler du Yamato en lui-même, ou des affrontements. Les épisodes sont tous plus captivants...

il y a 9 ans

6 j'aime

2

La Horde du contrevent
Alyson_Jensen
9

Le 24ème hordier

# Ajen, lectrice Jusqu'au bout. Je n'ai guère de souvenirs de ma rencontre avec la 34ème horde. Tout était dévasté. Ou en passe de l'être. Oroshi m'expliqua par la suite que nous avions survécu au...

il y a 5 ans

106 j'aime

13

Everest
Alyson_Jensen
4
Everest

Les sous-doués passent l’Everest

Everest, le dernier film de Baltasar Kormakur, nous propose une adaptation du récit de John Krakaueur, Tragédie à l’Everest. Basé sur la catastrophique expédition de 1996 qui coûta la vie à 8...

il y a 7 ans

66 j'aime

10