Illustration Bédévore (2015)

Les meilleures BD de 2015 selon Marius Jouanny

Avatar Marius Jouanny Cette liste de 44

BD

par Marius Jouanny est une réponse au sondage Les meilleures BD de 2015
Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1
  • 2
  • 1

    Carnet de santé foireuse (2015)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Pozla

    Voir critique.
  • 2

    Les Équinoxes (2015)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Cyril Pedrosa

    Moi qui était resté un peu sur ma faim avec "Portugal", cette autre oeuvre ambitieuse de Pedrosa m'a entièrement comblée, peut être parce qu'elle est entièrement consacrée à l'altérité et n'est pas directement autobiographique. Certes, la multiplicité des niveaux de narration, de formes (les planches sont ponctuées de textes sans dessin) et styles de dessin proposés peut perdre le lecteur, et donner l'impression que l'auteur s'est un peu perdu en route. Et pourtant, quelle cohérence entre toutes ces destinées qui s'entrecroisent à la manière d'un film d'Inarritu ! L'auteur pose à travers elle la question du sens de la vie (si tant est que cette expression ai un sens) de manière très concrète, par le biais du sentiment de l'absurde, de l'engagement politique, de la peur de la mort... La qualité de l'écriture de ses personnages lui permet d'atteindre une authenticité rare et précieuse. Mais surtout, ses expérimentations graphiques permettent de saisir des impressions, des instants mémorables parmi les planches. Difficile de ne pas être alors saisi d'émotion devant des hommes et des femmes qui, au basculement de leurs vies, se réveillent de leur torpeur au point que les couleurs, tantôt à l'aquarelle tantôt au pastel, les enveloppent pour les embellir.
  • 3
  • 4

    Terminus - Transperceneige, tome 4 (2015)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Jean-Marc Rochette et Olivier Bocquet

    Voir critique.
  • 5

    Capharnaüm (2015)

    Sortie : .

    BD (divers) de Lewis Trondheim

    Sorte de prologue inachevé de 250 pages d'un récit qui devait faire 5000 pages, ce "Capharnaüm" synthétise délectablement la démarche humoristique improvisée de Lewis Trondheim. On retrouve nombre de ses archétypes (le looser stupide et fanatique qui fait fasse à un destin qui le dépasse et lui permet de s'accomplir, les scènes d'action en roue libre...). L'imaginaire développé est foisonnant, mais on regrette presque que l'auteur n'ai pas pris un cadre urbain moins calqué sur notre propre monde. Les rebondissements et les gags s'enchaînent avec une fluidité exemplaire, et bien que ce soit un récit inachevé Trondheim propose quand même une conclusion partielle qui ne frustre pas trop. L'exercice, bien qu'assez ambitieux, ne sort finalement pas l'auteur des sentiers battus, c'est d'ailleurs peut-être la raison pour laquelle il s'est arrêté en cours de route, et qu'il a hésité pendant 10 ans pour publier l'ouvrage. Le plaisir de lecture n'en est pas moindre.
  • 6

    Le Sculpteur (2015)

    The Sculptor

    Sortie : .

    Comics de Scott McCloud

    voir critique.
  • 7

    L'essai (2015)

    Sortie : .

    BD (divers) de Nicolas Debon

    Voir critique.
  • 8

    Poison City (2014)

    Yūgai toshi

    Sortie : .

    Manga de Tetsuya Tsutsui

    Ce diptyque du mangaka Tsutsui comporte beaucoup d'éléments qui font mentir ceux que la production habituelles de mangas rebute : entre autres, le récit ne tire pas en longueur, et son contenu est explicitement politique. En l'occurrence, l'auteur réagit à la censure d'un de ses précédents mangas en imaginant dans celui-ci un Japon futuriste où les productions de mangas sont standardisées par une censure d'Etat systématique. Ce qui est intéressant est qu'il prend la peine d'exposer les arguments des camps en présence, avec suffisamment de recul pour ne pas tomber dans le manichéisme : bien que la prise de position soit rigoureusement tranchée en défaveur de la censure, le mangaka souligne en creux les limites d'une production aux visées commerciales. Certes, la mise en abyme réalisée est basique, et n'a pas la prétention de bouleverser le genre distopique. Elle a plutôt celle, plus modeste mais loin d'être futile, de mettre le doigt sur des procédés insidieux de contrôle des images véhiculées par la création artistique dont on croirait être à l'abri dans nos chères "démocraties libérales", alors que l'emballement médiatique que l'auteur met en scène comme étant à l'origine d'une loi de censure des mangas est parfaitement lucide sur notre époque.
  • 9

    Deux frères (2015)

    Dois irmãos

    Sortie : mars 2015.

    Comics de Fábio Moon et Gabriel Bà

    Voir critique.
  • 10

    Le Mangeur d'or - Undertaker, tome 1 (2015)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Ralph Meyer et Xavier Dorison

    voir critique.
  • 11
  • 12

    Un amour exemplaire (2015)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Florence Cestac et Daniel Pennac

    voir critique.
  • 13

    Le Maître d'armes (2015)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Joël Parnotte et Xavier Dorison

    Je voulais écrire une critique de ce nouveau remarquable one-shot scénarisé par Dorison, mais j'ai dû trop écrire sur lui ces derniers temps (en bien) : l'inspiration n'est pas venue. Je dirais en tout cas que c'est superbement mis en scène, que le fond idéologique et historique est passionnant, les personnages ambivalents et complexes... Tout ça mis en valeur pas des dessins hauts en couleurs qui donnent toute son épaisseur au souffle épique de la narration et au spectaculaire des (nombreuses) scènes d'action.
  • 14

    Les Moutons - Zombies, tome 4 (2015)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Sophian Cholet et Olivier Peru

    Peru et Cholet accouchent d'un début de deuxième cycle aux petits oignons. Plus fluide (les différents récits développés en parallèles s'enchaînent à la perfection) et dense que jamais, c'est déjà une réussite narrative remarquable. Peru renouvelle de fond en comble ses thèmes (ici, il s'attaque au fanatisme religieux et à l'eugénisme, notamment) et les enjeux. Si l'empathie pour les personnages est un peu moins forte que dans le tome précédent, dû à l'exposition de nouveaux protagonistes et d'un univers qui a bien changé. On en redécouvre aussi d'autres dont la psychologie a beaucoup évoluée, depuis le tome 3. Les ambitions deviennent donc aussi psychologiques, prenant le pas depuis le tome 3 sur l'humour. Enfin, les planches de Cholet, avec une nouvelle mise en couleur beaucoup plus naturelle et organique, et un style côtoyant un peu plus le manga, en sont d'autant plus abouties.
  • 15

    Wonderland (2015)

    Sortie : .

    BD (divers) de Tom Tirabosco

    Avec Wonderland, la démarche de Tom Tirabosco trouve une substance, une cohérence qui manquait souvent à ses précédentes publications comme "la fin du monde" et "sous-sol". En racontant avec intimisme, sensualité et poésie son enfance, l'auteur parvient à transporter son univers si atypique vers un récit qui accroche au lecteur, qui tire son intérêt autant d'événements futiles que d'autres lourds de sens et de drame. Un bel opus autobiographique donc, tendre, doux-amère et toujours avec ces propositions graphiques hautement intéressante.
  • 16

    Sables noirs (2015)

    Sables Noirs

    Sortie : 2015.

    BD franco-belge de Troub's

    Avec cette BD documentaire racontant son voyage en mission culturelle au Turkménistan, Troub's brosse large. Mélangeant croquis pris sur le vif et narration graphique à froid, accompagnés d'une voix-off omniprésente et littéraire très soignée, l'auteur décrit à la fois son expérience parmi les habitants et son point de vue sur une dictature pour le moins typique. Il y a une concision et un esprit de synthèse entre la trajectoire globale du récit (l'auteur est invité pour travailler à la publication d'un recueil de poèmes de Prévert) et les nombreuses anecdotes qu'il dissémine très efficace. Il a la volonté d'un regard lucide, d'une observation scrupuleuse qui l'amènent aussi bien à décrire le fonctionnement du régime dictatorial et la pauvreté ambiante qu'à retranscrire la poésie des décors qu'il traverse. Ses dessins expriment parfaitement cette déliquescence urbaine comme rurale, mais est par contre nettement moins aiguisée pour l'expression des personnages, qu'on différencie parfois difficilement. En développant sa réflexion sur autant d'angles, l'auteur n'en propose pas moins un regard exigeant dans sa réflexion, et très complet sur son sujet.
  • 17

    Vive la marée ! (2015)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Pascal Rabaté et David Prudhomme

    L'exercice de style est très appréciable : celui de suivre sur une centaine de pages durant un plan-séquence continu la vie de dizaines de vacanciers anonymes lors d'une journée d'été à la plage, des bouchons de départ au repliage de serviette, en passant par les baignades et les dragues de plage. Rabaté et Prudhomme prouvent qu'il n'y a pas de "petit" sujet : l'écriture déploie un panel de personnages cocasses et attachants, qu'on prend plaisir à croiser au fil de la lecture. Il y a derrière chaque expression une sensation de vécu, d'introspection quasiment anthropologique dans le quotidien des prolos en maillot, de la famille nombreuses aux vieux couples bedonnants. Certes, le procédé s'essouffle quelque peu dans le dernier tiers, et aurait peut-être mérité une petite remise question narrative en cours de route, histoire de faire retomber le récit sur ses pattes. En l'état, la virtuosité de la démarche qui joue constamment sur la forme (l'arrière-plan, les composition, les couleurs) montre le talent d'auteurs aguerris qui proposent un style graphique détonnant et audacieux, mais qui n'arrivent pas à dépasser leur postulat de départ.
  • 18

    Angola - Tyler Cross, tome 2 (2015)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Bruno Thielleux (Brüno) et Fabien Nury

    Clairement pas aussi abouti que le tome 1, aussi bien dans l'écriture que la caractérisation des personnages. Les fulgurances de mise en scène comme celles graphiques sont néanmoins toujours présentes... Seulement, le récit d'évasion est tellement codifié, cet album rentre tellement dans les clous du genre qu'il surprend moins que son prédécesseur.
  • 19
  • 20

    Petit manuel du parfait réfugié politique (2015)

    Sortie : 2015.

    BD (divers) de Mana Neyestani

    Si ce manuel à l'attention de tout réfugié politique voulant s'installer en France semble très pratique pour tout lecteur se trouvant dans cette situation, il ne l'est pas moins pour tout français qui cherche à comprendre les rouages et les travers de son propre gouvernement. Avec une narration et un graphisme très influencée par son travail de dessinateur de presse, Mana Neyestani revient sur son parcours du combattant pour le droit d'asile en France, et c'est un tel calvaire pour lui que des parallèles avec sa précédente BD "Une métamorphose iranienne" racontant son emprisonnement par le régime iranien deviennent sont parfaitement possibles, et souvent évidents. Avec le ton doux-amer toujours à cheval entre la dérision et le drame social qui lui est propre, Neyestani passe la bureaucratie française au fil d'une narration aiguisée qui n'épargne rien à notre douce patrie. En bon manuel, l'album fait le pari de la concision et si on aurait apprécié une description plus générale de sa vie en France, on peut très bien se contenter de ce qui nous est proposé. En espérant que ce soit partie remise, avec un possible "Petit manuel du parfait citoyen étranger"...
  • 21

    Ligne B (2015)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Julien Revenu

    Typiquement le genre d'album bourré de maladresse, mais qu'on aimerait pourtant lire plus souvent. Et ce n'est pas seulement parce que Julien Revenu aborde un sujet peu traité en BD (les émeutes de 2005 et les petites humiliations du quotidien subies par les banlieusards). C'est surtout parce que le traitement est d'une sincérité totale, et qu'il ne mâche pas ses mots pour exprimer la condition étouffante des employés non-qualifiés, une des nouvelles classes dominées de notre ère contemporaine. Ça sent le vécu à plein nez, la rage et la frustration accumulée.
  • 22

    La Danse des vautours - Undertaker, tome 2 (2015)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Ralph Meyer et Xavier Dorison

    Voir critique.
  • 23
  • 24

    Julio Popper, le dernier roi de terre de feu (2015)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Léonard Chemineau et Matz

    Ce biopic sur un explorateur roumain partant à la recherche de gisements d'or au fin fond de l'Argentine est assez incroyable (dans ce qu'il raconte), et sacrément bien foutu. Jouant sur l'iconisation et l'ambivalence du mystérieux personnage, sorte de croisement entre Don Quichotte et l'imaginaire de Jules Verne, il parcourt sa vie avec grande efficacité et un sens de la narration aiguisé. Voulant réparer les préjudices à l'égard d'un scientifique dont on disait qu'il a massacré des indigènes (faux) et qu'il gardait les gisements d'or qui lui appartenait d'une main de fer, attaquant les mineurs affamés qui tentaient d'en profiter (vrai). Même si cela reste un brin idéalisé, le regard garde une certaine constance lucide. Et soit dit en passant, les dessins sont très soignés, notamment la mise en couleur, pour un dessinateur qui publie depuis 2012. Chapeau.
  • 25

    Trashed (2015)

    Sortie : .

    Comics de Derf Backderf

    Backderf s'inspire de son année d'expérience en tant qu'éboueur pour livrer une fiction qui se veut à la fois hilarante et réflexive. Certes, le pavé développe un univers peu sexy et une narration répétitive, d'où un résultat moins marquant que ses deux autres BD, mais il parvient à renouveler l'intérêt de bout en bout. Le dessin est toujours aussi efficace et sert bien l'humour singulier de l'auteur. Pis le dossier de fin, avec ses nombreux chiffres, tend à rendre sa démarche sociologique et militantiste avec beaucoup de pertinence.
  • 26

    Vénéneuses (2015)

    Sortie : 2015.

    BD (divers) de Thomas Gilbert

    Les quelques maladresses de ce récit d'une amitié passionnelle entre deux ados issues de famille bourgeoises qui passent leur temps en boîte de nuit, comme un pathos parfois trop appuyé, n'entache en rien la trajectoire narrative qui s'avère profondément touchante. On parvient à faire corps avec ces deux meilleures amies qui vue de l'extérieure paraissent asociale. Le renversement narratif est de se rendre compte que leurs situations familiales respectives, le monde dans lequel elle vivent ne peut que les pousser à un comportement antisocial et meurtrier, à exacerber une passion proche de la folie, mais de cette folie qui face au visage hideux de notre société paraît bien plus douce et désirable.
  • 27

    Catharsis (2015)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Renald Luzier (Luz)

    Je ne saurais dire si Luz a fait le bon choix en publiant cet album autobiographique sur son traumatisme du 7 janvier 2016 aussi précipitamment, trois mois après les faits. En l’état, l’œuvre ne manque pas de consistance : réflexions sur le vif de la douleur, intimisme exacerbé avec tout de même une certaine pudeur, expérimentations graphiques lourdes de sens… Il ne parvient néanmoins pas au tour de force de nous faire rire, même jaune, contrairement avec Franquin et ses « Idées Noires » que Luz cite d’ailleurs dans l’une de ses histoires courtes. Finalement, il était bien nécessaire de publier un tel livre comme bouclier, léger et indestructible, à l’obscurantisme. Si la spontanéité qui y règne est appréciable, il est frustrant de voir que tout cela manque un peu de recul. La publication plus récente de « La légèreté » de Catherine Meurisse en est d’autant plus pertinente : j’ai hâte de lire celle-ci.
  • 28

    En descendant le fleuve et autres histoires (2015)

    Sortie : .

    BD (divers) de Gipi

    Ce recueil regroupe une bonne partie des récits courts de Gipi qu'il a publié dans les années 2000. Le florilège est évidemment inégal, mais les histoires les plus longues sont les plus réussies, ce qui est très appréciable. Passant de l'autobiographie au récit social, du noir et blanc à la couleur, l'auteur se conforte dans tous les genres et toutes les formes, et propose quelques beaux moments de bande dessinée, à commencer par la première histoire qui donne son titre à l'album. Des moments fugaces, précieux, sont captés avec la sensibilité qui lui est propre.
  • 29

    Le monde du dessous (2015)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Didier Vasseur (Tronchet) et Anne Sibran

    16 ans après "La Terre sans mal" avec Lepage, Anne Sibran revient à la BD avec Didier Tronchet, toujours avec la démarche de raconter dans un registre mythique la souffrance de tout un peuple. Les amérindiens laissent ici place aux boliviens, qui furent 8 millions à périr dans les mines d'argent, exploités par les occidentaux depuis l'époque des conquistadors. La narration, rythmée par une voix-off continuelle, celle d'un enfant bolivien qui regarde avec lucidité la servitude et la pauvreté qui rongent son village, est très littéraire : après tout, Sibran est avant tout une romancière. Mais par le choix de Tronchet qui soigne les métaphores visuelles, l'album parvient tout de même à épouser pertinemment la forme bédégraphique (le mot n'existe pas, tant pis, je l'invente). Le classicisme de la narration parvient alors à s'extirper du prévisible avec une touche substantielle de surnaturel et de mysticisme prônant, encore une fois, une certaine contemplation de la nature.
  • 30

    California Dreamin' (2015)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Pénélope Bagieu

    voir critique.
  • 1
  • 2